Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Misère de la presse subventionnée : quand l’Express diffame les sites d’information alternatifs

Publié par wikistrike.com sur 8 Décembre 2014, 14:45pm

Catégories : #Culture - médias - Livres - expos - rencontres

Misère de la presse subventionnée : quand l’Express diffame les sites d’information alternatifs

Quand la presse pas du tout indépendante et subventionnée s'en prend à des médias libres comme Wikistrike, c'est que certains messages que nous passons commencent à faire du bruit.

Au regard du jeune journaliste de l'article de l'Express, 23 ans, on peut se demander ce que cette personne connaît vraiment de la situation géopolitique, et de la vie en général... Enfin, l'homme a certainement bien été mangé du cerveau à l'école de journalisme...

Ah oui, il est aussi champion de France de Tarot...

Vous l'aurez compris, pour mélanger les sites de droite extrême à ceux qui la combattent, il faut 4 ans de journalisme, et savoir lire les cartes que la gauche vous tend.

Ci-dessous l'article d'Adrien:

A les croire, ils vous réinformeraient quand les autres médias vous mentent. Zoom sur des sites qui s'immiscent aussi bien dans votre profil Facebook que dans le rapport de la gendarmerie sur Sivens publié lundi

 

Ils s'appellent Stop Mensonges, MediaLibre, Wikistrike , Prorussia ou Quenelle+. Les noms de ces sites ne vous disent pas grand-chose? Pourtant, vous les avez sans doute déjà consultés par hasard, via un lien pioché sur Facebook, Twitter ou un blog. Ils vous appâtent avec des titres comme "Exclu: François Hollande a songé à démissionner" ou "Eau, vaccins, chemtrails: ils effacent votre mémoire!", mais la plupart du temps vous laissent dubitatifs. Qui sont ces médias qui affirment donner la "vraie information" et fourmillent par dizaines sur le Web? 

A première vue, ces sites viennent tous d'horizons différents. Une constante émerge tout de même très vite: une haine féroce de la presse "traditionnelle". De fait, beaucoup de responsables de ces plateformes n'ont pas souhaité répondre à nos questions. "Pauvres journalistes, vous êtes des réactionnaires d'un autre temps", nous écrit ainsi Joe Le Corbeau, blogueur-dessinateur proche de Dieudonné. "Nous serons ravis de vous répondre quand les journalistes auront renoncé à la pensée unique. Rendez-vous dans cinquante ans", ironise André Bertold de Dreuz.info, un site proche de l'extrême droite

 

"Résistant face au système"

 

Chez certains, la méfiance vire à la paranoïa. "Si remettre en cause la version officielle du 11 septembre c'est être conspirationniste, je préfère ne pas vous parler", explique un responsable du site "Re Open 9/11". "J'ai enregistré l'intégralité de notre entretien sur dictaphone. J'ai prévenu notre avocat conseil; je n'hésiterai pas à porter plainte" nous fait savoir par e-mail Raphaël Berland, co-fondateur du "Cercle des volontaires" après un entretien téléphonique.  

Ce dernier, qui veut proposer un "média non-partisan et résistant face au système", estime que les journalistes font mal leur travail. Que ce soit dans le traitement du 11 septembre, du drame syrien ou du cas Dieudonné. C'est dire s'il fait confiance à L'Express pour retranscrire ses propos. 

 

Que peut apporter de neuf un site parti de rien et alimenté par une poignée de personnes? Raphaël Berland reconnaît ne pas pouvoir apporter d'informations nouvelles par "manque de temps". Son site reprend d'ailleurs, comme beaucoup de médias "alternatifs", énormément d'informations publiées par les médias qu'il abhorre. Il pense néanmoins pouvoir publier de "meilleures analyses" que les autres. "On fait un travail de réinformation", résume-t-il. 

 

La "réinformation", un concept d'extrême-droite

 

"Réinformation". Le terme n'est pas neutre. Il s'agit avant tout d'un concept théorisé par l'idéologue Jean-Yves Le Gallou, ex-cadre du FN. Voici comment ce dernier résume son mot d'ordre à L'Express: "Le politiquement correct s'impose au monde politique, administratif et intellectuel à travers les médias traditionnels. Le principe de la réinformation c'est donc de donner des informations et des points de vues alternatifs face à cette censure. L'expression 'grand remplacement', par exemple, est entrée dans le vocabulaire courant grâce aux médias alternatifs", explique-t-il.  

 

La voix de ces outsiders porte en effet bien au-delà des réseaux sociaux. Le rapport de l'enquête administrative sur la mort de Rémi Fraisse sur le site du projet de barrage à Sivens publié lundi, cite ainsi l'un d'entre eux, comme l'a remarqué Pierre Januel, co-auteur du blog Les cuisines de l'Assemblée sur L'Express. Il s'agit du "journaliste Pierre-Alexandre Bouclay", auteur d'une vidéo pour le site de Libertés TV, utilisée comme une source fiable par les auteurs. "Une reconnaissance", se félicite Jean-Yves Le Gallou, lui-même présentateur d'une émission de critique des médias sur ce site. 

 

De fait, des "indépendants" ont développé des compétences propres aux journalistes. "On est dans une société où le niveau d'expertise augmente. Ceux qui bloguent et commentent ont souvent eu des formations proches de celles des rédacteurs", analyse le sociologue des médias Jean-Marie Charon. "Ce sont des enseignants, des communiquants, des chefs de projets... L'idée même de la légitimité des journalistes est contestée." 

 

"Oui je suis journaliste. Je fais mon métier"

 

Certaines personnalités, comme l'avocat-blogueur Maître Eolas et bien d'autres, ont émergé sur leur blog et partagent volontiers leurs analyses dans la presse. D'autres, au contraire, s'opposent frontalement au "système". Pour Jean-Marie Charon, "ce sont un peu les mêmes profils, mais leurs critiques se sont radicalisées. Ce sont des petits groupes qui veulent construire leur espace et pensent pouvoir tenir un rôle comparable à celui des journalistes." 

 

Certains restent amateurs, d'autres se vivent comme des professionnels. "Oui, je suis journaliste. Je fais mon métier, mais je ne suis pas subventionné comme vous, médias du système et je n'ai pas de carte de presse", nous explique Jean-Robin, animateur du site Enquête et Débat. Ce dernier se félicite d'être "indépendant, libre, le larbin de personne" et revendique "sortir des scoops". 

Malgré cela, il reconnaît qu'il est difficile de vivre de ces seules activités. Ni les revenus publicitaires de son site, qui totalise 100 000 visiteurs uniques par mois, ni les contributions de ses lecteurs ne suffisent à financer ses activités. Il complète donc ses revenus avec sa maison d'édition, Tatamis, où il publie lui-même de nombreux livres. Même son de cloche au Cercle des Volontaires, dont les 60 000 visiteurs uniques mensuels ne permettent pas de faire vivre les animateurs. 

 

"Petits mammifères" contre "dinosaures"

 

Cette ébullition n'est pas sans rappeler la naissance de la presse post-mai 68 ou les radios libres à Jean-Marie Charon. "Chaque fois qu'un nouveau média arrive, on observe ce type de phénomène. D'autant plus que le Web est particulièrement souple et nécessite peu d'investissements", analyse le sociologue. "On est dans une logique de nouvelles frontières."  

 

Jean-Yves Le Gallou, de Libertés TV, va encore plus loin. "Les médias alternatifs sont les petits mammifères à la fin des dinosaures", s'amuse-t-il. "Le Web permet de sortir de la pensée unique. Il y a aujourd'hui beaucoup plus de libertés sur les tribunes du Figarovox que dans la version papier du Figaro. Mais franchement, un texte publié sur Boulevard Voltaire (un site fondé par le maire de Béziers soutenu par le FN Roberd Ménard, ndlr) trouvera une audience beaucoup plus grande".  

 

A l'heure actuelle, c'est le site "Egalité et réconciliation" d'Alain Soral qui draine le plus de lecteurs sur ce filon -avec une audience supérieure au pure player Atlantico, selon les statistiques d'Alexa.com. Une performance non négligeable, même s'il encore très loin de supplanter Le MondeLe Figaro ou L'Express. Le web de l'info "alternative" a encore du chemin à faire. 

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents