Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Selon des chercheurs, le cerveau d'ado s'éteint pour ne pas vous entendre crier

Publié par wikistrike.com sur 15 Décembre 2014, 08:54am

Catégories : #Santé - psychologie

Selon des chercheurs, le cerveau d'ado s'éteint pour ne pas vous entendre crier

Une nouvelle étude américaine suggère que lors de conflits avec leurs parents, les adolescents présentent une diminution de leur activité cérébrale dans les régions associées à la régulation de l’émotion et de l’empathie.


Les relations entre parents et adolescents ne sont pas toujours faciles. Le passage de l’enfance à l’âge adulte est souvent vécu comme une période délicate aussi bien par les principaux concernés que par leur entourage. Cette situation affecte généralement la communication entre ces deux partis.

Une nouvelle étude américaine menée par des neuroscientifiques de l'Université de Pittsburgh, en Pennsylvanie, apporte aujourd'hui un nouvel éclairage sur ce phénomène familial et révèle une observation étonnante.

Des critiques et discours ordinaires diffusés aux ado

Pour mieux comprendre les mécanismes sous-jacents à ces interactions quelque peu problématiques, les chercheurs se sont rendus directement dans les tréfonds du cerveau des adolescents. Leur expérience a consisté à faire passer un scanner à 32 jeunes âgés en moyenne de 14 ans pendant que ceux-ci écoutaient les critiques de leur mère.

Pour faciliter l’opération, les remontrances ont été diffusées sous la forme de courts enregistrements de 30 secondes. Un exemple relayé par The Wired, témoigne de la nature de ces reproches : "une chose qui me dérange, c'est que tu t’énerves sur des problèmes mineurs comme lorsque je te demande de retirer tes chaussures en bas de l’escalier. Tu t'exaspères parce qu'il faut que tu les ramasses, que tu montes les escaliers et que tu les ranges dans ta chambre".

Au cours de l’expérimentation, les chercheurs ont centré leur attentions sur trois types particulier de zones cérébrales : celles associées aux émotions négatives, celles jouant un rôle dans la régulation de l’émotion et celles impliquées dans la compréhension du point de vue des autres.

Pour avoir un point de référence, l’opération a été réalisée également avec des séquences audio de discours maternels plus ordinaires concernant notamment les courses à l’épicerie.

Une réduction de l’activité cérébrale

Les résultats de cette analyse, mis en ligne le 22 octobre, révèlent des différences dans l'activité cérébrale en fonction des situations. Lorsque les adolescents écoutent leur mère les critiquer, leurs zones cérébrales associées aux émotions négatives sont bien plus actives que lorsqu’ils l’entendent parler d’emplettes. Jusque là rien de très surprenant.

Toutefois, les scientifiques ont fait une autre observation intéressante : ils ont constaté que l’activité des deux autres zones, celles liées à la régulation de l'émotion et à l'empathie, semblait progressivement se réduire au fur et à mesure que l'adolescent écoutait les reproches. En quelque sorte, ces zones semblaient se mettre en veille.

Les jeunes arrêtent de faire fonctionner leur processus de sociabilité et la compréhension de l'état d'esprit de leurs parents, en réponse aux critiques maternelles", expliquent les chercheurs. Le processus de communication est alors interrompue. Selon les scientifique, c’est cette absence d'empathie et de contrôle des émotions qui serait à l’origine des conflits fréquents et non résolus entre les parents et leur adolescent.

Les limites de l’étude

Selon The Wired, l’étude présente toutefois quelques limites. En effet, les instructions données à chaque participant ne sont pas suffisamment claires pour affirmer réellement le degré d’attention des adolescents vis-à-vis de l’écoute des enregistrements. Par ailleurs, d’autres séquences audio manquent pour compléter l’étude. Notamment aucune critique provenant du père ou d’autres adultes n'ont été utilisées pour comparer.

Ces manques pourraient amener à faire des conclusions légèrement différentes de celle établies. En effet, la diminution d’activité cérébrale pourrait être interprétée comme un moyen permettant à l’adolescent de mettre fin au conflit et d'empêcher qu'il s'envenime. Toutefois, si les conclusions restent à confirmer, les chercheurs soulignent que leurs observations pourraient fournir une aide aux parents.

"Les parents pourraient bénéficier du fait de comprendre que lorsqu'ils critiquent leurs adolescents, ces derniers peuvent connaitre une réaction émotionnelle négative forte, avoir des difficultés à contrôler de façon cognitive cette émotion et peuvent aussi trouver difficile de comprendre l'état mental ou le point de vue de leur parent", ont conclu les chercheurs. 

 
http://www.maxisciences.com/adolescent/parents-inutile-de-crier-sur-votre-ado-son-cerveau-s-039-eteint-pour-ne-pas-vous-entendre_art33943.html

Commenter cet article

Archives

Articles récents