Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Grèce/ Salonique : une avalanche de "non" à la privatisation de l'eau et à la Troïka. Le référendum jugé illégitime

Publié par wikistrike.com sur 21 Mai 2014, 17:54pm

Catégories : #Economie

Grèce/ Salonique : une avalanche de "non" à la privatisation de l'eau et à la Troïka. Le référendum jugé illégitime

Les peuples doivent se taire...

Grèce/ Salonique : une avalanche de 'non' à la privatisation de l'eau et à la Troïka


Dimanche dernier on a pas voté en Grèce seulement pour le premier tour des élections municipales. A Salonique en effet, deuxième ville du pays par sa population et par importance, les citoyens ont pu exprimer aussi leur avis sur la décision prise par le gouvernement de privatiser la Société hydrique et de solder ainsi l'eau à quelque entreprise privée, éventuellement quelque multi-nationale étrangère, de celles qui  se sont enrichies ces dernières années en mettant les mains, à des prix au rabais, sur un bien commun d'importance fondamentale.

La décision a été adoptée par l'exécutif d'Athènes en 2011, dans le cadre de lapromulgation des mesures imposées par la Commission européenne, par la Banque Centrale et par le Fond Monétaire en échange du prêt à la Grèce de dizaine de milliards d'euros, coûté au travailleurs et aux retraités, et en général à toute la société, des années de coupes budgétaires, des sacrifices et d'appauvrissement. L'exécutif hellénique avait à l'époque décidé la privatisation de l'EYATH, l'agence d'état qui distribue l'eau et gère le ramassage des ordures pour 1.5 millions d'habitants dans le chef-lieu macédonien.

Nonobstant les menaces du gouvernement et du Ministère de l'Intérieur qui à la veille du scrutin, samedi, a déclaré illégitime la consultation tout en menaçant de rétorsions ceux qui y auraient participé en qualité d'organisateurs, à partir des maires, des centaines de milliers de citoyens de Salonique et de l'aire environnante ont répondu à l'appel en déposant leur propre bulletin  dans l'urne.

Le résultat du referendum a été impressionnant, avec 98% de 'non' à la décision de vendre aux privés l'eau publique. Un plébiscite fruit d'une contrariété transversale des citoyens, au-delà de leur propre foi politique, à l'égard des recettes de la Troïka et des escamotages du gouvernement hellénique qui, tout en exploitant la nécessité de faire recette, veut faire cadeau à quelque grande entreprise des ressources des citoyens déjà spoliés par les impôts, la revente du patrimoine public et quantité d'autres choses.

Le résultat de Salonique est important pour différentes raisons : parce qu'il est le résultat d'un acte de désobéissance de masse au gouvernement hellénique et aux impositions de l'Union européenne et parce que, à l'achat de l'agence hydrique, ne s'est pas démontrée intéressée seulement la multinationale française Suez,mais aussi l'agence israélienne  Mekorot, sous boycott dans toute la planète parce que à l'origine du vol de l'eau à l'égard des Palestiniens et de leur condition d'apartheid.

Forts des processus semblables qui ont lieu dans le reste de l'Europe - par exemple dans certaines villes italiennes - les promoteurs de l'initiative ont dénoncé, à travers une campagne capillaire et de masse, que la privatisation portera à une détérioration du service, à une augmentation des tarifs, à une diminution du personnel dans l'agence et à une dégradation des conditions de travail. Des arguments qui ont fait mouche, à la lumière des résultats.

Même si le gouvernement Samaras a fait savoir que le résultat de la consultation d'hier n'a aucune valeur légale (même parce que la loi prévoit que les referendum sur les politiques du gouvernement sont valables seulement si accompagnés d'un décret présidentiel ou par une consistante majorité parlementaire), le message envoyé par les citoyens est fort et clair. Ainsi comme est claire l'orientation contraire de la très grande majorité de la population hellénique par rapport au diktat de la privatisation de l'eau et des services publiques plus en général. 

Maintenant il faut attendre l'avis du Conseil d'Etat qui doit s'exprimer sur laconstitutionnalité de la privatisation de EYATH, même si le gouvernement, même en vertu du résultat du referendum de dimanche pourrait accélérer la procédure de revente de l'agence pour mettre les organes judiciaires et un gouvernement futur éventuel devant le 'fait accompli'.



http://contropiano.org/internazionale/item/24105-salonicco-valanga-di-no-alla-privatizzazione-dell-acqua-e-alla-troika

Commenter cet article

Archives

Articles récents