Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le massacre de centaines de dauphins se perpétue dans les îles Féroé au Danemark

Publié par wikistrike.com sur 20 Mai 2014, 09:06am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Le massacre de centaines de dauphins se perpétue dans les îles Féroé au Danemark

L'UE, c'est aussi ça

Le massacre de centaines de dauphins se perpétue dans les îles Féroé au Danemark

 

Si le massacre d’animaux marins est souvent l’apanage des pays asiatiques (chasse à la baleine, massacre de dauphins au Japon, Corée du Sud, etc.), ces pratiques existent également plus près de chez nous. En Europe, outre la chasse à la baleine en Islande, un pays s’adonne chaque année au début de l’été à une pratique sanguinaire : le Grindadrap, soit le rabattage et le massacre de familles entières de dauphins-pilotes (ou globicéphales, ou encore baleines-pilotes) aux îles Féroé (Danemark)

Le grindadrap : une pratique très ancienne : On peut affirmer avec certitude que le Grindadrap existe depuis le XVIe siècle, même s’il date probablement du IXe siècle. Cette chasse est également l’occasion, pour les jeunes pêcheurs qui s’y initient de soit-disant prouver leur virilité. De 1709 à aujourd’hui, les prises ont toutes été consignées dans un registre et tout cétacé attrapé y figure : chaque année, entre plusieurs centaines à plus d’un millier de baleines et dauphins sont capturés et tués.

C’est aujourd’hui le Musée d’Histoire Naturelle des îles Féroé, à Tórshavn, qui détient ce fameux registre. Les Féringiens[2] sont le dernier peuple du Nord à s’adonner à ce type de pêche à la baleine, alors que cette pratique était autrefois extrêmement répandue en Atlantique-Nord et même au-delà. A l’origine, le grindadrap demandait une grande coordination des pêcheurs embarqués sur des bateaux, qui devaient encercler un groupe de baleines ou de dauphins et les emmener dans une baie, où les cétacés étaient bloqués dans les eaux peu profondes.

Les pêcheurs restés sur le rivage s’avançaient dans l’eau et traînaient les baleines jusqu’au bord avec des cordes et des crochets, puis les poignardaient et les égorgeaient avec de grands couteaux (des grinds) tout en leur brisant la colonne vertébrale.

Des variantes consistent à harponner les baleines puis les capturer dans des filets. Après le Grindadrap, les participants comptent le nombre de prises et évaluent la pêche. Les autorités locales distribuent équitablement et gratuitement la viande et la graisse de baleine aux résidents, qui les ramènent chez eux pour préparer la viande. Un Grindadrap bien mené pouvait nourrir le village tout entier pendant des mois. (Vidéo disponible sur le site source)

Une tradition culturellement très ancrée autrefois nécessaires pour nourrir la population féringienne, les massacres de globicéphales n’ont plus de sens aujourd’hui alors que les iles Féroé affichent l’un des niveaux de vie les plus élevés d’Europe[3]. De plus, on sait aujourd’hui que la viande et la graisse de ces animaux contient des polluants et des substances toxiques, dues à l’activité d’industries lourdes d’autres pays, qui se sont accumulés dans les tissus des animaux via le processus de la bioaccumulation[4].

À cause de fortes concentrations de mercure et de PCB[5] dans ses tissus, la chair des globicéphales n’est plus considérée comme comestible par le corps médical féringien lui-même. Les taux de toxicité dépassent largement les limites imposées par la législation européenne. Beaucoup d’habitants ont réduit leur consommation de viande et de graisse de baleine, suite aux publications du système hospitalier féringien, mais cette consommation n’a pas disparu complètement : elle reste une tradition culturelle. Le Grindadrap perdure donc et est aujourd’hui le plus grand massacre de mammifères marins d’Europe. La « tradition » s’est largement modernisée : les Féringiens ont désormais recours aux bateaux à moteurs, à des radars, des téléphones portables…

On est loin des barques et des signaux de fumée d’antan. DR Les globicéphales, une espèce menacée Les dangers que doit affronter le globicéphale sont nombreux : surpêche, raréfaction de leur nourriture, pollution, acidification des océans, captures accidentelles, nuisances sonores liées aux activités militaires, tests sismiques… autant de raisons qui expliquent sans doute leurs échouages réguliers. À cela s’ajoutent ces massacres traditionnels particulièrement choquants. Dans la région des îles Féroé, la population de globicéphales est estimée à environ 31 000 (Waring et al . 2006), mais il n’existe pas d’information sur lestendances mondiales et cette chasse ne semble pas compromettre la survie de l’espèce, contrairement aux filets dérivants des chalutiers.

Aux îles Féroé, quelques mesures ont été prises pour limiter les prises : seules 23 plages autorisent ce type de pêche. Amener les cétacés sur une autre plage est illégal. De plus, le gouvernement a donné aux autorités civiles le pouvoir d’interdire le Grindadrap si la nourriture n’est pas nécessaire. Ailleurs en Europe, l’espèce est sérieusement protégée et des mesures sont prises pour éviter sa capture accidentelle, notamment via les filets dérivants interdits depuis 2002 dans l’Union Européenne.

notre-planete.info 

Commenter cet article

Archives

Articles récents