Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

A le veille de Noël, Angoulême grillage ses bancs publics contre les SDF

Publié par wikistrike.com sur 25 Décembre 2014, 15:32pm

Catégories : #Social - Société

A le veille de Noël, Angoulême grillage ses bancs publics contre les SDF
A le veille de Noël, Angoulême grillage ses bancs publics contre les SDF

 

 

Juste avant Noël, la municipalité a décidé de grillager ses bancs pour que les SDF « ne viennent pas s’y alcooliser ».

L’esprit de Noël ne semble pas avoir envahi la municipalité d’Angoulême. Le 24 décembre, la ville a décidé de grillager les bancs publics de la place du Champ-de-Mars, rapporte Sud Ouest. Un représentant de la ville a estimé qu’il s’agissait « d’une bonne initiative pour empêcher les gens éméchés de troubler l’ordre public ».

« L’alcoolisation de personnes statiques ». Selon la mairie, la décision a été prise en concertation avec les commerçants de la place, qui cohabitent avec les SDF occupant cet espace. « Ces bancs ne servaient de toute façon pas aux papis et mamies qui accompagnaient leurs petits enfants, mais surtout à l’alcoolisation récurrente de personnes statiques », a estimé Joël Guitton, adjoint chargé de la sécurité.

Selon la Charente Libre, les grillages devraient durer. Une commerçante affirme que la mairie voulait « enlever complètement » les bancs, « mais c’était compliqué avec ces blocs de béton ».

L’initiative a choqué des passants. Une commerçante installée sur la place du Champ-de-Mars pour les fêtes estime auprès de Sud Ouest que « la mairie devrait être plus sensible à la misère humaine ».

Source: Article de Pauline Hofmann pour  Europe1

A le veille de Noël, Angoulême grillage ses bancs publics contre les SDF

Angoulême: deux ados dans la cage anti-SDF 

 

Grillages anti marginaux à Angoulême, suite et certainement pas fin. Deux adolescents, Jeanne et Saco, 14 ans, ont poussé la logique de la cage jusqu'au bout... en s'installant à l'intérieur, avec la complicité d'adultes munis de pinces coupantes, qui ont déboité une des fameuses cages.

"Au début, quand on a vu ça sur les réseaux sociaux, je n'y ai pas cru, raconte Saco. J'ai été indigné. J'ai trouvé que ça n'était pas humain. Avec Jeanne, on est venus voir, on a commencé à écrire au marqueur sur les cages. Et on nous a fourni des outils pour les ouvrir. On est montés dedans. Ca montre bien ce qui se passe."

A leur pied, une pancarte: "Vivre à Angoulême". Sur les montants des grillages, ils ont écrit: "Zoo moderne", "Scandale" ou "Esprit de Noël". Autour d'eux, un attroupement. Saco reprend: "On a un peu l'impression d'être des singes".

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents