Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Afrique du Sud: Le marché des cornes des rhinocéros légalisé

Publié par wikistrike.com sur 20 Novembre 2014, 08:09am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Afrique du Sud: Le marché des cornes des rhinocéros légalisé

barbares

Menacé par le fléau du braconnage, le rhinocéros est en voie d’extinction sur le continent africain. L’Afrique du Sud a pris l’initiative de légaliser le marché de ses cornes pour "encourayer" le ravage.

 

L’Afrique du Sud a instauré un moratoire sur les cornes des rhinocéros depuis 2009. Et malgré cela le nombre de rhinocéros tués n’a cessé d’augmenter durant les dernières années. De 448 en 2011, il passe à 668 en 2012, et 1004 en 2013.

Une légalisation ou un lobby pro-business des cornes ?

Les pays asiatiques, dont la Chine, sont considérés comme ceux qui favorisent le plus le braconnage de ces animaux. Sur le marché chinois le nombre de demandeurs des cornes des rhinocéros sont nombreux. Utilisée comme porte bonheur dans la décoration et fortement demandée par l’artisanat traditionnel, c’est surtout une denrée de choix, réduite en poudre, dans la pharmacopée traditionnelle chinoise. Le kilo de cette poudre de cornes se vend en Chine à près de 60.000 USD.

Le moratoire instauré en Afrique du Sud n’a servi à rien. En effet, le nombre des rhinocéros tués continue à augmenter et le prix des cornes aussi. Il semblerait même que cette disposition a encouragé le braconnage du pachyderme en voie de disparition. Néanmoins, l’Afrique du Sud a pris une nouvelle initiative : lors de la future conférence CITES en 2016, le pays prévoit de légaliser le marché des cornes des rhinocéros pour mieux le contrôler.

Le CITES est une conférence rassemblant environ 180 pays et qui vise à gérer et empêcher le commerce international des espèces de la faune et de la flore sauvages en voie d’extinction. Son objectif est de veiller à ce que le marché des spécimens d’animaux et de plantes sauvages ne menace pas la survie des espèces rares. Certains militants pour la cause animale contestent cette convention en la considérant comme figurative et inefficace.

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents