Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Pollution : des milliards de microplastiques seraient piégés dans la glace en Arctique

Publié par wikistrike.com sur 28 Mai 2014, 10:50am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Pollution : des milliards de microplastiques seraient piégés dans la glace en Arctique

Catastrophe à rebours ?

Pollution : des milliards de microplastiques seraient piégés dans la glace en Arctique

 

La dérive des déchets plastiques peut conduire certains d'entre eux jusqu'en Arctique, où ils se retrouvent piégés dans la glace. Une récente étude révèle que plus de mille milliards de microparticules de plastique seraient aujourd'hui dans cette situation, et devraient regagner l'océan au fur et à mesure de la fonte des glaces.

Si les déchets plastiques sont capables de voyager à travers les océans jusqu’aux continents de plastique, pourquoi ne pourrait-on pas en retrouver jusque dans des zones reculées, comme l’Arctique ? Une équipe de chercheurs américains et britanniques vient de publier une étude révélant que la glace arctique renfermerait des milliards de particules de plastique.

Au fur et à mesure de la fonte des glaces, ces microplastiques devraient inévitablement regagner les océans et poursuivre leur dérive.

Des microparticules de plastique figées dans la glace

En étudiant des carottes de glace collectées en Arctique en 2005 et 2010, les scientifiques ont découvert que leurs échantillons renfermaient d’importantes quantités de microparticules de plastique. Parmi elles, une majorité de rayonne (54%), une fibre semi-synthétique élaborée à partir de cellulose naturelle. Ils ont également retrouvé du polyester (21%), du nylon (16%), du polypropylène (3%), ainsi que du polystyrène, de l’acrylique et du polyéthylène (2% chacun).

Le tout serait issu des millions de tonnes de plastique produits chaque année dans le monde. En 2012, selon Plastics Europe, la production de plastique aurait atteint 288 millions de tonnes. Jusqu’ici, Rachel Obbard, auteur principale de l’étude et spécialiste des matériaux, explique avoir utilisé un filtre permettant de retenir des particules mesurant au minimum 0,22 microns, soit 0,22 millionième de mètres.

En comparaison, les filets utilisés par les chercheurs pour étudier le vortex de déchets du Pacifique Nord ne permettent d’attraper que les particules plus grosses que 333 microns. Aussi, Rachel Obbard est persuadée qu’en filtrant l’eau encore plus finement, il serait possible de voir les quantités de microparticules augmenter significativement.

En se basant sur la tendance actuelle de la fonte des glaces, les auteurs estiment donc que durant la prochaine décennie, plus de mille milliards de ces minuscules morceaux de plastique pourraient à nouveau flotter à la surface des océans.

Un impact environnemental certain mais encore peu connu

Définis comme toutes les particules de plastiques de moins de 1mm, les microplastiques peuvent avoir deux types de sources. Lorsqu’ils proviennent de produits cosmétiques, d’exfoliants, d’abrasifs industriels ou de pastilles de pré-production de plastiques, on les appelle microplastiques primaires.

Les particules secondaires eux, sont le produit de la dégradation de déchets de plastiques plus importants, et peuvent également provenir des fibres synthétiques s’échappant de nos lave-linges. L’impact environnemental des microplastiques est encore peu connu, même s’il est certain qu’ils peuvent contenir des colorants, des agents ignifuges ou des stabilisants anti-UV. Sans compter que les plastiques absorbent des polluants organiques.

Le tout peut être ingéré et accumulé par des organismes vivants. "Les microplastiques sont ingérés par une grande quantité d’organismes, et il existe des inquiétudes concernant les dommages physiques et toxicologiques que cela peut entraîner, mais leur étendue est sujette à controverse", rapporte l’étude, publiée dans la revue Earth's Future.

Des microplastiques jusque dans nos assiettes ?

Entre 2010 et 2011, l’expédition MED (Méditerranée En Danger) avait souligné le risque sanitaire lié aux microplastiques, après en avoir retrouvé dans l’estomac de poissons pouvant eux-mêmes finir dans nos assiettes. Des chercheurs britanniques du Centre national d’analyse et de synthèse sur l’écologie ont également observé les effets des microplastiques sur les vers de vase (Arenicola marina), une source de nourriture importante pour de nombreux oiseaux marins.

Dans une étude publiée en 2013, ils ont affirmé que les produits chimiques contenus dans les matières plastiques, comme le Triclosan, un anti-microbien, peuvent augmenter la mortalité de ce ver et diminuer sa capacité à ingérer des sédiments. 

http://www.maxisciences.com/plastique/pollution-des-milliards-de-microplastiques-seraient-pieges-dans-la-glace-en-arctique_art32703.html

Commenter cet article

Archives

Articles récents