Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Joué-lès-Tours : l'autre version des faits qui contredit sérieusement celle de la police

Publié par wikistrike.com sur 26 Décembre 2014, 20:32pm

Catégories : #Politique internationale

Joué-lès-Tours : l'autre version des faits qui contredit sérieusement celle de la police

D'après la version qui passe en boucle à la télé, Bertrand Nzohabonayo « Bilal », un Français de 20 ans d'origine burundaise et converti à l'Islam, aurait agressé au couteau des policiers dans le commissariat de Joué-lès-Tours en criant « Allah Akbar » le samedi 20 décembre 2014. Le jeune homme a été ensuite tué par l'un des policiers. 

Ce scénario officiel qui met en cause Bilal, qui se serait rendu délibérément au commissariat, a été validé par ministre de l'Intérieur avant même que l'enquête ne débute. 

La famille conteste le portrait de Bilal dépeint par la police 

 

 

Avant de parler de la version qui contredit les accusations policières, il faut savoir que le portrait de Bilal dépeint par les forces de l'ordre est contesté par ses proches et sa famille. Son père lui même a expliqué à La Nouvelle République ne pas comprendre l'attaque. 

« Ce n'était pas un jihadiste. C'était un non-violent, très pacifique », a-t-il affirmé. 

Bertrand ne considérait pas la religion comme une cause d'agression. Il nous disait : « Grâce à la religion, je respecte ma mère. Je me suis assagi grâce à l'Islam ». 

Selon son père, le jeune homme s'était « assagi » et « n'avait pas eu de problème avec la police » depuis ses 18 ans. 

Sa sœur, Eunice Nzohabonayo, a également défendu son frère Bilal sur France tv Info : 

« Connaissant Bertrand je ne sais pas comment il aurait pu avoir cet élan de violence pour venir se ruer sur la personne » comme l'ont raconté les autorités, affirme-t-elle. 

Bilal ne se serait pas rendu volontairement au commissariat 

Selon le Ministère de l'Intérieur, avant d'attaquer le commissariat il aurait crié,
« Allah Akbar« , « Allah est Le plus grand » en arabe. 

Cette affirmation est sérieusement contestée par des témoins ainsi que ceux qui connaissaient le jeune homme. En effet, d'après eux, Bertrand Nzohabonayo ne se serait pas rendu de son propre chef au commissariat de Joué-lès-Tours et n'aurait pas crié « Allah Akbar »

Suite à l'agression quelques jours auparavant d'un des policiers mis en cause pour « violence aggravée avec arme » en août 2013 dans le quartier de la Rabière à Joué-les-Tours (La vidéo amateur, disponible 
ici, avait été diffusée sur YouTube, sous le titre «Honte à la police» et les plaintes ont été classées sans suite par le parquet de Tours), la police aurait interpellé Bilal pensant que c'était l'agresseur. 

C'est à ce moment que l'arrestation aurait dégénéré selon 
plusieurs témoignages postés sur les réseaux sociaux. Bertrand Nzohabonayo aurait sorti un couteau qu'il aurait utilisé pour frapper trois policiers avant d'être tué par un agent. 

Selon 
France 3 région qui apporte encore des précisions, le jour des faits Bertrand se rend chez sa sœur à midi, ensuite il se serait dirigé vers un kebab, qui se trouve à proximité du commissariat de Joué-lès-Tours. Sur sa route, des policiers l'auraient interpellé pour qu'il donne les noms des deux jeunes qui se sont battus avec le policier. L'interpellation se passe mal et se termine par l'agression au couteau des policiers et la mort de Bertrand Nzohabonayo. 

Bilal n'a pas crié « Allah Akbar » 

Un des premiers témoignages après le décès de Bilal : 

 

 

Un témoin de la scène, interrogé par iTELE, affirme que l'homme abattu a simplement crié « Ah »

 

 


L'un de ses amis ne croit pas une seconde à la version officielle. 

 

 


Pression policière sur la famille 

Le collectif 
« Urgence, notre police assassine en toute impunité » dénonce une « pression policière » sur la famille et sur l'entourage du défunt. Une famille et des proches « terrorisés par l'ampleur qu'a pu prendre cette affaire » et qui ne comprennent « toujours pas pourquoi on a envie de faire passer Bilal pour un terroriste, alors qu'il ne l'était pas« . 

 

 


Commentaire : Peut-être parce que l'Occident a créé de toutes pièces le « terrorisme islamique », afin de : 
1) au niveau national : effrayer et hystériser davantage la population avec la version moderne du croque-mitaine : le barbu-en-djellabah-kamikaze-suicidaire-décapiteur-de-journalistes-qui-veut-détruire-l'Occident-parce-qu'il-« hait-nos-libertés » - ceci pour faire passer encore plus de lois répressives et liberticides, et pour diviser la population qui, focalisée sur un ennemi imaginaire, ne voit pas qui est le véritable ennemi : 
les psychopathes au pouvoir (on ne le dira jamais assez). 
2) au niveau international : créer encore plus de chaos via ces idiots utiles, favorisant ainsi le renversement des dirigeants démocratiquement élus mais quelque peu récalcitrants, pour ce qui est de
 servir les intérêts de Washington/l'OTAN/Israël

 

Les contradictions dans l'affaire de Joué-lès-Tours sont telles que la famille ne demande qu'à voir les photos et les vidéos de surveillance du commissariat et de la commune si la version officielle est vraie comme on veut nous le faire croire. 

La soeur de Bertrand explique qu'elle veut comprendre ce qu'il s'est passé avant, qu'elle veut voir les vidéos des caméras de surveillance. 

« Je veux que les policiers écoutent les gens qui disent qu'il y aurait pu avoir une altercation avant ».

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents