Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La Commission européenne, une « insulte » à la démocratie ?

Publié par wikistrike.com sur 14 Septembre 2014, 06:58am

Catégories : #Economie

La Commission européenne, une « insulte » à la démocratie ?

Moscovici, un homme totalement soumis

La Commission européenne, une « insulte » à la démocratie ?

 

 

« Nous nous réjouissons du portefeuille arraché par Pierre Moscovici face aux conservateurs en Europe : non seulement il obtient les affaires économiques, mais il sera également en charge de la fiscalité. C'est un portefeuille essentiel pour lutter contre les paradis fiscaux. » Les socialistes français élus au Parlement européen sont bien les seuls à s'enthousiasmer de l'arrivée de l'ancien ministre des Finances à Bruxelles. La réforme bancaire qu'il a mise en place en France est jugée « dérisoire », Moscovici s'étant largement soumis aux exigences du lobby bancaire (lire notre enquête). Sur la question des paradis fiscaux, ce sont les députés et les sénateurs qui ont durci in extremis la loi, malgré les réticences du ministre. Et lorsque le précédent commissaire européen français Michel Barnier (UMP) présente en janvier 2014 un projet de réforme européenne du secteur bancaire, qui vise à limiter la taille des banques, le ministre des Finances socialiste juge sa proposition trop radicale ! 

Le collègue de Pierre Moscovici en charge des services financiers est lui directement issu du milieu des marchés financiers. Le conservateur britannique Jonathan Hill a fondé en 1998 une entreprise de lobbying, Quiller Consultants. Une société dont il est toujours actionnaire. Parmi ses clients : des poids lourds du secteur financier comme la banque HSBC, la société interbancaire de télécommunication financière (Swift), et l'organisation gérant la City de Londres... Ou dans un tout autre domaine, MigrationWatch, un think-tank considéré comme proche de l'extrême droite. 

Un pétrolier au climat 

En matière d'écologie, ce n'est guère plus enthousiasmant : le nouveau commissaire en charge du climat et de l'énergie, Miguel Arias Cañete, est l'ancien ministre de l'Agriculture et de l'Environnement du gouvernement conservateur espagnol. Il a présidé jusqu'en 2012 une compagnie pétrolière, Compañía Mercantil Petrolífera Ducar S.L, domicilié dans un paradis fiscal et dont il est toujours actionnaire. Il est aussi critiqué par les écologistes espagnols pour avoir autorisé l'extraction de gaz de schiste et la fracturation hydraulique et pour avoir fait de l'Espagne « la porte d'entrée des OGM en Europe ». Il avait également créé une polémique lors de la campagne électorale européenne en affirmant, après avoir débattu avec la candidate socialiste : « Le débat entre un homme et une femme est très compliqué. Si l'on abuse de sa supériorité intellectuelle, on a l'air d'un machiste en train de coincer une femme sans défense. » 

« C'est inouï et immoral que la Commission européenne ait choisi pour ce poste quelqu'un qui est l'anti-thèse du défenseur de l'environnement et des énergies renouvelables », commente Florent Marcellesi, le porte-parole du mouvement écologiste espagnol Equo à Bruxelles. « A un an de la Conférence de Paris sur le climat, (...) le choix de monsieur Cañete au portefeuille climat énergie est choquant », renchérit le député européen écologiste Yannick Jadot. Le Parti de gauche appelle de son côté les députés européens à s'opposer à cette nomination. 

Une « insulte » à la démocratie 

L'environnement, la mer et la pêche sont placés sous la houlette de l'ancien député et homme d'affaires maltais Karmenu Vella. Investi dans plusieurs sociétés hôtelières et de BTP maltaises, Karmenu Vella préside également jusqu'en 2013 le groupe de tourismeOrange Travel Group associé à plusieurs sociétés de croisière, comme Croisières de Franceou les tristement célèbres croisières Costa. Le prisme touristique du personnage prendra-t-il le pas sur la protection de l'environnement ? 

« La composition de la commission Juncker annonce le renforcement des politiques néolibérales qui entraînent l'Europe dans le gouffre. Pour Attac France, il s'agit d'une véritable insulte pour les millions de citoyens européens qui souhaitent rompre avec le dogme de l'austérité et la domination de la finance, pour engager la transition écologique et sociale », estime l'association altermondialiste. Un néolibéralisme qui ouvre aussi une porte à la droite dure : l'ancien ministre hongrois Tibor Navracsics, membre du très réactionnaire parti Fidesz s'occupera de l'éducation, de la culture, de la jeunesse et de la citoyenneté... Malgré son enthousiasme pour la nomination de Pierre Moscovici, « la délégation socialiste française s'inquiète de l'équilibre politique » de la Commission. Pouvait-on réellement attendre autre chose d'un Président de la Commission, Jean-Claude Juncker, qui a gouverné un paradis fiscal pendant 20 ans ?

 

BastaMag

Commenter cet article

Archives

Articles récents