Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

USA : La mythologie historique au service du fascisme

Publié par wikistrike.com sur 20 Décembre 2014, 19:43pm

Catégories : #Politique internationale

USA : La mythologie historique au service du fascisme

A l’heure actuelle, le gouvernement américain accorde son soutien à de nombreux fascistes et néo-Nazis.

En Ukraine, un gang arborant la croix gammée, le “Right Sector” a constitué une force prédominante dans la campagne de violence et de terreur de rues qui a fait tomber le gouvernement élu. Le “Right Sector” n’est qu’un groupe ultranationaliste ukrainien parmi tant d’autres qui ne cachent pas leur admiration pour Hitler. De nombreuses personnalités appartenant au régime de Kiev qui, parce qu’il menace la Russie, est soutenu par les Etats-Unis, ont ouvertement fait l’éloge d’Adolf Hitler. Le régime de Kiev s’appuie sur ces fanatiques antirusses déments pour mener une guerre contre sa propre population dans l’Est du pays.

En Syrie, les Etats-Unis ont appuyé les extrémistes takfiris. Les takfiris sont des groupes armés islamistes qui appellent à l’extermination de ceux qui ont des convictions religieuses jugées inacceptables. Ils sont connus pour pratiquer la torture, recruter des enfants soldats et commettre toutes sortes de crimes odieux contre l’humanité. Pour de simples raisons ethniques ou religieuses, ils exécutent sommairement des gens en les décapitant. Le gouvernement américain et ses alliés ont financé ces groupes dans l’espoir de renverser la République arabe syrienne.

En Bolivie, au Venezuela, en Equateur ainsi que dans d’autres pays bolivariens, les USA soutiennent « l’opposition » qui compte de nombreux admirateurs des dictateurs fascistes Francisco Franco et Auguste Pinochet. Les minorités anti bolivariennes d’Amérique latine évoquent ouvertement la campagne de violence terroriste destinée à renverser les gouvernements prosocialistes élus. Robert Serra, personnalité politique du Venezuela a déjà été assassiné par ces extrémistes dont la violence est susceptible d’empirer au fur et à mesure que les gouvernements populaires anticapitalistes se consolident.

Aux Etats-Unis, même à l’intérieur des frontières, on a assisté à un renouveau du sentiment fasciste et néo-nazi. Le Ku Klux Klan s’est manifesté dans les rues de Ferguson menaçant ceux qui osaient protester contre le meurtre de Michael Brown. En Arizona et au Nouveau Mexique des groupes hostiles à l’immigration affichent souvent des croix gammées et prônent ce qu’ils appellent la «pureté raciale» dans leur pays. Le shérif Joe Arpaio a fièrement exhibé des photos où on le voit en compagnie de nationalistes blancs. Certaines personnalités politiques appartenant à des groupes suprématistes blancs occupent des fonctions publiques dans certaines régions du Sud-ouest.

Comment justifier moralement tout ceci? Les crimes des nazis et des fascistes sont parfaitement connus et documentés et ils horrifient tous ceux qui possèdent le plus élémentaire sens moral. En outre, au cours des sept dernières décennies, l’ensemble des principes qui ont défini l’identité nationale des américains s’articulent autour de concepts tels que la «liberté» et la «démocratie». Se rallier à des forces qui appellent à la dictature fasciste et à des crimes raciaux est totalement contradictoire avec la propagande autour de l’ « American way of life ».

Afin de justifier les politiques actuelles du gouvernement tant à l’échelle nationale qu’internationale, les Etats-Unis ont mené une campagne de révisionnisme historique. Des écrivains comme Timothy Snyder et Roger Moorhouse sont largement représentés dans l’ensemble des médias américains. Timothy Snyder est considéré comme un «expert» sur les questions ukrainiennes et donne des interviews à ce sujet sur ​​presque toutes les chaines de télévision. Le livre de Snyder, « Bloodlands » (Terre de sang) est largement diffusé, analysé et recommandé. Plus récemment, le livre de Moorhouse, « The Devil’s Alliance » a été commenté dans le Wall Street Journal et dans d’autres publications importantes.

Ces livres n’abordent pas les événements actuels en Ukraine, au Venezuela, en Syrie, ou en Arizona. Au contraire, ils ne traitent que des événements qui ont eu lieu dans les années 1930 et 1940. Mais si ces textes historiques sont largement diffusés, c’est qu’ils servent à justifier les actions actuelles des dirigeants des États-Unis.

Le message de ces livres est simple :  » Le communisme soviétique et le nazisme allemand sont équivalents sur le plan moral ». Si on valide ce mensonge historique, le soutien constant apporté par les États-Unis au fascisme apparait alors beaucoup moins immoral.

La thèse principale des révisionnistes historiques est que l’Union Soviétique et l’Allemagne nazie se sont retrouvées «alliées » à un moment donné. C’est le message qui se dégage des livres de Moorhouse et de Snyder cités plus haut.

C’est absolument faux. L’Union Soviétique et l’Etat nazi allemand n’ont jamais été alliés. A aucun moment les deux gouvernements n’ont manifesté une admiration mutuelle. Le pacte Molotov – Ribbentrop de 1939 n’a jamais constitué une alliance. L’Union Soviétique et l’Allemagne nazie étaient des sociétés antagonistes, fondée sur des principes totalement opposés. Non seulement les deux sociétés ne se sont jamais alignées, mais elles n’ont jamais pu coexister pacifiquement.

Antisoviétisme : fondement du nazisme

Incendie du Reichstag

Incendie du Reichstag

C’est l’obsession de l’idéologie qui distingue le fascisme des autres formes de capitalisme occidental, et même de celui d’autres Etats policiers autocratiques. Les Etats policiers et les régimes militaires répriment et assassinent pour des raisons purement pragmatiques. L’approche idéologique du fascisme est unique. Le fascisme ne se caractérise pas par la répression pure et simple, mais par l’édification d’un mouvement de masse qui se livre à des actes extrajudiciaires d’extrême violence. Les Etats fascistes dépendent d’abord d’une masse de fanatiques sanguinaires pour faire fonctionner volontairement leurs opérations.

Le fondement idéologique sur lequel reposait entièrement l’État nazi dirigé par Adolf Hitler a été l’anticommunisme et l’antisoviétisme. Le Parti national socialiste des travailleurs allemands (NSDAP ) a été créé dans les années 20, lorsque le Parti social-démocrate et le Parti communiste bénéficiaient encore d’une grande influence dans la société allemande. Hitler a proclamé : « Des décennies de marxisme ont ruiné l’Allemagne. Le bolchevisme va la détruire. Les plus beaux territoires sur terre seront réduits en cendre « .

L’ouvrage d’Hitler « Mein Kampf » (Mon combat) est considéré comme le texte sacré du nazisme allemand. Le livre est en partie une autobiographie et en partie un document définissant les principes et les croyances du mouvement nazi. Dans ce texte, Hitler impute la défaite allemande pendant la Première Guerre mondiale à l’influence du marxisme dans la société allemande. Il affirme ensuite que le marxisme est une conspiration de la part des Juifs. Il en déduit que c’est à cause de l’absence d’une idéologie fortement anticommuniste de la part des gouvernements allemands précédents que le marxisme et le « bolchevisme  » n’ont jamais été vaincus. Hitler présente le nazisme comme une idéologie susceptible de rallier le peuple allemand, dans le but de vaincre la «menace bolchéviste » et de restaurer la grandeur précédente de l’Allemagne.

Aussi bien avant qu’après sa prise de pouvoir, Hitler a déclaré à plusieurs reprises que l’objectif officiel du nazisme était de « débarrasser le monde du bolchevisme. » En 1933, l’une des premières mesures du nouveau chancelier allemand fut de se rendre au Vatican à Rome. Là, Hitler a demandé au pape d’appeler à une sainte croisade et d’ordonner aux catholiques du monde entier d’attaquer l’Union Soviétique.

La suppression radicale des libertés civiles qui a suivi la prise de pouvoir par Hitler aurait prétendument eu lieu en réaction à l’incendie du bâtiment du Parlement allemand, le Reichstag. Hitler a rendu le Parti communiste allemand responsable de cet acte en affirmant qu’il l’avait commis sur ​​les ordres de l’Union Soviétique. Les dirigeants communistes, Georgi Dimitrov et Ernst Thalmann furent arrêtés et l’Etat nazi se donna beaucoup de mal pour convaincre à tort le public allemand que le bâtiment du parlement avait été détruit suite à une conspiration d’inspiration soviétique.

Le fondement même du nazisme a été l’anticommunisme, et la quasi-totalité de ses actions a été basée sur la haine de l’Union Soviétique. La persécution des Juifs s’est développée sur la croyance que « le marxisme juif » était responsable des difficultés du pays et que les Juifs allemands étaient secrètement fidèles à l’Union Soviétique.

Si une alliance entre l’URSS et l’Allemagne nazie s’était formée, elle aurait complètement discrédité l’État nazi. Les simples partisans fanatiques aussi bien que les dirigeants les plus importants du parti nazi étaient entièrement motivés par leur haine démesurée envers l ‘Union Soviétique et l’idéologie marxiste-léniniste promue à l’échelle internationale. En outre, l’Etat nazi encourageait une haine excessive à l’encontre des peuples de l’Union Soviétique en se fondant sur des critères racistes. Le nazisme considérait que les peuples slaves étaient génétiquement et culturellement inférieurs aux Européens occidentaux. Mais si le mépris envers les Juifs étaient sans conteste l’obsession raciale primordiale des nazis, ils considéraient aussi que les Slaves, les Africains, et à partir d’un certain moment, les peuples d’Asie et d’Amérique latine, étaient racialement inférieurs aux « Ariens ».

Ces théories raciales du nazisme causent de gros problèmes aux hitlériens modernes lorsque avec le soutien de Wall Street, ils attaquent les gouvernements progressistes anti-impérialistes et les forces progressistes. Les mouvements fascistes de skinheads qui ne cessent de croitre en Amérique latine et qui se sont manifestés lors des récentes émeutes au Brésil, n’ont pas pu passer suffisamment sous silence le fait que les nazis considéraient les peuples de couleur comme une race inférieure. En outre, il n’est un secret pour personne que bien que les nazis aient conclu des alliances avec les forces anti-communistes en Ukraine, l’idéologie nazie définit encore les Ukrainiens comme des Slaves ethniquement inférieurs aux Ariens.

Pour qu’une alliance entre les nazis et les soviets ait pu voir le jour, il eut fallu que l’État nazi répudiât les fondements mêmes de son idéologie et de son existence. Cela ne s’est produit ni au moment du pacte de 1939, ni à aucun autre moment pendant le Troisième Reich.

La nature du socialisme soviétique

De même que l’Etat nazi dépendait d’un mouvement de simples membres fanatiques et sanguinaires pour exister, l’Union Soviétique dépendait de millions de personnes susceptibles d’être assez motivées par une idéologie pour passer à l’action. L’idéologie de ces millions de personnes qui faisaient la force de l’Union Soviétique était totalement contraire à celle de l’Allemagne nazie.

Le Parti communiste de l’Union Soviétique, était violemment haï par les nazis allemands parce qu’il était fondé sur une idéologie marxiste-léniniste, une idéologie quasiment opposée à la leur.

Le parti nazi reposait sur le racisme, l’antisémitisme, et les théories de supériorité et d’infériorité raciales. L’Union Soviétique était non seulement opposée à de tels principes mais elle les avait interdit dans sa constitution. Prêcher la haine raciale ou la suprématie en Union Soviétique pouvait entrainer une arrestation et un emprisonnement.

Harry Haywood, un Afro-Américain qui s’est rendu en Union Soviétique dans les années 30, a raconté qu’un homme ivre qui avait fait à son égard un commentaire raciste dans un train avait immédiatement été placé en détention par la police, et qu’entre autre sanctions, il avait été forcé de s’excuser auprès de lui.

Le fondateur de l’Union Soviétique, Vladimir Lénine est célèbre pour avoir fustigé le Parti communiste sud-africain pour avoir apporté son soutien au racisme dans le mouvement syndical. Pour pouvoir adhérer au communisme international, le Parti communiste sud-africain s’est alors vu contraint d’ajuster son programme politique pour en exclure toute notion de racisme.

L’Etat Nazi était fondé lui-même sur l’obsession de la nation allemande comme le montre son hymne national « Deutschland Uber Alles  » (l’Allemagne avant tout). L’Union Soviétique et ses alliés internationaux se basaient, quant à eux, sur le slogan «Travailleurs et peuples opprimés du monde entier unissez-vous! » Lénine avait ajouté «et les peuples opprimés » au slogan original de Karl Marx.

Staline, leader de l’Union Soviétique dans les années 1930, n’était pas ethniquement russe, mais d’origine géorgienne. Il a abondamment écrit sur le droit des nationalités opprimées à l’autodétermination et à l’indépendance.

Lorsque l’Italie a envahi l’Éthiopie, l’Union Soviétique a soutenu haut et fort les peuples africains dans leur lutte contre les envahisseurs européens. Lorsque la République espagnole dut faire face à une insurrection fasciste, soutenue par l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste, l’Union Soviétique a été le seul pays à envoyer une aide militaire à la République espagnole.

L’Internationale communiste des soviétiques a œuvré pour bâtir un «Front populaire contre le fascisme » dans chaque pays où existaient ses forces. L’Union Soviétique a envoyé une aide militaire et financière à des groupes de résistance armée clandestins en Allemagne, Italie, France, Yougoslavie, Albanie, et dans tous les autres pays où le régime nazi était susceptible de s’imposer. Plus de 26 millions de personnes en Union Soviétique ont péri dans la lutte pour vaincre l’Allemagne nazie.

L’hostilité de l’Occident

1856849014L’Union Soviétique a consacré près d’une décennie à tenter de construire une alliance antifasciste, pour finalement être snobée à plusieurs reprises par la Grande-Bretagne, la France et les Etats-Unis. La loi sur la neutralité, le “Neutrality Act”, adoptée par le Congrès américain a rendue illégale toute adhésion à une alliance antifasciste avec l’URSS.

Beaucoup de milliardaires aux États-Unis admiraient ouvertement Hitler. Henry Ford a reçu la Croix de Fer de la main d’Adolph Hitler et distribué des livres et des journaux antisémites et pro-Hitler aux concessionnaires automobiles.

Les propriétaires de la General Motors Corporation ont parrainé les émissions de radio d’Hitler soutenant le prêtre catholique Charles Coughlin. General Motors a également employé une organisation pro-Hitler appelée « Black Legion » pour attaquer les syndicalistes.

IBM, qui a maintenant des installations dans des colonies israéliennes illégales, avait des liens financiers étroits avec l’Etat nazi. C’est IBM qui a conçu les machines à cartes perforées utilisées par les nazis pour gérer leurs camps de concentration.

Les comptes de Prescott Bush, le grand-père de l’ancien président américain George W. Bush, furent saisis conformément à la Loi sur le commerce avec l’ennemi (Trading With the Enemy Act ). La firme de Wall Street de Bush faisait essentiellement office de courtier pour l’Etat nazi.

La famille royale britannique ainsi que de nombreux riches banquiers britanniques avaient des liens financiers avec les nazis. Ils leur prêtaient de l’argent afin de favoriser leur expansionnisme militaire et la répression.

L’Union Soviétique a travaillé très dur pour construire une alliance antifasciste avec l’Occident, mais elle a été incapable de le faire. Les banquiers et les capitalistes occidentaux avaient trop d’admiration pour Hitler pour qu’une telle alliance puisse se former.

Le Pacte de 1939

signature-pacte

Le pacte Molotov-Ribbentrop de 1939 ne contenait aucun élément approuvant ou validant le nazisme ou les actions de l’Etat nazi. Le pacte n’a abouti à aucune activité militaire conjointe. Il se bornait à établir que pendant une brève période les deux pays ne s’engageraient pas dans des activités militaires l’un contre l’autre.

Pendant toute la durée du pacte, les partis communistes soviétiques dans le monde n’ont nullement cessé leurs activités antifascistes. Les manifestations contre les organisations pronazis et profascistes ont continué. Le boycott des produits en provenance d’Allemagne, l’Italie, et du Japon a été maintenu.

De nombreux gauchistes ont soulevé des objections de toutes sortes, ou sur la nature du pacte, ou la façon dont il a été conclu. Beaucoup de juifs de gauche et de sociaux-démocrates aux États-Unis ont estimé que le pacte n’était pas approprié, et ont exprimé cette opinion très énergiquement. Les trotskystes ont composé une chanson intitulée “My Darling Party Line” qui se moquait du pacte. Le pacte a eu pour effet de changer les relations entre l’administration Roosevelt et le Parti communiste des États-Unis, et a entraîné l’emprisonnement passager du dirigeant communiste Earl Browder sous couvert d’une violation de passeport.

Personne cependant, n’a pu soutenir que le pacte de non-agression de 1939 constituait une alliance. Le pacte était une mesure temporaire, conclu dans l’espoir d’éviter ce que les fonctionnaires soviétiques ainsi que toutes les voix représentant l’Etat nazi jugeaient inévitable : une invasion nazie de l’Union Soviétique.

TIME Magazine ainsi que d’autres médias ont tenté d’utiliser le pacte pour calomnier l’Union Soviétique. Le célèbre trotskyste Max Shachtman s’est servi du pacte pour justifier sa théorie du «collectivisme bureaucratique».

Toutefois, un grand nombre d’intellectuels et d’artistes sont intervenus pour défendre l’Union Soviétique contre ces attaques. Des manifestes déclarant que l’Union Soviétique et l’Allemagne nazie ne pouvaient tout simplement pas être moralement assimilés, ont paru dans les journaux, signés par de nombreuses personnalités non communistes. Ce sentiment était largement partagé par le mouvement ouvrier et la majorité de la société américaine.

En 1941, quand les Etats-Unis et l’Union Soviétique s’allièrent contre l’Etat nazi, il n’y eut aucune confusion dans l’esprit des américains. Le pacte que le Japon, l’Italie et l’Allemagne avaient signé avant le déclenchement de la guerre avait été intitulé « Le pacte anti-Komintern. » La nature anti-communiste du fascisme et la nature antifasciste du communisme, étaient communément admises.

Le Révisionnisme historique

Pendant la guerre froide, les écrits de George Orwell – auteur de l’expression, «Qui contrôle le présent, contrôle le passé » – ont été utilisés pour attiser la haine de l’URSS auprès du public américain. Les livres d’Orwell sont actuellement enseignés dans l’ensemble des écoles américaines. La plupart des américains tirent leur connaissance du communisme non pas de l’histoire soviétique, mais du roman allégorique d’Orwell dont les personnages sont des animaux de ferme (La Ferme des animaux).

L’anticommunisme n’a pas pris fin avec la guerre froide. Il a continué à être présent dans les médias, la culture et la société américaine. Plus le niveau de vie des sociétés occidentales capitalistes baisse, plus l’anticommunisme devient fort et populaire.

Aux États-Unis lorsque les maisons sont saisies, que les salaires baissent, et que la répression policière augmente, les capitalistes se contentent de déclarer: « Bien sûr notre système est mauvais – mais voyez comme les choses pourraient être pires si ce système s’écroulait! »

Cette logique est de plus en plus répandue au niveau international. En Ukraine, au Venezuela, et ailleurs, les Etats-Unis disent: « Bien sûr, nous sommes proches des nazis – mais au moins nous nous battons contre les communistes! »

La mythologie entourant le pacte Molotov-Ribbentrop de 1939 – et par extension l’adage «Staline était pire qu’Hitler » – a d’énormes implications sur les événements mondiaux et sur les luttes politiques internes aux États-Unis.

L’une des nombreuses batailles acharnées du 21e siècle est celle qui tente de définir l’histoire du 20ème siècle. Pour certains, l’histoire peut sembler abstraite, hors de propos, et étrangère aux tâches à accomplir, mais c’est une conception erronée.

L’histoire constitue la charpente à partir de laquelle nous considérons le présent. Pour que l’oppression persiste, l’histoire doit continuer à être écrite par les oppresseurs. Pour que les choses s’améliorent, il faut que la véritable histoire de la résistance et de la révolution, y compris les grandes réalisations de l’Union Soviétique, soit présente dans la conscience populaire.

Caleb Maupin est un politologue militant qui vit à New York. Il a étudié les sciences politiques à Baldwin-Wallace College et a été inspiré par le mouvement « Occupy Wall Street » dans lequel il s’est impliqué en particulier pour le magazine en ligne « New Eastern Outlook »

Traduit par Françoise Valla pour Réseau International

http://journal-neo.org/2014/12/13/historical-mythology-in-the-service-of-fascism/

Commenter cet article

Archives

Articles récents