Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La nouvelle entourloupe titrisée de la banque publique d'investissement

Publié par wikistrike.com sur 16 Septembre 2014, 08:07am

Catégories : #Economie

La nouvelle entourloupe titrisée de la banque publique d'investissement

Une aide dissimulée aux banquiers et à leurs actionnaires.

La nouvelle entourloupe titrisée de la banque publique d'investissement

 

 

Contrairement à ce qui est avancé par François Hollande, la titrisation des crédits aux PME, par le biais de la Banque publique d’investissement (BPI France), n’est en aucun cas une aide aux PME, puisque ces crédits ont déjà été octroyés par définition. C’est au contraire une aide dissimulée aux banquiers et à leurs actionnaires.

En effet, grâce à ce tour de passe passe , les besoins de recapitalisation des banques françaises viennent de s’évanouir comme par enchantement, puisqu’elles ont le droit de sortir de leurs bilans des risques sur lesquels elles continueront néammoins à toucher une rémunération par les marges dégagées grâce aux taux pratiqués sur ces crédits.

Les actionnaires de ces mêmes banques auraient dû être appelés pour des recapitalisations urgentes et de nouveaux besoins en fonds propres. En fait, ils ne subiront aucune pression, puisque, par le biais de cette titrisation, le transfert de risques se fait sur le contribuable et sur l’État français. Et ces transferts vont préserver leurs dividendes.

C’est l’application du TARP américain [1] à la France, grâce à un tour de magie et à une sémantique adaptés, par un Président, dont l’ennemi était peut-être jadis (il y a deux ans et demi) la Finance, mais qui aujourd’hui sert les intérêts des actionnaires privés des banques françaises, au détriment de l’intérêt général des Français. Il suffit de regarder la composition  et les lieux de détention de l’actionnariat des banques cotées au CAC 40 pour comprendre quels seront les intérêts les premiers servis .

Marie-Caroline Porteu

Note

[1] Le Troubled Asset Relief Program (TARP) est le nom initialement donné au plan Paulson. Malgré le montant en jeu, le document ne comptait que trois pages. Pour que le plan soit accepté par le Congrès des États-Unis, il a fallu modifier substantiellement le document : il comptait environ 110 pages au moment de son acception. (wikipedia, français)

Source : France : La BPI propose la « titrisation » des crédits aux PME (lesechos.fr, 15-09-2014)

 

The Vineyard

Commenter cet article

Archives

Articles récents