Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Donetsk, massacre dans une école. Des prisonnières racontent les tortures

Publié par wikistrike.com sur 3 Octobre 2014, 11:48am

Donetsk, massacre dans une école. Des prisonnières racontent les tortures

Un petit massacre loin des médias

Donetsk, massacre dans une école. Des prisonnières racontent les tortures

 

Mercredi 1er octobre 2014  -  Ça aurait dû être - comme l'écrit La Repubblica, le quotidien italien qui aime et célèbre le plus  les nazis ukrainiens du Bataillon Azov - un jour de fête pour la réouverture des écoles, retardée de presque un mois justement à cause du siège militaire de Kiev contre les populations de l'Ukraine Orientale.

 

Mais aujourd'hui à Donetsk c'est un jour de deuil et de douleur. Ce matin en effet, nonobstant le cessez-le-feu théoriquement en vigueur depuis le 5 septembre dernier, deux coups de mortier tirés par l'artillerie gouvernementale ont centré une école élémentaire dans le quartier de Kievsk, qui malheureusement se situe à seulement 4 km de l'aéroport de la ville théâtre depuis des semaines d'intenses affrontements à l'arme à feu et semble depuis quelques heures fini sous contrôle des milices des Républiques Populaires.

1 октября Донецк Видео сразу после попадания снаряда в автобус © 1stVideoChannel

http://www.youtube.com/watch?v=VVtuZoyhGkU 

Jusqu'à maintenant les autorités locales ont annoncé 10 morts ; quatre ont été tués et d'autres 10 ont été blessés par un projectile tombé dans la cour de  l'école, pendant que six autres victimes sont mortes sur le coup lorsqu'un autre coup de mortier a centré un taxi collectif dans une rue proche, en détruisant complètement la voiture. Pour l'instant ce n'est pas clair qui a été victime du feu de l'armée de Kiev, les médias parlent sûrement d'un parent et d'un enseignant. Certains blessés seraient dans des conditions graves.

 

Pendant ce temps les insurgés dénoncent les crimes et les tricheries de la contrepartie. Dimanche dernier une automobile avec à bord des représentants du gouvernement rebelle qui se rendaient avec le drapeau blanc bien en vue vers l'aéroport de Donetsk pour négocier avec les gouvernementaux a été incroyablement accueillie avec des coups de mitraillette et un milicien a été tué. En outre les autorités de la Novorossiya dénoncent que le gouvernement de Kiev n'est pas en train d'appliquer les accords atteints à Minsk en matière d'échange de prisonniers, retardant la libération des miliciens capturés et surtout en faisant passer pour des combattants des civils arrêtés ou retenus dans les derniers mois.

 

RAW Donetsk school shelling aftermath: three killed at opening © RT

 

http://www.youtube.com/watch?v=YH_wlJ5ckQE 

Parmi ceux-ci il y a aussi la journaliste criméenne Anna Mokhova qui, enfin libérée le 22 septembre, a raconté avoir été torturée, frappée pendant un interrogatoire, molestée sexuellement et menacée d'être fusillée par ses geôliers ukrainiens, les agents de la Sbu (Services de Sécurité Ukrainiens).

 

Des récits semblables de la part de Inga Avdeeva, une jeune femme de 24 ans d'Odessa, elle aussi une civile récemment libérée au cours d'un échange de prisonniers qui théoriquement devrait concerner seulement des combattants. Capturée par les Services de Sécurité Ukrainiens le 25 juin dernier, la jeune femme a été accusée de terrorisme seulement parce que dans son compte de Vkontakte" (un réseau social sur le web dans les pays de l'ex Urss) apparaissaient des slogans favorables à la Novorossyia.

 

Inga Avdeeva a raconté que, nonobstant qu'elle ait été enceinte, elle a été torturée et frappée plusieurs fois, contrainte de dormir avec la lumière allumée 24 heures sur 24, et à la fin elle a perdu l'enfant.

 

C'est le tableau qui, en démentant les possibles ouvertures promises à l'égard de Moscou dans le cas où il aurait offert une médiation sur la crise explosée en Ukraine après le putsch philo-occidental de février, hier l'Union Européenne a re-confirmé les sanctions économiques émises dans les mois derniers contre la Russie. Avec la motivation que l'accord de paix de Minsk n'avait pas été mis en action 'correctement', en imputant les violations au gouvernement de Moscou qui, du point de vue formel, n'est même pas une des parties en cause. "Pendant qu'il y a eu des développements politiques encourageants autour de l'accord de Minsk", qui prévoit un cessez-le-feu et un accord de paix, "restent encore à appliquer correctement des points essentiels de l'accord lui-même" a affirmé la responsable européenne Catherine Ashtonle jour dans lequel l'Otan, en démentant ce qu'avait déclaré l'Alliance Atlantique il y a quelques jours, a affirmé que "des centaines de soldats, parmi lesquels des forces spéciales, sont encore dans le pays" et "dans la dernière semaine nous n'avons pas vu d'ultérieures réductions des troupes russes de combat en Ukraine".

 

 

Rédaction Contropiano

 

 

Contropiano.org

 

http://contropiano.org/internazionale/item/26635-donetsk-strage-in-una-scuola-alcune-prigioniere-raccontano-le-torture

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents