Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La France réduit sa dette de 60 milliards d'un coup de baguette magique !

Publié par wikistrike.com sur 16 Mai 2014, 08:46am

Catégories : #Economie

La France réduit sa dette de 60 milliards d'un coup de baguette magique !

Le bidouillage, c'est maintenant

Baguette magique: La France gagne 60 milliards en une nuit !

 

 

L’application d’une nouvelle méthodologie de l’Insee a fait augmenter la richesse annuelle produite. Mais uniquement sur le papier. Explications.

« On peut faire dire n’importe quoi aux chiffres. » Ce scepticisme des Français quant à la fiabilité des statistiques économiques risque encore de s’accentuer jeudi.

Depuis ce matin, la France s’est officiellement réveillée plus riche qu’elle ne l’était hier. Le produit intérieur brut (PIB) hexagonal, indicateur de la richesse annuelle créée, a soudainement été relevé de 60 milliards d’euros en 2010. 61,8 milliards, pour être exact. Cela représente plus de trois points de richesse annuelle, plus que le coût des intérêts de la dette en 2013 !

 

Une dette revue à la baisse

Mais les conséquences sur les chiffres de l’économie française vont bien au-delà. Car nombre d’indicateurs-clés, comme la dette ou le déficit, sont calculés en pourcentage du PIB. En 2013, l’endettement a finalement atteint 91,8 % du PIB, au lieu de 93,5 % comme annoncé précédemment, et ce, malgré l’intégration partielle de la dette de Réseau ferré de France, l’entreprise qui gère le réseau ferroviaire hexagonal. Et pourtant, en valeur absolue, la dette française se monte à 1 939,7 milliards d’euros, contre 1 925,3 milliards, selon des chiffres annoncés pas plus tard que le 31 mars dernier ! En revanche, le déficit, lui, n’a presque pas bougé, passant de 4,3 à 4,2 %.

La réalité n’a pourtant pas changé, mais la méthode de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) pour mettre les comptes de la nation en chiffres, si !

 

Révision de l’ensemble des chiffres depuis 1945

La façon de décrire la réalité économique a, par définition, quelque chose d’artificiel. Le résultat dépend des choix opérés pour comptabiliser les flux économiques. Or, « les concepts qui gouvernent l’établissement de ces chiffres ont fait l’objet d’un toilettage », explique l’institut sur son site internet. Résultat : « À partir de ce 15 mai, l’ensemble des données publiées sur la période couverte par les comptes nationaux (1949-2013) sera désormais disponible en base 2010. »

On serait tenté de hurler au tripatouillage du gouvernement. Il n’en est rien. L’Insee tente tout simplement de coller au plus près à la réalité économique, sur la base de nouveaux standards européens obligatoires à partir de septembre 2014. Les États-Unis ont d’ailleurs fait de même en juillet 2013.

Il faut savoir que le PIB est un indicateur imparfait de la création de richesses. En effet, il ne comptabilise pas les activités qui ne donnent pas lieu à des rémunérations, comme la réalisation des tâches domestiques. Alors que si celles-ci sont réalisées par une femme de ménage, elles sont comptabilisées. En revanche, un embouteillage crée de la richesse puisqu’il entraîne des dépenses de carburant plus importantes…

 

Quand le matériel militaire se transforme en investissement

Une des méthodes permettant jusqu'ici à l'Insee d'évaluer le PIB consiste à additionner la valeur ajoutée créée par tous les agents économiques du pays (puissance publique, ménages, entreprises). Dans ce calcul, l'Insee intègre désormais les dépenses de recherche et développement (R&D) comme des investissements, et non plus comme des "consommations intermédiaires", dont la valeur a été déduite pour évaluer la valeur ajoutée créée par un bien (ou un service).

Concrètement, la vis utilisée pour construire une étagère est considérée comme une consommation intermédiaire. Sa valeur n'est pas prise en compte dans celle créée par l'étagère. Mais lorsque le fabricant de cette étagère achète des machines ou des véhicules qui servent à la produire, l'Insee y voit un investissement parce qu'ils sont utilisés de façon récurrente dans le processus de fabrication. Ces dépenses ne sont pas retranchées au moment de calculer la valeur ajoutée de l'étagère. 

Lire les explications détaillées sur le site de l'Insee (ancienne norme).

Mieux mesurer l'économie de la connaissance

En fait, avec la comptabilisation de la R&D comme investissement, l'Insee cherche à mieux prendre en compte l'importance des actifs tirés de la propriété intellectuelle dans l'économie de la connaissance actuelle. De la même façon, le matériel militaire se retrouve soudainement dans la case investissements et ne sera donc plus déduit.

Mais tout cela a beaucoup moins de conséquences sur la mesure de la tendance économique. La première estimation du chiffre de la croissance française pour le premier trimestre 2013, à zéro, est là pour le rappeler.

lepoint.fr

Commenter cet article

Archives

Articles récents