Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Après le Canada, l’Australie s’offre son Al Qaida (DAECH) iranien ?

Publié par wikistrike.com sur 16 Décembre 2014, 08:49am

Catégories : #Social - Société, #Religion - pensées

Après le Canada, l’Australie s’offre son Al Qaida (DAECH) iranien ?

En Avril 2013, la  canadienne avait « découvert » un projet de complot visant à faire dérailler un train dans la région de Toronto. Bien que les deux supposés terroristes fussent l’un tunisien, et l’autre émirati, les avaient incriminé une cellule iranienne d’Al Qaida, sur laquelle on attend encore des détails.

http://reseauinternational.net/les-autorites-canadiennes-en-plein-delire/

Aujourd’hui, c’est au tour des australiens de prendre le relai dans la longue saga des  et des prises d’otages commis, non plus par Al Qaida, mais par son rejeton, DAECH. La prise d’otages à Sydney ce lundi n’est que la continuation de ce que nous avons déjà vu ailleurs, avec les mêmes caractéristiques. Un scénario joué des dizaines de fois à l’identique, avec des acteurs différents. Et seul quelqu’un d’assez naïf, à qui quelqu’un d’autorisé aurait assuré que les choses se passeraient différemment des autres épisodes, accepterait de jouer le rôle du méchant qui sera immolé à la fin.

2_AP69073303678A Sydney, nous avons eu, une sorte de préparation avant l’évènement, comme dans un exercice grandeur nature. Le bâtiment de l’Opéra de Sydney situé à quelques centaines de mètres du lieu de la prise d’otages avait été évacué à cause d’un colis suspect. Ça met tout de suite dans l’ambiance, une ambiance déjà préparée depuis septembre par la hausse du niveau d’alerte.

Le matin du lundi, un homme armé entre dans un café en plein centre de Sydney, le Lindt Café, et prend une quarantaine de personnes en otage. Fin du premier acte.

Le deuxième acte, c’est le déploiement des forces antiterroristes pendant que les tambours internationaux, c’est è dire les , battent leur plein. C’est durant cette période que des sources anonymes, mais néanmoins officielles, distillent aux  les premiers noms de suspects, avec moult suspens et de faux conditionnel, informations parfois démenties pour être confirmées aussitôt, qui finiront par se focaliser officiellement sur un nom qui, ô miracle, était très connu de la police. Dès lors, on apprendra tout du terroriste, de ses allégeances jusqu’à la longueur de sa barbe. Après de minutieuses et très longues recherches de quelques heures, la police finira par établir le Lien fatidique. Le lien avec Al Qaida, DAECH maintenant.

3_N050-7975A Sydney, on découvre ainsi que le preneur d’otages est un religieux de 49 ans, réfugié iranien, du nom de Man Haron Monis et qui a déjà été condamné pour agression sexuelle et comportement indécent. Sa dernière condamnation en date a consisté en 300 heures de travaux d’intérêt public. Il était en liberté provisoire et devait comparaître en justice au mois de février. Ces détails pourraient avoir leur importance.

Au dernier acte du scénario, après 16 heures de détention dans le Lindt Café, les otages sont libérés par la police australienne. Il y aurait eu cinq blessés, et le preneur d’otages aurait été abattu, selon les médias australiens.

Que voulait-il exactement ? Rien. Comme dans tous les actes terroristes made in Hollywood, les médias (et les officiels) attribuent aux terroristes des raisons infantiles ayant juste pour but d’en faire le méchant du film, n’ayant d’autre désir que de nuire. On les imaginerait presque, par simple lubie, se lever un beau matin, décider que c’est un beau jour pour mourir, et faire sauter tout ce qui bouge avec leur ceinture de dynamites (essayez d’acheter une dynamite dans votre supermarché du coin, vous verrez comment vous serez reçu, surtout si vous portez une barbe !).

Selon la presse, il semblerait que le preneur d’otages de Sydney n’avait qu’un objectif, celui de faire flotter le drapeau de DAECH aux fenêtres du café. Ce qu’il aurait pu faire lui-même, soit dit en passant, sans prendre d’otages, et il en aurait été quitte avec quelques heures supplémentaires de travaux d’intérêt public.

Puisque nous sommes dans la recherche d’explications, avançons-en quelques-unes beaucoup plus crédibles que celles tirées par les cheveux des journalistes.

  • N’était-ce pas simplement un exercice de lutte anti-terroriste en live?
  • Une autre hypothèse reprendrait le passé du preneur d’otages avec ses condamnations ainsi que les futurs déboires judiciaires qui l’attendent en février. N’est-il pas possible qu’il ait eu des promesses de clémence s’il se prêtait à un exercice ?

Certains diront que ces hypothèses relèvent du complotisme car elles ne sont étayées par aucune parole officielle. Elles sont en tout cas plus plausibles que le roman officiel, qui est qu’un iranien sunnite (il y en a), takfiri (il y en a beaucoup moins), adepte de DAECH (on frôle l’exception et même l’hérésie), aille faire une sorte de djihad solitaire en  situé à des milliers de kilomètres de son cher califat, avec pour seul objectif de manifester son takfirisme. Si cette fable est la vérité, un tel homme devrait faire l’objet d’une étude pour sa singularité.

Avic – Réseau International

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents