Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Shell et la pollution au Nigeria

Publié par wikistrike.com sur 25 Novembre 2014, 07:34am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

© Amnesty International

© Amnesty International

Après plusieurs années de déni, les mensonges de Shell sont enfin révélés au grand jour. Amnesty International a publié plusieurs rapports sur la pollution pétrolière dans le delta du Niger, au Nigéria. Shell a dû finalement admettre que les chiffres et les arguments qu'elle défendait pour limiter la portée des affirmations d'Amnesty International étaient faux. 

En août et en décembre 2008, deux déversements majeurs d'hydrocarbures ont bouleversé la vie des quelque 69.000 habitants de la ville de Bodo, en pays ogoni, dans le delta du Niger. Dans les deux cas, le pétrole a coulé pendant des semaines avant d'être stoppé. On estime que le volume de pétrole déversé était aussi important que celui de la marée noire de l'Exxon Valdez en Alaska en 1989. 

Trois ans après, l'incurie persistante de Shell Petroleum Development Company, filiale de la compagnie Royal Dutch Shell, est patente. Cette entreprise n'a pris aucune mesure pour nettoyer les dégâts faits par le pétrole, qui continue à avoir des conséquences dramatiques pour la population de Bodo. Les photos satellites l'illustrent, la pollution est encore très visible. Le pétrole est partout, dans l'eau, dans les mangroves et dans la terre. 

Les images satellites obtenues par Amnesty International et analysées par leGeospatial Technologies and Human Rights Project de l'American Association for the Advancement of Science (AAAS) confirment l'étendue de la pollution. Le coût humain est également partout visible. Ces fuites de pétrole et la pollution toujours présente ont des conséquences directes sur la vie de dizaines de milliers de personnes. Beaucoup s'inquiètent pour leur santé et craignent de consommer les poissons pêchés sur place ou de boire l'eau de pluie ou des cours d'eau environnants, comme ils le faisaient autrefois. 

Ceux qui vivaient de la pêche ont perdu leurs revenus et leurs moyens d'existence. Les cultivateurs disent que les rendements ont diminué. Dans l'ensemble, la population de Bodo ne parvient plus à produire sa propre nourriture et ne pêche plus le poisson. Privés de moyens d'existence et victimes de la hausse des prix des denrées alimentaires, beaucoup d'habitants ne peuvent plus se nourrir correctement. 

Que révèlent les documents judiciaires ? 

Shell a dû reconnaître qu'elle avait sous-estimé ces deux déversements d'hydrocarbures dans la ville de Bodo et que ses oléoducs dans la région étaient vieux et mal entretenus. Des groupes issus de la société civile le disaient depuis des années - en apportant les preuves de ce qu'ils affirmaient - mais c'est la première fois que Shell est obligée de l'admettre. 

Shell avoue avoir minimisé l'ampleur de ces déversements - que dit-elle à présent sur les volumes de pétrole déversés ? 

Il a fallu une action en justice pour que Shell finisse par admettre que les chiffres qu'elle défendait depuis des années étaient faux. Toutefois, la compagnie n'est pas encore prête à reconnaître les estimations indépendantes de l'ampleur des déversements d'hydrocarbures. Elle n'a pas dit quels volumes de pétrole avaient été déversés, elle a simplement admis qu'une nouvelle enquête était nécessaire. Pendant ce temps, les habitants de Bodo - et beaucoup d'autres qui se trouvent dans la même situation qu'eux mais n'ont pas réussi à aller jusqu'au procès - continuent de lutter pour leur survie dans un environnement dévasté par le pétrole. Shell doit payer et nettoyer dès maintenant.

 

Source

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents