Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Quand l'AFP confond 40 camions-citernes avec des chars russes

Publié par wikistrike.com sur 11 Novembre 2014, 20:11pm

Catégories : #Politique internationale, #Culture - médias - Livres - expos - rencontres

Quand l'AFP confond 40 camions-citernes avec des chars russes

Volonté ou incompétence ?

Quand l'AFP confond 40 camions-citernes avec des chars russes

 

 

Un truc me fascine vraiment, comme l'heure que je viens de passer (et c'est assez fréquent).

Je ne suis pas journaliste, et n'ai pas la moindre formation approchante. Mais souvent, je lis un papier qui me semble étrange, je décide de passer du temps à contrôler, et bingo, 3 fois sur 4, je tombe sur des trucs - comment dire ? Ah oui : - énormes... 

Donc, hier, je vois ça

Donesk

Bon, le mot magique : AFP, donc l'Obs, n'y est pour rien, et a simplement recopié la dépêche telle quelle - le travail du journaliste du copiste se résumant là à trouver une image, comme on l'a vu plusieurs fois. 

Cela signifie en gros qu'il n'y a plus qu'un seul organe de presse officiel dans le pays - l'AFP - recopié par tous les journaux, ce qui me semble poser un léger souci - mais tout le monde s'en moque. 

Bref, c'est l'image qui m'a arrêté, je trouve piquant que l'Obs montre une maison détruite (par l'armée bien entendu, et ce n'est évidemment pas précisé) et semble s'indigner que "des renforts arrivent"... 

Ce qui m'a fait sursauter c'est le :

"L'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) s'est déclarée samedi soir "très inquiète" de la présence de convois militaires et de chars dans l'Est rebelle. "Plus de 40 chars et camions" ont été vus circulant sur une voie rapide"

 


Bon, j'aurais pu passer outre, comme je le fais 50 fois par jour, mais là, je décide donc de creuser, un peu interloqué par le fait que :

  • l'OSCE semble accuser clairement les Ukrainiens pro-Donetsk de se défendre ;
  • je me demande pourquoi on parle de « 40 chars et camions » - pourquoi pas « 82 000 chars, camions, autos, vélos et brouettes » ;
  • et que des chars sur une voie rapide en ville, euh, ça semble un peu bizarre...

 

 

Donc on a en 24 heures pour les « 40 chars et camions » sur Google : 

700 pages de grands médias, je cote : L'Express, I Télé, l'Obs, Sud Ouest, RTL, Les Echos, Libération, La Nouvelle république, France Inter, France 24, France Télévision, L'Yonne, La Croix, Le Berry, LaLibre.be, 20 Minutes, La Voix du Nord, Le Point, Euronews, Le courrier Picard, L'Internaute, Romandie.com, Le Parisien, La voix du Nord, Orange, Boursorama, La Montagne, Notre temps, Corse Matin, TV5 Monde, etc. 

(moi, ça me fait flipper, mais passons) 

Je retrouve assez facilement 
la dépêche AFP ici. Je vous la livre, et on la commentera :

AFP

Ukraine : d'importants renforts en armes lourdes arrivent à Donetsk 

D'importants renforts en armes lourdes sont arrivés dimanche à Donetsk, bastion des séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine où les bombardements ont connu une intensité inhabituelle dans la nuit sur fond de craintes d'une nouvelle offensive. 

Une semaine après les élections séparatistes organisées au grand dam de Kiev et des Occidentaux sur les territoires aux mains des rebelles et qui ont mis en cause les accord de paix conclus en septembre, les hostilités ne connaissent pas de répit dans ce conflit de près de sept mois qui a fait plus de 4.000 morts selon l'ONU. 

Des journalistes de l'AFP ont vu en début d'après-midi un convoi se dirigeant vers Donetsk et composé d'une vingtaine de camions militaires sans plaque d'immatriculation, dont 14 tirant des canons à Makiïvka. 

Un habitant a indiqué à l'AFP avoir vu passer vers 09H00 (06H00 GMT) sept canons automoteurs en direction de la zone de l'aéroport, l'un des principaux points chauds que l'armée ukrainienne et les séparatistes se disputent depuis des mois, et de Iassynouvata, noeud ferroviaire et ville voisine de Donetsk. 

Dans la nuit, Donetsk a été secoué par des tirs d'artillerie à proximité du centre et qui se poursuivaient le matin avec moins d'intensité. 

- Chars, canons, camions - 

L'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) s'est déclarée samedi soir « très inquiète » de la présence de convois militaires et de chars dans l'Est rebelle.« Plus de 40 chars et camions » ont été vus circulant sur une voie rapide à la périphérie est de Makiïvka, ont indiqué les observateurs de l'OSCE présents en Ukraine pour surveiller l'application du cessez-le-feu signé le 5 septembre entre Kiev et les séparatistes. 

Parmi eux, 19 camions militaires de la marque russe Kamaz, sans plaque d'immatriculation, transportaient des canons de 122 mm et du personnel en uniforme vert foncé sans insigne. Six camions-citernes les accompagnaient. 

Les observateurs de l'OSCE ont également vu « un convoi de neuf chars - 4 T72 et 5 T64 - » se déplaçant au sud-ouest de Donetsk. 

« L'OSCE n'a pas indiqué l'appartenance de ces équipements et de troupes, mais les militaires ukrainiens n'ont aucune doute là-dessus », a déclaré dimanche le porte-parole militaire Andriï Lyssenko dans une claire allusion à la Russie. 

Il a dit craindre des « provocations » visant à « créer un prétexte pour l'introduction dans le Donbass de soi-disant forces du maintien de la paix russes ». 

Les agences publiques russes ont en revanche indiqué que les équipements appartenaient aux insurgés, en citant des chefs rebelles. 

Les autorités ukrainiennes, qui accusent Moscou d'armer les rebelles et d'envoyer des troupes régulières dans l'Est, avaient dénoncé vendredi l'entrée à partir de la Russie de dizaines de chars, de pièces d'artillerie et de troupes. 

Ces informations n'ont été confirmées ni par les Etats-Unis ni par l'Otan, l'Alliance parlant cependant d'une « concentration accrue de troupes » russes à la frontière avec l'Ukraine. 

- 'Nouvelle Guerre froide' - 

Déclenchée il y a près d'un an par un mouvement de contestation pro-européenne à Kiev réprimé dans le sang et ayant entraîné la chute du régime prorusse, la crise ukrainienne est à l'origine de la pire dégradation des relations entre Moscou et l'Occident depuis la fin de la Guerre froide. 

Depuis l'annexion de la Crimée en mars, la Russie est frappée de lourdes sanctions économiques durcies après le crash du vol MH17 abattu par un missile en juillet, avec 298 personnes à bord, au-dessus du territoire contrôlé par les séparatistes prorusses dans l'Est. 

Le dernier dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev a estimé samedi que le monde était « au bord d'une nouvelle Guerre froide ». 

« On voit de nouveaux murs. En Ukraine, c'est un fossé énorme qu'ils (les pays de l'Otan, ndlr) veulent creuser », a-t-il déclaré en marge du 25e anniversaire de la chute du Mur de Berlin. 

En visite en Ukraine samedi, le ministre néerlandais des Affaires étrangères Bert Koenders, dont le pays est chargé de l'identification et de l'enquête sur le crash du Boeing malaisien qui effectuait le vol Amsterdam-Kuala Lumpur, a pour sa part dénoncé les élections séparatistes « illégales » et estimé qu'il n'y avait « pas de raisons de lever les sanctions » contre la Russie. 

Les pays européens doivent examiner de nouveau leur stratégie face à la Russie le 17 novembre. 

nm-neo/phy/ia (
Source


Petit rappel sur les "Valeurs et engagements" de l'AFP

Extrait du site de l'AFP :

L'AFP est l'un des grands médias mondiaux grâce à son réseau, à la compétence de ses journalistes et de ses techniciens mais aussi parce qu'elle a depuis longtemps fait siennes des valeurs fondamentales

La vérité, l'impartialité et le pluralisme sont ainsi les règles d'or de l'Agence France-Presse. 

Ces valeurs sont la garantie d'une information rigoureuse, vérifiée et dégagée de toute influence politique ou commerciale. 

La vérité 

La vérification rigoureuse des faits et leur explication claire sont les plus sûrs moyens d'approcher de la vérité. Nous veillons également au caractère complet de toute information : l'omission d'un élément significatif risque d'en fausser le sens. Les spéculations et les rumeurs n'ont pas de place dans nos services, à moins qu'elles provoquent des conséquences tangibles réelles. 

La correction des erreurs, même découvertes longtemps après leur apparition, est obligatoire. Elle participe du même respect de la vérité

L'impartialité 

L'objectivité est un idéal difficile à atteindre. La seule hiérarchisation des faits, inévitable, peut orienter le jugement du lecteur. Cela ne nous empêche pas d'être aussi rigoureusement neutres que possible. De par son statut, l'AFP est indépendante du gouvernement français et de tout groupe d'intérêts politiques ou économiques. Aucun utilisateur des informations de l'AFP ne doit pouvoir y déceler une opinion sur les faits présentés. Et le journaliste doit avoir la conviction intime de rendre compte de l'événement sans l'altérer. 

Le pluralisme 

Beaucoup de nouvelles portent sur des conflits et des confrontations d'idées. Notre devoir est de présenter les positions de toutes les parties concernées, sans favoriser quiconque. Si cela s'avère impossible dans l'immédiat, nos tentatives de joindre tous les protagonistes doivent être signalées dans le corps de l'information. Et répétées à la première occasion. 

Deux valeurs accessoires revêtent également une grande importance. L'exigence de clartén'a pas besoin d'être précisée. La rapidité est tout aussi important pour nos clients. Mais elle doit être subordonnée à la vérité, autrement dit à l'exactitude et à la fiabilité de l'information, toujours prioritaires. Nous devons poursuivre les deux objectifs en même temps, être rigoureux et rapides. 

Le respect de ces principes dans un monde menacé par l'inflation de nouvelles de provenance et de qualité incertaines constitue un argument de poids auprès de nos abonnés qui paient pour recevoir des informations dignes de foi. 

Commentaire pour aider à la formation du stagiaire de l'AFP 

Très chers nm-neo/phy/ia (si quelqu'un peut les avoir, je serais preneur des noms, merci). 

J'ai bien lu votre dépêche, tout à fait au niveau de votre travail habituel - à savoir bâclé, imprécis, voire (inconsciemment ?) manipulatoire, et en violation flagrante des engagements de l'AFP. 

Comme je n'imagine pas que des journalistes chevronnés se cachent derrière nm-neo/phy/ia, j'en déduis que c'est donc un stagiaire tout juste sorti de l'école. (en fait, c'est en général les initiales du rédac en chef, puis du chef de service, puis du desk puis du rédacteur - mais ici, on va garder NéoPhy, car ça sonne tellement bien pour un stagiaire), 

Cher Néophy, je me propose donc de commenter ta dépêche pour te montrer les nombreuses erreurs et manquements réalisés. Tu m'excuseras, je ne suis qu'actuaire, sans formation de journaliste, mais bon, cela devrait néanmoins t'aider un peu...

D'importants renforts en armes lourdes sont arrivés dimanche à Donetsk, bastion des séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine où lesbombardements ont connu une intensité inhabituelle dans la nuit sur fond de craintes d'une nouvelle offensive.
  • Il doit rester 500 000 habitants à Donestk. 40 camions, ce n'est pas "d'importants renforts", ce sont des renforts.
  • Néophy, je te rappelle l'engagement "d'être aussi rigoureusement neutres que possible". "Séparatiste prorusse", CE N'EST PAS NEUTRE DU TOUT. Je n'ai pas entendu parler de "séparatistes catalans profrançais" ou je ne sais quoi ce week end. Ces gens sont ukrainiens, d'Ukraine - et oui, russophones.
  • Par curiosité, pour toi, une "offensive" a lieu à partir de combien de bombardements d'intensité inhabituelle ?
  • Et, euh, c'est quoi un bombardement d'une intensité habituelle d'une ville de 500 000 habitants, juste pour savoir ?
  • Tu te rends compte qu'avec ton charabia, on ne sait plus qui attaque et qui se défend ?

Alors comme je suis gentil, je veux bien te rédiger une dépêche bien plus en phase avec les "valeurs et engagements de l'AFP" - tu peux recopier, c'est copyleft... 

Des renforts en armes lourdes sont arrivés dimanche à Donetsk, capitale de la République autoproclamée du même nom, dans l'est de l'Ukraine. Cette ville a de nouveau été bombardée dans le nuit par l'armée ukrainienne, cette fois avec une intensité particulièrement forte. Les habitants craignent une nouvelle offensive de l'armée.

Une semaine après les élections séparatistes organisées au grand dam de Kiev et des Occidentaux sur les territoires aux mains des rebelles et qui ont mis en cause les accord de paix conclus en septembre, les hostilités ne connaissent pas de répit dans ce conflit de près de sept mois qui a fait plus de 4.000 morts selon l'ONU.
  • scuse, mais des "élections séparatistes" ce n'est ni très français, ni très juste
  • oulà, "au grand dam" - je salue l'effort pour élever la qualité linguistique. Hélas, évite si tu ne maitrises pas à fond le français et que tu veux juste épater la galerie. "Au grand dam de qqun" signifie uniquement "à son préjudice, à son détriment", (Larousse est ton ami), et non pas, erreur fréquente, "à son déplaisir"... [Pour ta culture, le dam était le "châtiment des damnés, qui consiste dans la privation éternelle de la vision béatifique de Dieu" - donc non, les Ukrainiens ne nous ont pas damnés...]
  • faut apprendre à mieux écrire aussi, arrête avec tes phrases à rallonge imbitables, merci
  • Tu indiques donc que "les élections [...] ont mis en cause les accords de paix". Je ne sais pas si tu mesures bien l'importance et les conséquences de ce que tu écris.

 

 

Je te l'accorde, tu n'es pas le seul à le penser : 

Libération

Mais par chance, Néophy, tu n'es pas la petit télégraphiste de John Kerry, tu es jour-na-lis-te ! Et par chance à l'AFP, avec l'engagement « d'être aussi rigoureusement neutres que possible ». Et donc, tu aurais dû aller sur le site du Ministère des Affaires Étrangères de Russie, qui contrairement aux déclarations péremptoires non justifiées des Américains, a pris la peine de justifier longuement son point de vue le 29/10 :

In accordance with the Minsk agreements reached in September this year by representatives of the President of Ukraine and the self-defence forces of southeastern Ukraine with the mediation of Russia and the OSCE, these elections can be held between 19 October and 3 November of this year. 

The argument that the law on a special self-government procedure for these regions, which Petr Poroshenko signed on 16 October, has set 7 December as the election date contradicts the Minsk agreements. This date, 7 December, was added to the law arbitrarily and unilaterally, without consulting the self-defence forces. 

Moreover, this law cannot be applied in practice because it does not identify the area it applies to. The issue of identification has been suspended pending an additional decision by the Verkhovna Rada, which cannot be taken because Kiev has withdrawn its signature from the document that set out the disengagement line between the Ukrainian and the self-defence forces. The situation has been further complicated by the Ukrainian Interior Ministry's refusal to implement the 16 October law signed by Petr Poroshenko. 

Kiev has also violated other provisions of the Minsk agreements. It continues to bomb the regions controlled by the self-defence forces contrary to the ceasefire terms. It has not adopted, contrary to its pledge, acts on amnesty and security guarantees for the representatives of the self-defence forces that attended the Minsk talks. It has not honoured the provisions on the decentralisation of authority and continuation of a nationwide dialogue. The Kiev government is not fulfilling its commitment to improve the humanitarian situation in Donbass and is creating artificial obstacles to the delivery of humanitarian aid from Russia. 

The Minsk agreements also stipulate the adoption of an economic revival programme for Donbass. But politicians in Kiev said after the parliamentary election [on 26 October] that this assistance would be provided only to those regions in southeastern Ukraine that accept Kiev's authority, which directly contradicts the letter and spirit of the Minsk Protocol.

Alors comme je ne sais pas trop qui a raison, (amusant, les fameux accords de Minsk ne semblent être disponibles qu'en russe ! Merci l'OSCE) on va rester neutre, hein ! 

Allez, je me lance : 

Une semaine après les élections organisées sur les territoires indépendantistes, reconnues par Moscou mais pas par Kiev ni par les Occidentaux, les hostilités ne connaissent pas de répit dans ce conflit de près de sept mois qui a fait plus de 4 000 morts selon l'ONU - essentiellement des civils ukrainiens russophones.

Des journalistes de l'AFP ont vu en début d'après-midi un convoi se dirigeant vers Donetsk et composé d'une vingtaine de camions militairessans plaque d'immatriculation, dont 14 tirant des canons à Makiïvka. 

Un habitant a indiqué à l'AFP avoir vu passer vers 09H00 (06H00 GMT) sept canons automoteurs en direction de la zone de l'aéroport, l'un des principaux points chauds que l'armée ukrainienne et les séparatistes se disputent depuis des mois, et de Iassynouvata, noeud ferroviaire et ville voisine de Donetsk. 

Dans la nuit, Donetsk a été secoué par des tirs d'artillerie à proximité du centre et qui se poursuivaient le matin avec moins d'intensité.

Euh, sérieusement, tu t'y connais sur la législation de l'immatriculation des véhicules militaires en Ukraine toi ? 

Précise mieux les choses, en ayant au cœur le souci que le lecteur comprenne bien steplé : 

Des journalistes de l'AFP ont vu en début d'après-midi un convoi se dirigeant vers Donetsk et composé d'une vingtaine de camions militaires sans plaque d'immatriculation, dont 14 tirant des canons à Makiïvka. 

Un habitant a indiqué à l'AFP avoir vu passer vers 09H00 (06H00 GMT) sept canons automoteurs en direction de la zone de l'aéroport, l'un des principaux points chauds que l'armée ukrainienne et les indépendantistes se disputent depuis des mois, et de Iassynouvata, noeud ferroviaire et ville voisine de Donetsk. 

Dans la nuit, Donetsk a été secoué par des tirs d'artillerie à proximité du centre,venant probablement de l'armée, et qui se poursuivaient le matin avec moins d'intensité.

- Chars, canons, camions - 

L'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) s'est déclarée samedi soir "très inquiète" de la présence de convois militaires et de chars dans l'Est rebelle. "Plus de 40 chars et camions" ont été vus circulant sur une voie rapide à la périphérie est de Makiïvka, ont indiqué les observateurs de l'OSCE présents en Ukraine pour surveiller l'application du cessez-le-feu signé le 5 septembre entre Kiev et les séparatistes. 

Parmi eux, 19 camions militaires de la marque russe Kamaz, sans plaque d'immatriculation, transportaient des canons de 122 mm et du personnel en uniforme vert foncé sans insigne. Six camions-citernes les accompagnaient.

Les observateurs de l'OSCE ont également vu "un convoi de neuf chars - 4 T72 et 5 T64 - " se déplaçant au sud-ouest de Donetsk.

 

 

C'est là où on va rire... 

Donc l'OSCE est inquiète que des convois militaires se trouvent du coté des pro-Donetsk, et "40 chars et camions" se trouvaient à Makiïvka... + 9 chars à Donetsk ? 

OK, allons voir 
la dépêche de l'OSCE (vous vous dites là, noooon, ce serait trop énorme !!! ?): 

Summary 

In the city of Donetsk and in Makeevka (25km north-east of Donetsk city), in « DPR »-controlled territory, the SMM (Special Monitoring Mission) observed convoys of heavy weapons and tanks. At the time of reporting, the SMM could hear heavy, outgoing shelling to the north and northwest of the city's outskirts, which had started at 14 :45hrs. 

Detail 

At 13 :55hrs, on the eastern outskirts of Makeevka (25km north-east of Donetsk), within territory under control of the « Donetsk People's Republic » (« DPR »), the SMM observed a convoy of more than 40 trucks and tankers moving west on highway H-21. 

Of these 19 were large trucks - Kamaz type, covered, and without markings or number plates - each towing a 122mm howitzer and containing personnel in dark green uniforms without insignia. Fifteen were Kraz troop carriers. The SMM was on the move and could therefore not ascertain the contents of these. The remaining six were small fuel tankers, fitted with cranes. The SMM observed an unmarked BTR armoured personnel carrier leading the convoy, with a tarpaulin over the gun. 

At 15 :20hrs, at the intersection of Leninskyi Street and Kuprin Street (7km south-west of Donetsk city centre) the SMM observed a convoy of nine tanks - four T72 and five T64 - moving west, also unmarked.

 

 

Ouille ouille ouille - la boulette : « 40 trucks and tankers »... 

Tankers, comment dire ? WordReference est aussi ton ami ? 

 

 

Camion-citerne... Ouille ouille ouille - la boulette... 

Il y avait donc seulement « 40 camions et camions-citernes » à Makeevka, aucune trace de chars.... C'est ballot. 

En plus, c'est pas très compliqué... Pour mémoire, un char : 

tank

 

 

et un camion-citerne : 

truk, Shell, oil

 

 

Mais bon, ils abusent à l'OSCE, de parler de camions-citernes (tankers) et de chars (tanks) dans la même dépêche... Ils ne pensent pas que des stagiaires français vont la lire... 

Euhhh, mais d'ailleurs, je pense à un dernier truc. Bon, ok, tu parles anglais comme une vache espagnole. Mais comment se fait-il que dans ton esprit, toi qui as montré toutes tes qualités de copiste (tu peux bosser à l'Obs ou ailleurs) dans la reprise mot pour mot de la dépêche OSCE (qui je rappelle est loin d'être totalement neutre) et de ses insinuations, comment arrives-tu à transformer dans ton esprit « 40 camions et chars » en « 40 chars et camions » ? Parce que tu comprends bien que le lecteur va surtout entendre « 40 chars » ce qui commence à faire vraiment beaucoup... 

Allez, cadeau : 


Pour finir, il y avait une seconde dépêche OSCE :

Bern, November 8, 2014 - With reference to the latest reporting of the OSCE Special Monitoring Mission regarding shelling and its victims in Donetsk and the appearance of convoys of heavy weapons and tanks in territory controlled by illegally armed groups, Swiss Foreign Minister and OSCE Chairperson-in-Office said he was very concerned about a resurgence of violence in the eastern regions of Ukraine and about activities leading to more fragility instead of further stabilization of the situation. 

He urged all sides to act responsibly and to do all in their power to further consolidate the ceasefire. It is decisive that all sides strictly observe the commitments made in the framework of the Minsk protocol and memorandum and stay away from acts which could lead to new escalation, he added. The CiO thanked the SMM for its substantial reports and concluded by calling on all sides to provide conditions that allow for unhindered SMM monitoring, including by means of UAVs, in accordance with both the SMM mandate as approved by 57 OSCE participating States and the Minsk arrangements.

 

 

Hmmm, ce n'est donc pas "l'OSCE" qui s'est inquiétée, mais son président, et il s'inquiete du retour de la violence, mais clairement des 2 parties. Néophy, il faudra donc que tu m'expliques ta phrase "L'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) s'est déclarée samedi soir "très inquiète" de la présence de convois militaires et de chars dans l'Est rebelle." parce que je lis pas ça du tout dans la dépêche, et que ta phrase semble montrer un biais évident, en contradiction avec les valeurs de l'AFP... 

Bref, je te conseille : 

- Chars, canons, camions - 

Le Président de l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) s'est déclaré samedi soir "très inquiet" du retour de la violence dans les régions orientales de l'Ukraine. Rappelons que l'armée ukrainienne a repris ses tirs contre les zones indépendantistes et qu'ont été observés des convois militaires et de chars dans les zones indépendantistes. "Plus de 40 camions" ont été vus circulant sur une voie rapide à la périphérie est de Makiïvka, ont indiqué les observateurs de l'OSCE présents en Ukraine pour surveiller l'application du cessez-le-feu signé le 5 septembre entre Kiev et les séparatistes. 

Parmi eux, 19 camions militaires de la marque russe Kamaz, sans plaque d'immatriculation, transportaient des canons de 122 mm et du personnel en uniforme vert foncé sans insigne. Six gros camions-citernes les accompagnaient. 

Les observateurs de l'OSCE ont également vu "un convoi de neuf chars - 4 T72 et 5 T64 - " se déplaçant au sud-ouest de Donetsk. 

Tu enlèves donc les éléments de propagande évidente visant à faire croire qu'il s'agit de matériel et de personnes russes - sauf si tu as des preuves tangibles de ce que tu avances. 

Parce que tu vois, tu vas être lu ensuite par des stagiaires-copistes à l'Obs, qui vont écrire ça comme inter-titre : 

Alors que 90 % des camions en Russie et en Ukraine sont de marque russe... C'est donc manipulatoire...

« L'OSCE n'a pas indiqué l'appartenance de ces équipements et de troupes, mais les militaires ukrainiens n'ont aucune doute là-dessus », a déclaré dimanche le porte-parole militaire Andriï Lyssenko dans une claire allusion à la Russie. 

Il a dit craindre des « provocations » visant à « créer un prétexte pour l'introduction dans le Donbass de soi-disant forces du maintien de la paix russes ». 

Les agences publiques russes ont en revanche indiqué que les équipements appartenaient aux insurgés, en citant des chefs rebelles

Les autorités ukrainiennes, qui accusent Moscou d'armer les rebelles et d'envoyer des troupes régulières dans l'Est, avaient dénoncé vendredi l'entrée à partir de la Russie de dizaines de chars, de pièces d'artillerie et de troupes.

Coco, tu as oublié de dire que Andriï Lyssenko est le porte-parole de l'Ukraine ! 

À l'évidence, il n'apporte aucune preuve à ses assertions. 

Tu donnes la parole à un officiel ukrainien (gouvernement qui a un sale passif de manipulation) mais tu synthétises rapidement la vision russe. Si je compte bien on a 7 points négatifs/d'accusation sur les pro-Donetsk/Russie, contre 1 déclaration neutre de leur part. Tu trouves que c'est équilibré ? Et allez, le retour des chars russes (faut se faire psychanalyser à ce stade). Donc (et c'est plus court) : 

L'OSCE n'a pas indiqué l'appartenance de ces équipements et de troupes, Kiev accusant la Russie (ceci n'ayant été confirmé ni par les Etats-Unis ni par l'Otan), et Donetsk indiquant que les équipements appartenaient aux indépendantistes.

Ces informations n'ont été confirmées ni par les Etats-Unis ni par l'Otan, l'Alliance parlant cependant d'une « concentration accrue de troupes » russes à la frontière avec l'Ukraine.

Et allez, le retour des troupes russes en Russie. Cette phrase est de la bouse, donc tu l'enlèves, merci. 

- 'Nouvelle Guerre froide' -

Déclenchée il y a près d'un an par un mouvement de contestation pro-européenne à Kiev réprimé dans le sang et ayant entraîné la chute du régime prorusse, la crise ukrainienne est à l'origine de la pire dégradation des relations entre Moscou et l'Occident depuis la fin de la Guerre froide.

Mais tu te drogues ou quoi ? L'ancien régime a passé 4 ans à négocier avec l'UE l'accord d'association, c'est même ce qui a mis le feu aux poudres ! 

Et tu n'as aucune preuve du nombre de morts dues à une « répression réelle du régime », vu la grosse manipulation de Maïdan... donc : 

Déclenchée il y a près d'un an par un mouvement de contestation pro-européenne à Kiev ayant entraîné la chute du précédent président, la crise ukrainienne est à l'origine de la pire dégradation des relations entre Moscou et l'Occident depuis la fin de la Guerre froide. 

Depuis l'annexion de la Crimée en mars, la Russie est frappée de lourdes sanctions économiques durcies après le crash du vol MH17 abattu par un missile en juillet, avec 298 personnes à bord, au-dessus du territoire contrôlé par les séparatistes prorusses dans l'Est. 

Factuellement juste, mais manipulatoire, donc : 

Depuis la sécession de la Crimée en mars puis son intégration à la Russie, cette dernière est frappée par des sanctions économiques durcies après le crash du vol MH17 abattu en juillet, avec 298 personnes à bord, les responsables du crash restant inconnus à ce jour. En réaction, l'Union européenne est également frappée par des sanctions russes.

Le dernier dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev a estimé samedi que le monde était « au bord d'une nouvelle Guerre froide ». 

« On voit de nouveaux murs. En Ukraine, c'est un fossé énorme qu'ils (les pays de l'Otan, ndlr) veulent creuser », a-t-il déclaré en marge du 25e anniversaire de la chute du Mur de Berlin. 

En visite en Ukraine samedi, le ministre néerlandais des Affaires étrangères Bert Koenders, dont le pays est chargé de l'identification et de l'enquête sur le crash du Boeing malaisien qui effectuait le vol Amsterdam-Kuala Lumpur, a pour sa part dénoncé les élections séparatistes « illégales » et estimé qu'il n'y avait « pas de raisons de lever les sanctions » contre la Russie. 

Les pays européens doivent examiner de nouveau leur stratégie face à la Russie le 17 novembre. 

nm-neo/phy/ia

Chapeau à l'AFP ! Merci pour cet exemple de déontologie, et de concours positif à la paix entre les peuples ! 

P.S. Félicitations aussi à bur-phy-neo/mf 
qui ont précisé ici :

"Des observateurs de l'OSCE ont indiqué samedi avoir vu arriver à Donetsk d'importants renforts du côté des rebelles, soit plus de 40 chars et une vingtaine de camions, de fabrication russe et sans plaque d'immatriculation, portant des canons de 122 mm."

 

 

P.P.S. Enfin, pensez à contactez l'AFP pour donner votre ressenti aux stagiaires ! C'est ici.... En plus, comme ils disent dans leurs valeurs : "La correction des erreurs, même découvertes longtemps après leur apparition, est obligatoire

P.P.P.S. Voici donc une version de la dépêche bien plus conforme à la charte des valeurs de l'AFP (fais-en bon usage, et je te jure, ça n'a rien de "pro-russe" comme rédaction !): 

Des renforts en armes lourdes sont arrivés dimanche à Donetsk, capitale de la République autoproclamée du même nom, dans l'est de l'Ukraine. Cette ville a de nouveau été bombardée dans le nuit par l'armée ukrainienne, cette fois avec une intensité particulièrement forte. Les habitants craignent une nouvelle offensive de l'armée. 

Une semaine après les élections organisées sur les territoires indépendantistes, reconnues par Moscou mais pas par Kiev ni par les Occidentaux, les hostilités ne connaissent pas de répit dans ce conflit de près de sept mois qui a fait plus de 4 000 morts selon l'ONU - essentiellement des civils ukrainiens russophones. 

Des journalistes de l'AFP ont vu en début d'après-midi un convoi se dirigeant vers Donetsk et composé d'une vingtaine de camions militaires, dont 14 tirant des canons à Makiïvka. 

Un habitant a indiqué à l'AFP avoir vu passer vers 09H00 (06H00 GMT) sept canons automoteurs en direction de la zone de l'aéroport, l'un des principaux points chauds que l'armée ukrainienne et les indépendantistes se disputent depuis des mois, et de Iassynouvata, noeud ferroviaire et ville voisine de Donetsk. 

Dans la nuit, Donetsk a été secoué par des tirs d'artillerie à proximité du centre, venant probablement de l'armée, et qui se poursuivaient le matin avec moins d'intensité. 

- Chars, canons, camions - 

Le Président de l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) s'est déclaré samedi soir "très inquiet" du retour de la violence dans les régions orientales de l'Ukraine. Rappelons que l'armée ukrainienne a repris ses tirs contre les zones indépendantistes et qu'ont été observés des convois militaires et de chars dans les zones indépendantistes. "Plus de 40 camions" ont été vus circulant sur une voie rapide à la périphérie est de Makiïvka, ont indiqué les observateurs de l'OSCE présents en Ukraine pour surveiller l'application du cessez-le-feu signé le 5 septembre entre Kiev et les séparatistes. 

Parmi eux, 19 camions militaires de la marque Kamaz, transportaient des canons de 122 mm et du personnel. Six gros camions-citernes les accompagnaient. 

Les observateurs de l'OSCE ont également vu "un convoi de neuf chars - 4 T72 et 5 T64 - " se déplaçant au sud-ouest de Donetsk. 

L'OSCE n'a pas indiqué l'appartenance de ces équipements et de troupes, Kiev accusant la Russie (ceci n'ayant été confirmé ni par les Etats-Unis ni par l'Otan), et Donetsk indiquant que les équipements appartenaient aux indépendantistes. 

Déclenchée il y a près d'un an par un mouvement de contestation pro-européenne à Kiev ayant entraîné la chute du précédent président, la crise ukrainienne est à l'origine de la pire dégradation des relations entre Moscou et l'Occident depuis la fin de la Guerre froide. 

Depuis la sécession de la Crimée en mars puis son intégration à la Russie, cette dernière est frappée par des sanctions économiques durcies après le crash du vol MH17 abattu en juillet, avec 298 personnes à bord, les responsables du crash restant inconnus à ce jour. En réaction, l'Union européenne est également frappée par des sanctions russes. 

ob/ob/ob/ob 

tank, oil, AFP

 

P.P.P.P.S. Merci d'avoir écrit, l'AFP a renvoyé ce matin des dépêches corrigées (là et ) sans préciser qu'il y avait une erreur dans les précédentes de samedi, et où, donc autant dire que cela ne sert rigoureusement à rien et que les centaines de billets erronés le resteront... 

J'étais curieux de voir comment ils corrigeraient leur erreur, j'ai vu, merci, je ne suis pas déçu... 

P.P.P.P.P.S. Impressionnant 
le Parisien, 4 conneries en 1 paragraphe :

Le Parisien
  1. Trop fort, ils ont vu « les convois » venir de Russie (ce que l'OSCE n'a jamais dit)
  2. L'occident a mis en garde la Russie contre les combats en Ukraine, tout va bien
  3. les élections ont sapé le processus de paix, bien sûr... Les élections, c'st la maaaaaal. La reprise des combats n'est évidemment en rien liée aux élections en Ukraine qui ont vu gagner les va-t-en-guerre...
  4. RIP les soldats. Bon, les civils tués (comme vu dans la vidéo précédente), cela ne compte pas... On ne va pas dire que des « civils prorusses » meurent...

 

 

SCOOP pour l'AFP : ci-après la vidéo exclusive des chars russes traversant la frontière ukrainienne ! ! ! 

 
Commenter cet article

Archives

Articles récents