Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Entre 60 et 90% du cerveau servirait juste à se comparer aux autres selon une étude

Publié par wikistrike.com sur 8 Août 2014, 08:22am

Catégories : #Science - technologie - web - recherche, #Santé - psychologie

Entre 60 et 90% du cerveau servirait juste à se comparer aux autres selon une étude

Nouvelle étude

 

Entre 60 et 90% du cerveau servirait juste à se comparer aux autres selon une étude

 

 

L’humain monopolise entre 60% et 90% de ses capacités cérébrales dans le seul but de se comparer aux autres, a-t-on appris ce jeudi de source universitaire. Même lors de tâches sans aucun rapport, une majorité des neurones est en réalité occupée à juger l’apparence physique des personnes récemment rencontrées, catégoriser leurs vêtements, leurs chevelures, les placer sur diverses échelles sociales, lister leurs défauts ou qualités, puis se mesurer à ces critères.

 

Le mythe du « cerveau utilisé à 10% » revu et corrigé

NON, nous n’utilisons pas seulement 10% de nos capacités cognitives, affirment les chercheurs américains du département de psychologie de l’université de Louisiane. Nous exploitons bien toutes nos capacités, soit 100%, mais une grosse partie de cette formidable puissance de calcul serait en réalité accaparée par une « tâche de fond ininterrompue » de classement, comparaisons et mises en correspondance des personnes de notre entourage et de nous-même.

Cette tâche de fond, inconsciente et automatique, occuperait en moyenne 75% des capacités du cerveau chez l’homme et 86% chez la femme, pour qui se situer socialement et physiquement par rapport aux autres femmes serait plus important que pour l’homme, selon les chercheurs.

 

Obsédés par les autres

Elle se compare à elle, il la compare à elle

Les techniques modernes d’imagerie cérébrale portatives à micro-électrodes ont permis aux chercheurs d’étudier l’activité cérébrale des individus au cours de leuractivités quotidiennes : au travail, en famille, au supermarché, dans la rue ou à la plage. Résultat : les zones du cerveau liées à la « hiérarchisation et l’auto-classification sociale » consomment la plus grosse partie des ressources intellectuelle disponibles, même en l’absence d’autres humains. Nous serions littéralement obsédés par les autres.

Nous avons mesuré l’activité cérébrale d‘une femme lors d’un entretien d’embauche très important pour elle. Il est ressorti que 88% de ses capacités cognitives ont été consommées à reconstruire mentalement la vie de la recruteuse à partir d’indices comme la coiffure, le maquillage, son hygiène, ses tics, vêtements ou attitudes… juste pour savoir si sa propre vie était mieux que la sienne ou non.

.

La double peine du manque de confiance en soi

Que se passe-t-il lorsqu’une personne ne peut, ou ne veut se comparer aux autres ? Utilise-t-elle 100% de ses capacités intellectuelles ? Oui, selon les chercheurs :

Certaines personnes sont tellement laides ou tellement attractives qu’elles savent précisément où elles se situent par rapport aux autres : tout en haut de l’échelle, ou tout en bas. L’intégralité de leurs capacités sont par conséquent disponibles et leur intelligence peut être phénoménale. A l’opposé, ceux qui doutent le plus de leur physique ou de leurs compétences sociales gaspillent presque toute leur intelligence à essayer de se placer sur l’échelle.

Grâce à l’imagerie cérébrale, les chercheurs ont découverts chez les sujets « les moins sûrs d’eux » des zones entières du cerveau dédiées au classement des coiffures, à la comparaison des chaussures, ou à la hiérarchisation des muscles ou des voitures.  » L’un de nos patients a même développé une capacité prodigieuse qui lui permet de reconstruire dans son cerveau une représentation très précise du pénis de ses rivaux, rien qu’en observant les plis de son pantalon et les détails de sa démarche «  s’extasiait Paul Kullen, co-auteur de l’étude.

 

Cons d’ados

Ces résultats apportent un éclairage nouveau sur des problèmes jusqu’alors difficiles à appréhender, comme l’illustre un paragraphe de conclusion de l’étude :

Pourquoi le pic de stupidité est-il atteint à l’adolescence chez l’humain alors que c’est à cet âge que le cerveau fonctionne le mieux ? Tout simplement car cette période est caractérisée par le doute, le manque de confiance en soi et l’importance exagérée donnée à l’apparence et au statut. Le cerveau de l’ado ne fait presque rien d’autre que s’évaluer par rapport aux autres. Cela explique également le concept de vieux sage.

 

 

http://www.lecourrierdesechos.fr/2014/08/90-du-cerveau-servirait-juste-a-se-comparer-aux-autres-selon-une-etude/

Commenter cet article

Archives

Articles récents