Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

BREAKING NEWS - L'atterrissage de Philae sur la comète "Tchouri" est réussie !

Publié par wikistrike.com sur 12 Novembre 2014, 08:01am

Catégories : #Astronomie - Espace

BREAKING NEWS - L'atterrissage de Philae sur la comète "Tchouri"  est réussie !

Un jour historique

 

 

BREAKING - atterrissage de Philae sur la comète "Tchouri"

 

 

VICTOIRE  !!! La sonde est posée

Le CNES Confirme

 

En partenariat avec le CNES, voici le direct de l'atterrissage de Philae qui va se séparer à 10 heures de Rosetta pour atterrir 7 heures plus tard sur le gros caillou. Plus bas d'autres infos.

 

Journée d'atterrissage de Philae le 12 novembre (en heure de Paris) :

  • 9h30 : séparation et début de la desce nte de Philae ; confirmation à 10h03
  • 9h45 : ouverture du train d'atterrissage de Philae
  • 15h30 : début de la retransmission web en vidéos multi-flux
  • 15h54 : début des prises de vue du site d'atterrissage Agilkia par la caméra ROLIS
  • 16h34 : contact avec la surface de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko
  • 17h (+ ou - 15 min) : confirmation de l'atterrissage par le centre de contrôle de Philae
  • 19h : réception du panorama du paysage autour de Philae

CNES

CNES

Une comète, et beaucoup d'espoir

 

"C'est la mission presque parfaite": Roger-Maurice Bonnet, un des pères de la sonde européenne Rosetta, avoue "sa petite fierté" de voir aboutir une mission dont la gestation a démarré il y a presque 30 ans, dans un contexte de contraintes budgétaires.

© ap.
© anp.
© afp.
© ap.
© ap.
© afp.

"Rosetta a déjà accompli beaucoup de choses dont rêvaient les scientifiques", a-t-il témoigné, à quelques heures de l'atterrissage de Philae, le petit robot transporté par Rosetta, sur la comète Tchourioumov-Guérassimenko. Roger-Maurice Bonnet était directeur du Programme scientifique de l'Agence spatiale européenne depuis deux ans quand la mission, qui n'imaginait pas alors un jour se poser sur une comète, a été approuvée par le conseil des ministres de l'ESA, en janvier 1985 à Rome. 

"C'est là qu'a commencé cette aventure", se souvient l'astrophysicien. Il s'agissait, avec notamment le télescope spatial Herschel, débranché l'année dernière, d'une des quatre "pierres angulaires" d'un programme de sciences spatiales sur 20 ans, dit "Horizon 2000". "La mission ne s'appelait pas encore Rosetta. On parlait de mission de retour d'échantillons cométaires", raconte Roger Bonnet. 

L'objectif était alors de rapporter sur Terre des échantillons de poussières de comète, comme le fera plus tard la mission américaine Stardust. Le problème était que le plan à 20 ans fixait des contraintes budgétaires strictes. Chacune des quatre grandes missions devait tenir dans une enveloppe "qui à l'époque valait 400 millions d'euros". "Très vite, il a fallu se rendre compte que la mission de retour d'échantillons cométaires était trop chère", explique Roger Bonnet : "il fallait un parachute, une infrastructure marine pour récupérer l'échantillon, construire un laboratoire spécial pour l'analyser..."

Plutôt que de rapporter les échantillons cométaires sur la Terre, il a donc été décidé d'envoyer dans l'espace des instruments réaliser l'analyse "in situ". C'est là qu'a germé l'idée d'envoyer en plus un petit atterrisseur, un engin capable de se poser sur le noyau de la comète. Deux propositions d'atterrisseur ont vu le jour, "l'une franco-américaine, l'autre essentiellement allemande". Les Américains ayant déclaré forfaits, la France s'est rapprochée de l'Allemagne. "En 1993, tout s'est figé et on a commencé à travailler". 

"On a tenu dans les limites financières et on aurait tenu aussi dans les délais impartis s'il n'y avait pas eu l'accident d'Ariane en décembre 2002 qui a retardé la mission de plus d'un an", souligne Roger-Maurice Bonnet. "C'est le défi technique qui me semble le plus extraordinaire dans cette affaire, il est tout à fait stupéfiant", dit-il. "C'est un peu comme Christophe Colomb qui arrive en Amérique. Il ne sait pas s'il va se retrouver devant une falaise ou sur une plage". 

Philae peut apporter "une meilleure connaissance de ce que sont les éléments solides de cette comète", explique Roger-Maurice Bonnet. "Pour moi, c'est la dernière mission de ce programme à 20 ans qui aboutit maintenant. C'est déjà un succès éclatant parce que personne n'aurait imaginé que cette comète était aussi spectaculaire et aussi riche en informations", estime-t-il. 

"Je pense que cette mission a été optimisée. C'est là que j'avoue ma petite fierté, parce que j'ai imposé qu'elle entre dans un budget fixe. Ca a forcé les gens à optimiser leurs objectifs scientifiques et à simplifier leurs expériences ou à utiliser des technologies ou des systèmes plus astucieux". "Ils n'ont pas aimé ça au début, mais aujourd'hui ils me disent tous qu'ils trouvent que c'est formidable", assure Roger-Maurice Bonnet, qui a été directeur de la science à l'ESA jusqu'en 2001.

 

Source

BREAKING NEWS - L'atterrissage de Philae sur la comète "Tchouri"  est réussie !
BREAKING NEWS - L'atterrissage de Philae sur la comète "Tchouri"  est réussie !
Commenter cet article

Archives

Articles récents