Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Gaz de schiste : quand les banques françaises investissent en douce

Publié par wikistrike.com sur 3 Juin 2014, 07:40am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie, #Economie

Gaz de schiste : quand les banques françaises investissent en douce

Les banques iraient chercher de l'argent dans e noyau de la Terre si elles pouvaient

Gaz de schiste : quand les banques françaises investissent en douce

 

Toutes, ou presque, se déclarent très sensibles aux préoccupations environnementales. Ce qui n'empêche pas les banques françaises, Société Générale et BNP Paribas en tête, de soutenir financièrement les gaz de schiste, une industrie aux impacts néfastes pour les ressources en eau, les populations locales et le climat. C'est ce que révèle une étude réalisée par les Amis de la terre Europe, qui détaille les investissements et prêts dont bénéficient les compagnies pétrolières les plus actives dans ce secteur. Pourtant, d'autres grandes banques mondiales n'ont pas hésité à exclure les gaz de schiste de leurs investissements. 

La France a pour l'instant fermé la porte au gaz de schiste sur son territoire. Mais ses entreprises nationales ne se privent pas d'en faire la promotion, en Europe et ailleurs, et d'y investir des ressources considérables. C'est le cas, bien sûr, pour les grands opérateurs gaziers, Total et GDF Suez, et pour les fournisseurs traditionnels du secteur des hydrocarbures (lire notre 
enquête à ce sujet). C'est aussi le cas des banques. Selon une étude réalisée pour l'association écologiste les Amis de la terre Europe, dont nous avons pu prendre connaissance en exclusivité, les banques françaises figurent en bonne place parmi les institutions financières les plus actives dans le financement du gaz de schiste dans le monde

La Société Générale en pointe sur les gaz de schiste 

L'étude détaille les différents types d'investissements et soutiens financiers - prêts,achat d'actions, souscription d'obligations ou garantie d'émissions d'obligations - dont bénéficient 17 entreprises très actives dans la prospection et l'exploitation de gaz de schiste, parmi lesquelles les « majors » pétrolières Total, Shell, Chevron ou l'espagnol Repsol, et des firmes nord-américaines ou polonaises moins connues. Puis l'étude évalue l'implication de chaque banque ou fonds d'investissements au sein de ces entreprises. Résultat : la Société Générale est la banque française la plus présente dans ce secteur. Elle a ainsi investi en prêts, achat d'actions, ou souscription d'obligations près de 2,4 milliards d'euros depuis 2010. Vient ensuite BNP Paribas, avec près de 2 milliards d'euros, puis le groupe BPCE (Banque Populaire Caisse d'épargne), avec plus d'1,2 milliard d'euros engagés et le Crédit agricole (373 millions d'euros). L'assureur Axa y est aussi présent pour plus de 100 millions d'euros. Les banques françaises sont principalement impliquées dans Total (participation au capital), auprès du groupe pétrolier espagnol Repsol ou du polonais PGNiG. A titre de comparaison, la plus grosse banque des États-Unis, JP Morgan, soutient financièrement ces entreprises à hauteur de 5,8 milliards d'euros, principalement Total, Shell et Chevron. 

Au vu du caractère extrêmement controversé de cette industrie, on aurait pu s'attendre à un peu plus de prudence. La seule technique d'extraction viable à ce jour est la fracturation hydraulique, facteur de pollution des nappes phréatiques et d'aggravation des risques sismiques. Les conséquences de l'extraction des hydrocarbures de schiste sur la pollution de l'air et le climat sont aussi problématiques : la fracturation hydraulique occasionne d'importantes émissions de méthane, un gaz à effet de serre beaucoup plus puissant que le CO2. Et le gaz ou le pétrole extraits restent, en eux-mêmes, des sources d'énergie fossile, émettrices de carbone. 

Une « conscience des risques » qui n'empêche pas les financements 

Les Amis de la terre Europe ont donc écrit aux banques et compagnies d'assurancesconcernées pour les interpeller sur ces risques et leur demander de se désengager du secteur. Seule la Société générale n'a pas daigné leur répondre. De son côté, BNP Paribas affirme être « parfaitement conscient des risques et opportunités relatif [sic] à cette activité », ayant participé aux côtés d'autres institutions financières à l'élaboration d'un « guide pour les financiers », intitulé « Prospection et production de gaz de schiste : enjeux fondamentaux et pratiques commerciales responsables » [1]. Ce document liste certains des aspects les plus controversés du gaz de schiste et évoque de manière très générale les « meilleures pratiques » pour prévenir les risques. Mais BNP Paribas ne dit absolument rien de l'application concrète qu'elle fait de ce guide dans ses décisions de financement. Quant au fonds d'investissementAmundi, impliqué dans les gaz de schiste polonais, il précise être « « particulièrement sensible aux questions environnementales et plus largement à l'ensemble des critères ESG (Environnemental, Sociétal, Gouvernance) » ». Mais ses critères « d'analyse et de choix d'investissement » ne semblent pas suffisamment stricts pour exclure les sociétés impliquées dans les gaz de schiste. 

Peut-on réellement faire confiance à l'industrie du gaz de schiste pour respecter les règles sociales et environnementales auxquelles elle est théoriquement tenue ? Et peut-on faire confiance aux banques pour qu'elles contrôlent effectivement l'application de ces règles, et orientent leurs investissements en conséquence ? Une étude réalisée par des groupes d'investisseurs éthiques américains, intitulée« Transparence et risques dans les opérations de fracturation hydraulique » [2] suggère que la réponse est négative. 

Les grands groupes aussi irresponsables que les aventuriers texans 

L'étude porte sur 24 entreprises actives dans le secteur du gaz de schiste aux États-Unis, dont plusieurs sont soutenus financièrement par les banques françaises. Elle évalue leur transparence en ce qui concerne les risques occasionnés par la fracturation hydraulique et les mesures mises en œuvre pour prévenir ces risques à travers de nombreux critères : pollution de l'eau, de l'air, produits toxiques utilisés, impacts sur les populations environnantes, gouvernance générale des projets... Le résultat est sans appel : pas une seule de ces 24 entreprises n'atteint un score de 50%. Or, « mesurer et rendre publics les impacts et la mise en œuvre des « meilleures pratiques » est le principal moyen par lequel les investisseurs peuvent évaluer comment ces entreprises gèrent les impacts des opérations de fracturation hydraulique sur les communautés et l'environnement », notent les auteurs du rapport. Autrement dit, si ces entreprises entretiennent une large opacité sur leurs activités et leur impact, comment les banques peuvent-elles être si sûres qu'elles respectent leurs critères d'investissement responsable ? 

Un argument en vogue parmi les lobbies européens du gaz de schiste est également contredit par l'étude : les graves problèmes environnementaux constatés aux États-Unis seraient dus aux petites firmes texanes qui ont été les pionnières du secteur. Des aventuriers sans scrupules en quelque sorte. En réalité, les grandes compagnies ne font pas mieux que leurs consœurs : Shell obtient une note de 7 sur 32, BP 2 sur 32, ExxonMobil 2 sur 32 et Chevron 3 sur 32. Des scores sans appel ! « Ces données renforcent évidemment nos craintes à l'heure où plusieurs de ces compagnies s'étendent hors des États-Unis, en Europe mais également dans plusieurs autres régions du monde », confie Antoine Simon, des Amis de la terre Europe. « Ni les technologies les plus avancées ni les « meilleures pratiques existantes » ne peuvent véritablement permettre aux industries du pétrole et du gaz d'extraire les hydrocarbures non conventionnels de manière propre et sécurisée. Toute activité industrielle comporte une part de risque, mais nous estimons que les risques générés par cette industrie dépassent de très loin ce qui peut être acceptable. » 

Les banques néerlandaises se désengagent du gaz de schiste 

Autre argument avancé par les établissements financiers français pour opposer une fin de non-recevoir aux interpellations : leurs financements sont octroyés à des entreprises engagées aussi bien dans le domaine des hydrocarbures classiques que dans celui des hydrocarbures dits « non conventionnels » comme le gaz de schiste. Les banques n'auraient donc pas les moyens de cibler précisément leurs investissements. « BNP Paribas ne finance pas directement ce type d'activité mais peut être concernée de manière indirecte via ses investissements et financements de grands groupes énergéticiens opérant dans des pays européens où l'exploration est autorisée », explique ainsi la première banque française. Celle-ci a pourtant élaboré une liste excluant plusieurs productions de ses investissements ou financements, comme les fibres d'amiante, les PCB ou les filets dérivants de plus de 2,5 km de long. 

Et d'autres banques parviennent, elles, à exclure purement et simplement les gaz de schiste du champ de leurs investissements. C'est le cas des deux principales institutions néerlandaises de banque et d'assurances, ING et Rabobank. Dans le cadre de sa 
nouvelle politique pour le pétrole et le gaz, Rabobank s'est engagée à« ne plus fournir d'argent qui serait utilisée pour extraire des combustibles fossiles non-conventionnels [gaz de schiste et sables bitumineux] ». ING, de son côté, a indiqué aux Amis de la terre qu'elle avait « décidé de s'abstenir de financer la production de gaz de schiste en Europe au moins jusqu'à fin 2016 », au vu des incertitudes sur « les impacts environnementaux et sociaux du gaz de schiste ». Si ING et Rabobank l'ont fait, pourquoi BNP Paribas en est-elle incapable ? 

Le gaz de schiste, un investissement spéculatif 

Rabobank a même poursuivi en justice il y a deux ans l'entreprise pétrolière Cuadrilla. Celle-ci voulait procéder à des forages par fracturation hydraulique à quelques dizaines de mètres à peine de l'établissement souterrain où la banque héberge ses bases de données. A l'échelle du pays, 120 municipalités et trois grandes régions des Pays-Bas se sont déclarées officiellement « frack free », refusant la fracturation hydraulique sur leur territoire. L'opposition néerlandaise au gaz de schiste s'explique en partie par la multiplication récente de 
secousses sismiques occasionnées par des forages de gaz conventionnel. Les initiatives de Rabobank et ING s'inscrivent aussi dans une tradition de surveillance et de pression citoyenne sur les banques plus forte que dans d'autres pays. 

Les banques devraient d'autant se méfier que le gaz de schiste est considéré comme une activité hautement spéculative. « L'objectif est surtout de gagner beaucoup d'argent à court terme. Le gaz de schiste est par nature une industrie spéculative, basée sur une succession rapide de « booms », et donc une fuite en avant permanente », analyse Antoine Simon. Hier les États-Unis, aujourd'hui l'Argentine, l'Ukraine ou la Roumanie. « Les majors sont toutes confrontées au déclin de leurs réserves conventionnelles de gaz. Elles ont tout intérêt à acheter des licences de gaz de schiste pour compléter leur inventaire, même si les perspectives concrètes d'exploitation sont illusoires - comme on l'a vu en Pologne - et même si cela implique de perdre de l'argent à terme. C'est une pure opération d'affichage à destination des financiers et des actionnaires. », explique Antoine Simon. Et une activité lourde de conséquences qui ne profite qu'à une part infime de l'économie(lire l'intégralité de notre 
enquête sur le sujet).


Commentaire : N'oublions pas aussi que la France pourrait faire main basse sur le gaz de schiste algérien et que Total s'en donne à cœur-joie en Argentine.

 

http://www.bastamag.net/Ces-banques-francaises-qui

Commenter cet article

Archives

Articles récents