Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Slaviansk : « Ce qui se passe chez nous en ce moment, c'est un génocide »

Publié par wikistrike.com sur 22 Juin 2014, 10:21am

Catégories : #Politique internationale

Slaviansk : « Ce qui se passe chez nous en ce moment, c'est un génocide »

Deux femmes pleurent dans leur maison détruite par un bombardement à Slaviansk, le 20 mai dernier. Crédits: Mikhaïl Potchouev, ITAR-TASS

Slaviansk : « Ce qui se passe chez nous en ce moment, c'est un génocide »

 

Le Courrier de Russie a pu joindre par téléphone un habitant de Slaviansk - Andreï Khartchenko, un garagiste de 51 ans qui vit àSlaviansk depuis sa naissance et élève cinq enfants. Témoignage bouleversant depuis une villeassiégée par l'armée ukrainienne. 

Le Courrier de Russie : Quelle est la situation à Slaviansk en ce moment ? 

Andreï Khartchenko : Dimanche dernier, nous avons encore été bombardés, 20 personnes ont péri. Hier, ils ont visé les hôpitaux. Il n'y a plus de cercueils dans la ville. La morgue ne fonctionne plus parce qu'il n'y a pas d'électricité. Nous enterrons les gens dans des fosses communes. Ce qui se passe chez nous en ce moment, c'est un génocide - je n'ai pas d'autres mots. 

LCDR : Qui sont ces gens qui ont péri ? 

A.K. : Ce sont tous des civils. Les insurgés meurent moins, ils peuvent toujours se réfugier dans les tranchées, mais les civils n'ont nulle part où se cacher. Ils ont déjà bombardé toutes nos usines, et maintenant ils tirent sur les stations-service et les supermarchés. Et même sur les hôpitaux ! On dirait qu'ils visent exprès les lieux peuplés, comme s'ils voulaient nous exterminer tous. Il y a quelques jours, les gens sont allés chercher de l'eau à un puits, une foule nombreuse s'est accumulée, mais la pompe s'est cassée, et les gens se sont dispersés. Eh bien, quelques minutes plus tard, une bombe a atterri précisément là-bas. Sans cette pompe cassée, ils auraient tous péri ! Récemment, encore, nous avons enterré une infirmière : elle a été tuée par un obus en rentrant chez elle. Un père a perdu sa petite fille lors d'un bombardement. Il y a une famille que je connais qui a une petite maison à proximité de Slaviansk, ils y sont allés et ils se sont retrouvés sous les bombes. Ils ont passé la nuit dans la cave et lorsqu'ils sont sortis le matin, il n'y avait plus rien autour. Leur maison a été entièrement détruite, il ne restait que des ruines. 

LCDR : Qui sont les gens qui tirent sur Slaviansk ? 

A.K. : C'est l'armée ukrainienne, notre ville est située dans une cuvette, ils nous pilonnent de long en large. Moi, je m'occupe de livrer l'aide humanitaire qui nous arrive de partout, je la livre aux insurgés qui stationnent aux abords de la ville, mais aussi aux soldats ukrainiens, je leur donne du saucisson car ils n'ont pas grand-chose à manger. J'ai un fils de leur âge, j'ai beaucoup de pitié pour eux, ce sont des conscrits, de jeunes gars qui viennent de toutes les régions d'Ukraine. Ils ne voulaient pas spécialement venir nous tuer, mais on les oblige à le faire, sinon, on leur tire dessus. On n'en parle pas à la télévision, mais eux aussi meurent en grand nombre - leurs chefs les laissent ici, parfois, ils ne sont même pas enterrés. 

LCDR : Qui sont les insurgés ? 

A.K. : Ce sont des gens d'ici. Tous les hommes de Slaviansk, sauf les plus jeunes qui ne s'intéressent qu'aux filles et à la bière, qui ne comprennent rien à la vie. J'ai discuté avec beaucoup d'insurgés, ils viennent principalement de notre région, de Gorlovka, de Makeevka, de 
Kramatorsk. Ils disent souvent : « Il faut que j'aille voir les miens », « J'ai ma femme et mes gosses qui sont restés dans tel ou tel endroit, il faut que je trouve le moyen de les faire partir ». Il y en a aussi qui viennent de Russie, mais souvent, ce sont en réalité des gens originaires de la région ou qui ont de la famille ici. En revanche, il n'y a pas de mercenaires parmi les insurgés : ce n'est pas vrai ce qu'on raconte. Moi, par exemple, je les aide, mais personne ne me paie. Et c'est pareil pour tous les gens que je connais. Ces hommes, ce n'est pas pour l'argent qu'ils se battent. 

LCDR : Pourquoi alors ? 

A.K. : Vous savez, si on m'avait dit un jour que ma ville allait se soulever comme ça, je n'y aurais jamais cru. Nous avons toujours été très passifs, je me souviens, une fois, nous avions eu un conflit avec le directeur d'un marché - seulement six personnes sont venues pour exiger sa démission. Mais là, tout le monde s'est levé, je n'en reviens pas moi même, je ne m'y attendais absolument pas. En fait, nous faisons la même chose que les gens sur la place Maïdan, nous luttons pour la même chose : nous sommes contre le vol, les oligarques, la corruption, nous voulons avoir de l'influence sur le pouvoir, nous voulons être entendus ! Mais les gens qui sont descendus sur Maïdan ont été dupés, ils ont protesté contre les oligarques, et maintenant, ce sont les oligarques qui règnent sur tout le monde. Certes, Ianoukovitch était un escroc, mais comparé à Porochenko, c'était un petit voleur. Oui, il pillait le pays - mais il ne l'a pas apporté sur un plateau aux Américains, comme est en train de le faire Porochenko. 

LCDR : Que voulez-vous dire par là ? 

A.K. : Il y a une compagnie américaine qui veut extraire du gaz de schiste dans la région, mais nous, nous sommes contre, nous ne voulons pas que nos terres soient abîmées, que nos eaux soient souillées, que les Américains nous prennent nos gisements. Nous ne voulons pas non plus que l'Ukraine signe un accord d'association avec l'Union européenne, nous ne voulons pas refaire tous nos chemins de fer selon leurs normes, fermer nos usines parce qu'elles ne seront pas conformes à leurs standards. S'ils signent, il n'y aura plus de travail en Ukraine, mais moi, je suis ukrainien, je veux que l'Ukraine soit florissante, qu'elle se développe, mais je veux vivre et travailler ici, sur cette terre, je ne veux pas partir travailler en Espagne, par exemple, comme le font beaucoup de mes compatriotes. Les Européens n'ont pas besoin de nous, c'est ridicule de croire le contraire. Je veux que l'Ukraine décide elle-même de son sort. Et nous, avec nos armes, nous sommes le dernier rempart, nous sommes comme un os dans la gorge de tous ces gens qui veulent que l'Ukraine cesse d'exister, qu'elle devienne une colonie américaine. Ils veulent nous anéantir pour, ensuite, faire ici tout ce qui leur chantera. 

LCDR : Qui pourrait améliorer les choses en Ukraine, selon vous ? 

A.K. : Avant l'élection, j'ai étudié les programmes de tous les candidats, et à mon avis, il n'y en a qu'un qui peut vraiment redresser le pays, c'est Olga Bogomolets. Elle était aussi sur la place Maïdan, elle est médecin, elle vient d'une famille de médecins très connue, c'est quelqu'un de profondément honnête, et je crois beaucoup en elle. Elle n'a recueilli que 5 % à la présidentielle, mais vu qu'elle ne croule pas sous le fric et qu'elle n'a pas pu se payer tous les espaces publicitaires, comme certains, c'est déjà un très bon résultat. 

LCDR : On dit que Slaviansk est déserte en ce moment, que les gens partent en masse. Est-ce vrai ? 

A.K. : Ils partent, mais pas vraiment en masse. J'ai discuté récemment avec le directeur de notre usine de pain, il m'a dit que ses ventes ont baissé de 20 % - on peut en conclure que 20 % des gens sont partis. Le problème, c'est que beaucoup n'ont nulle part où aller, ils n'ont pas de famille prête à les accueillir, pas d'argent pour louer un appartement dans une ville qui ne soit pas bombardée tous les jours comme la nôtre. Je connais une famille qui a loué un appartement à Sviatogorsk, ce n'est pas loin d'ici, mais leurs économies s'épuisent, et ils vont devoir revenir. Et là, un autre problème surgit : on peut encore quitter Slaviansk, mais c'est extrêmement difficile d'y revenir, les militaires ukrainiens ne laissent entrer personne. 

LCDR : Que pense-t-on de la Russie, à Slaviansk ? Les gens espèrent-ils une intervention ? 

A.K. : La Russie n'interviendra pas, c'est certain. La vérité, c'est que personne ne veut de nous, pour que la Russie intervienne, il faudrait qu'ils nous exterminent tous ici, qu'ils laissent à la place de Slaviansk une terre brûlée, mais alors, l'intervention n'aura plus aucun sens. C'est surtout par les Ukrainiens que je voudrais que nous soyons entendus. Je sais que même à Poltava, une ville pourtant pas loin d'ici, les gens ne savent rien sur notre situation. À la télévision, ils racontent que nous sommes tous des terroristes : c'est-à-dire que les sept millions d'habitants de la région sont des terroristes ?! Nous avons des idées différentes sur 
l'Ukraine, sur son avenir, mais nous n'allons pas les imposer à l'Ouest du pays par les armes, que je sache. Alors pourquoi viennent-ils, eux ? Pourquoi est-ce qu'ils nous assassinent ? Parce que nous ne pensons pas comme eux ? Mais c'est quoi, ce gouvernement fasciste ?! J'appelle souvent mon fils qui vit à Poltava, je lui dis : « Alors qu'est-ce que tu crois ? Tu ne penses quand même pas que ton père est un terroriste, hein ? » Je veux que les gens de là-bas m'entendent, que les Ukrainiens de l'Ouest m'entendent ! Je suis né à Slaviansk, j'ai étudié à Kharkov, et dans mon groupe, tous les étudiants venaient d'Ukraine de l'Ouest justement - et je peux dire que ce sont des gens formidables ! Pourquoi nous fait-on nous entretuer ? Qui fait ça ? Mais c'est notre gouvernement qui fait ça ! 

LCDR : On raconte aussi que Moscou contrôle les insurgés. Qu'en dites-vous ? 

A.K. : Je ne le pense pas. Nous n'avons pas de commandement unique, il y a des groupes dispersés, pas toujours très bien organisés, chacun agit selon sa propre initiative... Si les ordres venaient de Moscou, l'organisation serait meilleure, croyez-moi ! Les gens agiraient avec bien plus de coordination. Mais je vous le dis - nous en sommes loin. 

LCDR : Comment la situation va évoluer, d'après vous ? 

A.K. : Pour 
Kiev, nous sommes des condamnés. Quand nous nous adressons àKiev, on nous répond clairement « Slaviansk, connais pas ». Nous n'existons pas pour eux. Ils ne nous laisseront pas en vie, ils vont tous nous exterminer, nous en sommes à peu près certains. Mais nous continuerons de nous battre. Pourquoi devrais-je quitter ma terre, cette terre où je suis né ? Nous nous battrons comme à Stalingrad, pour chaque rue et pour chaque maison. Dans tous les cas, nous n'avons plus rien à perdre. Ils disent qu'ils épargneront peut-être ceux qui n'ont pas pris les armes, mais chez nous, ici, tous les hommes ont pris les armes, alors...

 

http://www.lecourrierderussie.com/2014/06/slaviansk-genocide/

Commenter cet article

Archives

Articles récents