Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

L'armée française est mise en vente !

Publié par wikistrike.com sur 5 Octobre 2014, 06:04am

Catégories : #Politique intérieure, #Economie

L'armée française est mise en vente !

Plus un radis dans les caisses

L'armée française est mise en vente

 

C'est ce que nous apprend Le Figaro, généralement bien informé en ce qui concerne le militaire : le gouvernement français, en mal de crédits, se propose de faire appel au secteur privé pour financer une partie des dépenses militaires. Voici la Défense, que l'on pensait naïvement devoir rester le dernier bastion du secteur public, face aux intérêts du secteur privé qui ont envahi tout le reste, mise en vente à son tour. 

Comment « poursuivre la modernisation et l'équipement des armées » ? La solution imaginée le gouvernement français passe par la création de « sociétés de projet » capitalisées en tout ou en partie avec le produit de cession de participations détenues par l'État dans des entreprises, mais aussi avec de l'argent privé. La société de projet utilisera ensuite cette rentrée d'argent immédiate pour acheter un matériel que l'armée détient déjà, puis lui concédera « un droit d'usage contre un loyer dont la durée et les modalités restent à définir ». 

Faut-il rappeler qu'il s'agit d'une solution depuis longtemps pratiquée par l'US Army, sous la pression du lobby militaro-industrialo-bancaire, avec le résultat qu'elle emploie maintenant des armées privées devenues sur certains territoires (l'Ukraine par exemple) totalement incontrôlables - n'assurant par ailleurs aux personnels aucune prestation sociale, même pas les soins post- traumatiques. Ils sont renvoyés chez eux, à la charge d'institutions charitables exsangues. 

En France on appelait cela jusqu'à présent des Partenariats publics privés (PPP) fonctionnant sur le principe au secteur privé les bénéfices, au secteur public les déficits. Auquel s'ajoute le principe de l'absence de contrôle, ni durant les appels d'offres, ni durant l'exécution des marchés, ni à la recette. Les résultats sont souvent lamentables, non pas seulement par les coûts finaux, mais par la qualité du produit. Ce fut ainsi le cas d'un hôpital de la région parisienne que nous ne nommerons pas : malgré l'argent investi, il n'a pu encore ouvrir ses portes, du fait de diverses malfaçons. La Cour des Comptes, semble-t-il, s'en serait inquiétée, comme on dit : « Regrettable confusion entre maître d'ouvrage et maître d'œuvre ». 

Le gouvernement socialiste français n'hésitera pas cependant à suivre l'exemple américain, tant en ce qui concerne la défense que la police. Mais il n'y a pas d'argent, dira-t-on. On ne peut rester sans rien faire, alors que l'ennemi est à nos portes. 

Or l'ennemi, pour reprendre une phrase devenue tristement célèbre, n'est pas celui que l'on pense. C'est la Finance. C'est elle qui nous gouverne, à partir de ses fiefs de Wall Street et de la City, et qui a fait en sorte que la Banque centrale européenne ne puisse, comme le fait cependant son homologue américaine, la Fed, prêter directement aux États. Les États européens sont donc obligés de s'endetter auprès des marchés. Aujourd'hui, ne pouvant plus le faire, ils vont, comme le fait depuis deux ans l'État grec, renoncer à leurs missions de service public les plus essentielles. Voici revenu le temps des Grandes compagnies, narguant le pouvoir royal. 

Rappelons, en ces jours de Fête de la science, qu'il en de même de la recherche fondamentale ex-publique.

 

The Vineyard

Commenter cet article

Archives

Articles récents