Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Seul contre les Rothschild

Publié par wikistrike.com sur 19 Novembre 2014, 20:49pm

Catégories : #Politique internationale

Seul contre les Rothschild

Par Réseau Internatonal

Pourquoi Raspoutine n’a pas réussi à prévenir la Première Guerre Mondiale

En cette année où l’on commémore le centenaire du début de la Première Guerre Mondiale, on a vu apparaître des publications et des films qui jettent une nouvelle lumière sur les mécanismes qui l’ont déclenchée. On peut citer à cet égard le film « Grigori R. » d’Andreï Malukov.

Grigori Efimovitch Raspoutine, paysan  natif du village de Pokrovskoïe dans le gouvernement de Tobolsk, a exercé une grande influence sur certains membres de la famille impériale à partir de 1905. Il semblerait que nous sachions déjà tout de ce personnage. Cependant une étude plus minutieuse des faits nouvellement découverts montre que sous bien des aspects son image ne correspond pas au stéréotype.

Le  des sodomites

Etudier de près les mythes concernant Raspoutine, tel est le thème de cette . Nous allons tenter de commencer par la fin et nous attaquer à cette idée généralement acceptée selon laquelle, en décembre 1916, il aurait été assassiné par des patriotes russes, fervents défenseurs du trône et qui voulaient préserver l’honneur de la famille du tsar.

Posons-nous une question simple : qui sont les meurtriers ? On connait leurs noms : le prince Ioussoupov, le comte Soumarokov-Elston, héritier d’une très riche et illustre lignée, le grand-duc Dimitri Pavlovitch, l’extravagant député monarchiste à la Douma Pourichkevitch, le  militaire Lazovert, le lieutenant du régiment Preobrajenski Soukhotine et un certain Oswald Rayner, envoyé de la couronne britannique. A première vue tout semble clair mais il convient de creuser plus profondément, et alors on en vient à douter de la pureté des intentions des conjurés.

Ainsi, les deux représentants de la haute société sont connus pour être des adeptes des relations et des amours sexuelles non-traditionnelles. Le fervent monarchiste, membre des Cent-Noirs, avait pu sortir de prison en avril 1918 sur ordre personnel de Dzerjinski (alors chef de la Tchéka, note de trad.) qui se trouvait être aussi un vieil ami d’un autre membre de la conjuration à savoir le Dr Samuel Lazovert. Et enfin l’, ami d’enfance de Felix Ioussoupov, avec lequel il avait étudié à Oxford. Comme le gouvernement britannique l’a reconnu récemment, Sir Rayner avait le titre de capitaine dans les services de renseignements .

Cette étrange association d’homosexuels pro-occidentaux, de provocateurs professionnels et d’agents du renseignement britannique n’aurait-t-elle pas eu un autre but ? Ne représentait-elle pas des forces souhaitant renverser la monarchie russe, concurrence sérieuse pour l’Empire britannique ? Mais alors pourquoi assassiner Raspoutine dont les agissements discréditaient la famille impériale ? Nous reviendrons plus loin sur cette question.

Une puissance rivale trop puissante

Pour le moment, plongeons-nous dans la période précédant la guerre, soit les années 1910-1912. La , mettant à profit son potentiel véritablement illimité (d’après la revue américaine National Geographic), voit son importance politique croître à un rythme accéléré, elle s’enrichit rapidement et se prépare à entrer dans le clan des trois Etats économiquement les plus développés. Elle revendique le titre de superpuissance et cela à juste titre : c’est le troisième pays dans le monde pour le nombre de ses ressortissants, les revenus de sa population augmentent rapidement (la famille d’un ouvrier russe qualifié ne vivait alors pas plus mal que celle de son homologue britannique), la croissance du PIB atteint jusqu’à 12% par an, la monnaie nationale, le rouble, se renforce, des impôts les plus bas du monde associés à un fort développement de l’industrie, à la construction de voies ferrées et à l’augmentation de la production pétrolière. Cela suscitait naturellement l’inquiétude justifiée de compétiteurs envieux, et en premier lieu de la Grande-Bretagne, l’éternelle alliée/ennemie.

Les Anglais, toujours jaloux devant les succès des autres et passés maîtres dans l’organisation de provocations et d’intrigues politiques, ne restaient pas les bras croisés. La lutte contre l’influence croissante de la Russie est devenue l’un des objectifs du MI-6, le meilleur service de renseignements au monde, créé au début du XXe siècle à l’initiative d’un groupe de banquiers anglais sous la houlette du clan des Rothschild.

Le puzzle des Balkans

Après le traité de Portsmouth qui a mis fin à la guerre russo-japonaise et par lequel les Anglais ont pris soin de sauvegarder leurs intérêts en Extrème-Orient, leur attention s’est portée sur les Balkans. On considérait cette péninsule comme très instable principalement à cause de la politique qu’y avait menée la Grande-Bretagne. Ici, après le Congrès de  (1878) qui avait été préparé à , on a vu naître un foyer de problèmes graves et de revendications territoriales réciproques. Les Britanniques se proposaient de faire éclater dans les Balkans une nouvelle guerre dans laquelle ils pensaient pouvoir entraîner la Russie.

Vers le début du XXe siècle, la situation était devenue très compliquée dans la péninsule. Un Empire ottoman affaibli qui avait profité du soutien de la couronne britannique utilisait ses dernières forces pour maintenir ses possessions européennes que revendiquaient la Bulgarie, la Serbie, le Monténégro et la Grèce. Ces Etats étaient traditionnellement protégés par la Russie qui considérait les Balkans comme sa zone d’influence. La monarchie des Habsbourg qui avait des intérêts territoriaux précis dans la région observait tout cela avec circonspection. Tout cela créait des conditions susceptibles de déboucher sur un conflit armé.

La Russie est intervenue plus d’une fois pour défendre par les armes les populations orthodoxes des Balkans. Cependant, après sa victoire éclatante sur les Turcs dans la guerre de 1877-1878, le gouvernement russe s’est mis à craindre davantage le renforcement de l’influence austro-hongroise dans la région. Au printemps de 1912, des diplomates russes ont pris l’initiative de créer « la Ligue balkanique » comme contrepoids. Cependant des processus intensifs de renaissance nationale étaient en cours dans la région et la politique interne des gouvernements se réorientait afin de résoudre au plus vite les problèmes territoriaux qui s’étaient accumulés, notamment à la suite de l’affaiblissement de l’Empire ottoman. Les Grecs tentaient de créer « La Grande Idée » (qui devait réunir tous les Grecs dans un seul état avec Constantinople pour capitale, Note du trad.), leurs voisins au NE une Grande Bulgarie et les Serbes souhaitaient étendre au maximum leurs frontières, du Danube à l’Adriatique. Tout cela a débouché sur deux guerres balkaniques dans lesquelles non seulement le parti panslave mais aussi les nationalistes serbes secrètement liés à leurs « frères » anglais, de même que la France et la Grande-Bretagne, ont essayé d’entraîner la Russie, en dépit du fait que le Foreign Office prétendait officiellement ne pas s’intéresser à la question.

Mais cela n’a pas réussi. Et qui sait, la première guerre mondiale aurait pu commencer deux ans plus tôt s’il n’y avait eu … Grigori Raspoutine. C’est précisément lui qui, lors de quelques rencontres personnelles, a convaincu Nicolas II de ne pas s’engager dans le conflit dans les Balkans.

1415805168_oi_b4c3f43736634825a2213d67d58a4db5_big

Grigori Raspoutine, contrairement à l’opinion courante, n’avait pas une influence absolue sur le tsar. Personnage assez faible, Nicolas était, en bien des choses, inébranlable voire obstiné. Il savait garder les distances nécessaires avec les gens et disposait d’informations dignes de foi sur Raspoutine.

Celui-ci avait été mis sous surveillance sur ordre personnel du tsar. A plusieurs reprises une commission spéciale s’était rendue au village de Pokrovskoïe, pays de Raspoutine, pour y enquêter sur son passé et vérifier notamment s’il était membre de la secte des khlysts, ce qui en fait ne put être confirmé. Ce qui permet de dire que l’empereur connaissait assez bien l’individu qu’il avait admis dans sa famille et directement auprès de son héritier.

Il est donc évident qu’il ne pouvait ignorer les bruits qui courraient sur le sosie de Raspoutine, ses pratiques et ses aventures qui faisaient la une de la presse de l’époque, appartenant tout comme aujourd’hui à des groupe d’oligarques mus par la cupidité. Par exemple, à la suite d’un des articles les plus connus relatant avec pittoresque les bamboches de Raspoutine, le tsar avait personnellement chargé le général Andrianov, gouverneur de Pervoprestolni, de faire une enquête approfondie qui avait établi qu’en fait Grigori Raspoutine ne se trouvait pas à Zlatoglavni à ce moment-là.

D’autres témoins oculaires ont écrit au sujet du sosie, entre autre une personnalité aussi connue que Mikhael Rodzianko, président de la Douma, tandis que le comte Dmitri Grabbe aurait rencontré Raspoutine… après son assassinat.

Il est temps de conclure

Mais revenons aux Balkans. « Je me rappelle d’un cas seulement », écrit Fräulein Vyroubov, proche de la famille impériale et qui connaissait bien Raspoutine, « où Grigori Efimovitch a véritablement exercé une influence sur la politique étrangère de la Russie. C’était en 1912 lorsque le grand-duc Nicolas Nicolaïevitch et son épouse cherchaient à pousser le souverain à s’engager dans la guerre balkanique. Raspoutine se jeta aussitôt aux pieds du tsar et le supplia de n’en rien faire, déclarant que les ennemis de la Russie n’attendaient que cela et qu’il en résulterait immanquablement un grand malheur pour le pays». Cette déclaration a été pleinement confirmée par le comte Serge Witte que l’on ne saurait ranger parmi les admirateurs de Raspoutine.

En témoigne aussi une lettre de la tsarine à Nicolas II écrite le 1er novembre 1915 en pleine première guerre mondiale : « Notre ami s’est toujours opposé à la guerre et disait que les Balkans ne valaient pas la peine que le monde entier se batte pour cette péninsule ».

Suivant le conseil de Raspoutine, le souverain s’était alors refusé à entraîner la Russie dans la guerre. Le tout s’est limité à des manœuvres diplomatiques pour réprimer les ambitions des Bulgares et des Serbes. C’est ainsi qu’un simple moujik né sur les rives de la Toura en Sibérie s’est dressé sur le chemin des fauteurs de guerre des bords de la Tamise. Dès lors, Raspoutine devint persona non grata pour le renseignement britannique. Londres décida d’éliminer le moujik qui avait rendu à la Russie un service qu’elle n’avait pas su estimer à sa juste valeur.

Le 12 juillet 1914, Raspoutine fut victime d’un attentat à Pokrovskoïe, le lendemain de son retour de Saint-Pétersbourg. Il fut transporté à l’hôpital dans un état grave et ce n’est qu’un peu plus de deux semaines après qu’il apprit que la guerre avait commencé. Hélas, parmi les sujets qui entouraient alors Nicolas II, il ne s’était trouvé personne capable d’empêcher le conflit qui devait se révéler fatal pour la Russie. Raspoutine, véritable patriote et pacifiste, demeurait alors loin de la cour.

Qui était donc cette Khionia Goussova, auteur d’un acte terroriste qui en fin de compte a permis de déclencher la guerre la plus meurtrière jusque-là ? Reconnue comme aliénée au cours de l’enquête, elle fut internée dans une clinique psychiatrique mais en fut libérée dans le mois qui suivit la révolution de février, sur ordre personnel de Kérenski, lequel entretenait des liens étroits avec la Grande-Bretagne.

Comment s’est déroulée l’intrigue qui a engagé la Russie dans la guerre mondiale constitue un autre thème. Le problème est qu’il n’est pas possible de renouveler cette question sans « l’éclairage » anglais au sujet de l’organisation maçonnique ultra-nationaliste « Jeune Bosnie » dont un membre, Gavrilo Princip, avait assassiné l’archiduc François-Ferdinand, héritier du trône austro-hongrois et qui, en fait, éprouvait de la sympathie pour la Russie…

« Si je ne suis plus là, vous ne survivrez pas »

Revenons maintenant à la question posée au début de cet article. Il est plus facile d’y répondre si on considère que, en sortant de l’hôpital, Raspoutine a continué à être patriote et monarchiste, aspirant à la paix et la prospérité pour sa patrie. De la sorte, il entravait le jeu de l’élite pro-occidentale et des libéraux qui avaient trahi la Russie, signant du même coup son arrêt de mort.

Une des plus fameuses prophéties qu’il avait adressée à la famille régnante était : « Tant que je vivrai, il ne vous arrivera rien, ni à vous tous ni à la monarchie. Mais si je ne suis plus là, vous ne survivrez pas ». Deux mois après l’assassinat brutal de Raspoutine, la seconde partie du plan secret, soit le complot des généraux, entra en action, à la suite de quoi la Russie devint une république. Un an et demi plus tard, le souverain et sa famille ainsi que les sujets qui lui étaient restés fidèles furent mis à mort avec non moins de brutalité. S’il y a ou non une troisième partie à ce plan funeste pour anéantir la Russie, l’histoire ne le dit pas. Pour le moment.

Roman Ilioushchenko

http://vpk-news.ru/articles/22629

via : http://politikus.ru/articles/35450-odin-protiv-rotshildov.html

Traduit par Danielle Millioud pour Réseau International

Commenter cet article

Archives

Articles récents