Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Ukraine : La guerre civile actée, la situation se dégrade très sérieusement

Publié par wikistrike.com sur 12 Juin 2014, 11:13am

Catégories : #Social - Société, #Politique internationale

Ukraine : La guerre civile actée,  la situation se dégrade très sérieusement

L'Ukraine n'est plus l'Ukraine

Ukraine : La guerre civile actée,  la situation se dégrade très sérieusement

 

Human Right Watchs a documenté les pilonnages de bâtiments civils par l’armée Ukrainienne dans la région de Donestk entre le 20 et le 26 mai. L’ONG déclare ainsi :  « As the operations in southeast Ukraine intensify, the threat to civilian lives is growing ». Selon l’ONG, le pays glisse vers le chaos.

La situation humanitaire se dégrade très sérieusement

La ville de Slaviansk est privée d’eau potable, l’armée ukrainienne ayant détruit la canalisation alimentant la ville.

Au 06 juin la région de Rostov-sur-le-Don en Russie accueillait plus de 12000 réfugiés de la région de Donetsk, principalement suite à l’offensive de l’armée ukrainienne sur la ville de Slaviansk. Cette offensive a impliqué des moyens aériens, des mortiers automoteurs Tulpan et des chars. La ville a été pilonnée. L’AFP en a rendu compte, à sa manière

Selon Ria Novosti,citant le renseignement militaire, il ne resterait aujourd’hui plus que 7000 habitants environ sur les 117000 que comptait la ville de Slaviansk.

En conséquence, les autorités de la république autoproclamée de Donetsk ont demandé l’envoi d’une force internationale de maintien de la paix, notamment pour permettre l’évacuation des blessés. Six miliciens de la république autoproclamée de Donetsk ont en effet été tués alors qu’ils tentaient de récupérer les corps de leurs camarades tués lors de combats près de l’aéroport de la ville.

Le gouvernement de Kiev a refusé la proposition Russe d’envoi d’aide humanitaire dans l’est de l’Ukraine le 28 mai.

Il a fallu attendre le 11 juin pour que le président Porochenko autorise la création d’un corridor humanitaire afin d’évacuer les civiles de Slaviansk qui continue d’être bombardée.

Moscou avait proposée bien avant, la création de tels corridors afin d’évacuer les civils, cette proposition avait été rejetée le 06 juin par le conseil de sécurité de l’ONU, et donc par la diplomatie française.

Le ministre Russe des affaires étrangères Sergeï Lavrov a reconnu que la Russie envoyait quand même de l’aide humanitaire dans l’est de l’Ukraine, malgré le refus de Kiev, par l’intermédiaire des milices populaires.

Une partie importante de la frontière avec la Russie est en effet passée sous contrôle des insurgés qui se sont emparés d’un grand nombre de postes frontières.

La situation dans la ville de Semenovka parait critique : cette localité qui contrôle l’accès à Slaviansk subit depuis plusieurs jours des bombardements, notamment par l’intermédiaire de lance-roquettes Grad. Selon les insurgés, des bombes incendiaires au phosphore auraient été utilisées par la garde nationale Ukrainienne (Praviy Sektor).

Sur le front diplomatique

L’OTAN soutien toujours l’opération militaire dans l’est de l’Ukraine. L’OTAN a fournit des armes « non létales » à l’armée ukrainienne et à la garde nationale (Praviy Sektor), sans que l’on en sache plus sur la nature exacte de ces armes.

Depuis mars, le gouvernement putschiste a reçu une aide militaire de 23 millions de dollars de la part des états-unis.

Le vice-président Joe Biden a promis une rallonge de 48 millions de dollars au président Porochenko.

Dans ce contexte, les déclarations du secrétaire d’état américain John Kerry sur la nécessité d’arrêter les opérations militaires ne sont pas crédibles. De même, les déclarations de M Porochenko sur la nécessité « d’arrêter l’effusion de sang »  lors des cérémonies du débarquement le 06 juin dernier, sont restées virtuelles. C’est un tout autre discours qu’a tenu M Porochenko une fois rentré à Kiev, réaffirmant son hostilité à toute idée de fédéralisation du pays, qui reste pourtant la seule solution politique.

La situation diplomatique est dans une impasse

Les insurgés ont en effet déclaré être « indifférents » aux déclarations de M Porochenko qu’ils ne reconnaissent pas comme disposant d’une quelconque légitimité à leur égard.

Le divorce semble consommé entre les deux parties de la population, l’est russophone et l’ouest pro-européen. Les exactions commises par la garde nationale composée de miliciens de Praviy Sektor (comme à Odessa) ont joué un rôle fondamental dans la radicalisation de l’opposition et la constitution de milices armées dans l’est du pays. La garde nationale est considérée par les habitants de l’est comme une force néo-nazie qui réactualise le partage historique du pays entre l’ouest collaborationniste, via notamment la division SS Gallicie, et l’est anti-fasciste.

Il est à noter que les milices de Praviy Sektor incorporent des volontaires néo-nazis étrangers venant combattre en Ukraine, notamment au sein du bataillon Azov.

De l’autre côté, des volontaires Russes venant notamment de Tchétchénie et du Caucase, viennent renforcer les milices populaires de l’est du pays et combattre le fascisme.

Le rôle du néo-nazisme en Ukraine et son implication dans la garde nationale via les miliciens de Praviy Sektor sont des éléments fondamentaux pour comprendre la radicalisation du conflit et la constitution de milices populaires dans l’est du pays. Le divorce semble irrémédiable entre le pouvoir ukrainien qui appuie son action sur ces milices néo-nazies, et la population de l’est du pays qui voit la lutte actuelle comme un recommencement de la lutte contre le nazisme pendant la seconde guerre mondiale.

Au niveau gazier

Le prix proposé par Moscou est de 385 dollars les 1000 m3 (et non 500 comme avancé par M Etienne de Durand !). Ce prix correspond au prix du marché européen. Cependant, Kiev exige que les tarifs du gaz continuent d’être alignés sur les anciens prix pratiqués par Gazprom qui comprenaient d’importantes réductions, notamment en compensation de l’hébergement de la flotte de la mer noire.

L’Ukraine doit toujours s’acquitter d’une dette gazière d’environ 2,3 milliards de dollars. Gazprom doit passer à un système de pré paiement à partir du mois de juin pour toute nouvelle livraison. Le gouvernement de Kiev prend ainsi en otage l’UE et la Russie puisqu’une rupture des approvisionnements via l’Ukraine ne permettrait pas de satisfaire la totalité de la demande européenne. A cet égard, la commission européenne joue un jeu trouble puisqu’elle vient de faire suspendre par la Bulgarie la construction du tronçon du gazoduc South Stream qui doit transiter sur son territoire via la mer noire afin justement de fiabiliser les approvisionnements de l’UE en évitant l’Ukraine. Raison invoquée par la commission : des irrégularités au droit européen au niveau de l’appel d’offre pour la construction du tronçon Bulgare…

 

http://lesmoutonsenrages.fr/2014/06/12/ukraine-la-situation-continue-a-se-degrader-la-guerre-civile-est-actee/

Commenter cet article

Archives

Articles récents