Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Christophe de Margerie s'est enfin mis à l'énergie libre

Publié par wikistrike.com sur 21 Octobre 2014, 00:00am

Catégories : #Economie

Christophe de Margerie s'est enfin mis à l'énergie libre

Margerie possède désormais l'énergie libre...

L'avion de Christophe de Margerie s'écrase dans une explosion digne d'une pompe à essence

 

Le PDG de Total est mort. Christophe de Margerie, 63 ans, a perdu la vie dans un accident d’avion au moment du décollage. L'appareil s’est écrasé peu avant minuit, provoquant la mort de la totalité de ses occupants. 20 Minutes revient sur les circonstances de cet accident.

Que faisait Christophe de Margerie en Russie?

 

Selon le quotidien russe Vedomosti, Christophe de Margerie revenait d'une réunion avec le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, consacrée aux investissements étrangers en Russie au moment où les sanctions américaines et européennes décrétées dans la foulée de la crise ukrainienne frappent durement Moscou. Bénéficiant de bons contacts au sommet de l'Etat russe, le patron de Total faisait partie des hommes d'affaires français qui prônent l'investissement en Russie.

Que s’est-il passé?

 

L’avion du PDG de Total était en train de décoller vers Paris quand le train d’atterrissage et le fuselage de l’engin ont percuté une déneigeuse sur la piste de l’aéroport de Vnoukovo, à Moscou. L’avion, un jet Falcon-50, s'est alors écrasé et a pris feu après une explosion. Les secours sont intervenus pour tenter d’éteindre l’incendie, en vain. Des débris ont été retrouvés à plus de 200 mètres, selon les médias russes. Les premières images par ici.

Qui sont les autres victimes du drame?

 

«Tous les occupants de l'avion ont trouvé la mort, dont les trois membres d'équipage et Christophe de Margerie», a indiqué le groupe Total. Il s’agit de deux pilotes et d’une hôtesse. Le conducteur de la déneigeuse, lui, n'a pas été blessé.

Qui est responsable de la collision?

Le directeur de l’Agence fédérale d’aviation, Alexandre Neradko, a d’abord évoqué de mauvaises conditions météorologiques, avec notamment une couverture nuageuse, du brouillard et des précipitations. Le pilote de l’avion ne voyait pas à plus de 350 mètres. Les autorités n’excluent pas «le facteur humain», a-t-il ajouté, cité par Interfax. Ce mardi matin, le comité d'enquête russe indique désormais que parmi les «versions prioritaires» de l’accident figurent «une erreur des aiguilleurs du ciel et les actes du conducteur de la déneigeuse». Il a ainsi été établi que celui-ci était en état d'ivresse», a indiqué le comité dans un communiqué. L’analyse des boîtes noires en dira plus sur le comportement du pilote. Le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) a par ailleurs dépêché trois enquêteurs à Moscou.

 

Source

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents