Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le Qatar s'en vient sauver la Deutsche Bank

Publié par wikistrike.com sur 19 Mai 2014, 06:25am

Catégories : #Economie

Le Qatar s'en vient sauver la Deutsche Bank

DB, une banque sur la sellette

Le Qatar s'en vient sauver la Deutsche Bank

 

Deutsche Bank, la première banque allemande, a annoncé dimanche avoir augmenté son capital d’environ 8 milliards d’euros. Ce qui constitue la deuxième plus grande opération de ce type de son histoire, la précédente ayant eu lieu en 2010 pour on montant de 10 milliards d’euros.

L’augmentation de capital prendra en partie la forme d’une émission d’environ 60 millions d’actions au prix de 29,20 euros, pour un montant global de 1,75 milliard d’euros . Un seul investisseur s’en portera acquéreur : la société Paramount Services Holding, contrôlée et détenue par un membre de la famille princière du Qatar, Hamad ben Jassem al-Thani.

En ce qui concerne la seconde partie de l’augmentation de capital, jusqu’à 300 millions de nouvelles actionsseront émises, le tout pour 6,3 milliards d’euros.

Sous réserve de l’aval de l’Autorité allemande des marchés financiers (Bafin), une notice d’information concernant cette opération devrait être publiée le 5 juin prochain. La période de souscription devrait courir vraisemblablement jusqu’au 24 juin.

Le 29 avril dernier, Deutsche Bank avait annoncé qu’elle partait de nouveau en quête d’argent frais, souhaitant ainsi renforcer son assise financière, s’inquiétant officiellement de sa capacité à respecter des règles européennes plus strictes.

En janvier dernier, alors que la Banque de Grèce (BdG) avait estimé que les banques grecques pourraient avoir besoin de nouveaux capitaux, la présidente de la BaFin avait indiqué parallèlement que les tests de résistancebancaires devant être menés prochainement en Europe pourraient conclure à un manque de capitaux de certaines banques allemandes.

La présidente de l’Autorité allemande, Elke König, avait alors averti que « selon les scénarios et postulats qui seront retenus, les tests pourraient révéler des besoins de capitaux additionnels chez certaines banques » .

Rappelons par ailleurs, que c’est avec une certaine discrétion, qu’en pleine trêve des confiseurs, le Comité de Bâle a annoncé que le périmètre de définition du ratio de levier l’un des principaux critères financiers imposés aux banques en réponse à la crise, allait assoupli.

Arguments invoqués par le forum chargé d’élaborer les nouvelles règles, regroupant banquiers centraux et régulateurs de 27 pays : ces modifications auraient été formulés en vue de “surmonter les différences » qui existaient auparavant « au niveau des comptabilités nationales ».

Si, suite à la crise financière de 2007, les banques s’étaient vues instaurées un ratio de levier, ce dernier imposant à chaque établissement de détenir à l’horizon 2018 des fonds propres représentant 3% de l’ensemble de ses actifs, sans prise en compte du risque, les établissements pourront désormais comptabiliser leurs opérations de financement à court terme en prenant en compte leurs positions nettes et non plus brutes (« netting »).

http://www.leblogfinance.com/2014/05/deutsche-bank-nouvelle-augmentation-de-capital.html

 

Compléments d'informations par Les Moutons enragés:

Le pilier de l’économie allemande se vend au Qatar qui va aider à la recapitalisation de la banque, il faut 8 milliards d’euros à la Deutsche Bank pour survivre, c’est la cata annoncée en somme… Et vu qu’elle fait partie des « to big to fail », des banques trop grosses pour être en faillite, c’est « par ici la monnaie » et la supercherie continue… N’oublions pas certaines choses pour comprendre un peu plus l(‘actu en elle-même: bien sûr, la DB a retiré 100 milliards d’euros des USA pour obéir aux nouvelles règles de la FED, mais elle possède aussi la plus forte exposition aux produits dérivés de la planète, elle est exposée à hauteur de 55.605.039.000.000 euros, autrement dit 55.605 milliards d’euros, 55 mille milliards d’euros, ou 55,6 trillions d’euros ! La situation est tellement grave que suivant un responsable de la DB, seul Jésus pourrait sauver la zone euro, et vu que sur son agenda, il n’est pas encore vraiment disponible, il descendra de sa croix un peu plus tard, et peu de chance que cela soit pour sauver des banquiers, même pas ceux qui sont déjà morts, comme celui de la DB dernièrement retrouvé pendu.

Commenter cet article

Archives

Articles récents