Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Agresseurs sexuels: Une très longue liste noire de la cour US bourrée de célébrités politiques et culturelles

Publié par wikistrike.com sur 21 Janvier 2015, 12:18pm

Catégories : #Politique internationale, #Culture - médias - Livres - expos - rencontres

Agresseurs sexuels: Une très longue liste noire de la cour US bourrée de célébrités politiques et culturelles

*Un document de la Cour révèle des pages et des pages de numéros de téléphone, d’adresses postales et d’e-mails détenus par Epstein – y compris des résidences de la Reine.

*Le carnet d’adresses comprend une nuée d’autres politiciens – parmi lesquels les Kennedy, l’ancien Premier Ministre israélien Ehud Olmert et l’ancien maire de New-York, Michael Bloomberg.

*Un ancien employé de Epstein, Alfredo Rodriguez a découvert le carnet et l’a appelé «Le Saint-Graal».

*Il l’a gardé en sécurité, craignant que Epstein tente de le faire «disparaître».

*Epstein a admis qu’il était un agresseur sexuel et a purgé une peine de 18 mois après un plaidoyer arrangeant pour éviter un procès pénal à plus grande échelle.

*Le prince Andrew a été accusé par la victime d’Epstein d’avoir eu des relations sexuelles avec elle alors qu’elle était mineure et nie avec véhémence l’allégation.

*Aucune suggestion de la moindre faute de la part de l’un des noms dans le carnet.


*Par Sara Nathan pour DailyMail.com et Martin Gould en Floride pourDailyMail.com
———- ———- ———- ———- ———- ———- ———-

Jeffrey Epstein, le milliardaire agresseur d’enfants et ami du Prince Andrew, a cultivé une gamme extraordinaire de contacts – du Président Bill Clinton à Mick Jagger – elle est aujourd’hui révélée.

Les documents judiciaires obtenus par MailOnline indiquent comment Epstein a conservé plusieurs numéros de téléphone, e-mails et adresses de domiciles du gratin des deux côtés de l’Atlantique.

Le document a été présenté comme pièce à conviction et les avocats ont demandé l’autorisation d’un tribunal pour obtenir des preuves contre Bill Clinton et son personnel, pour qui Epstein détenait 21 numéros, tous sous le nom de son ancien assistant Doug Band.

Epstein avait également les coordonnées d’une multitude de célébrités, dont le chanteur des Rolling Stones, Sir Mick Jagger, l’ex-épouse de Donald Trump, Ivana et leur fille Ivanka, et une liste de femmes enregistrées sous la rubrique «massage» dans le document qu’un ancien employé a surnommé «Le Saint-Graal».

Les contenus du document sont divulgués par MailOnline tandis que le Prince Andrew, deuxième fils de la Reine, se défend contre les allégations disant qu’il avait des relations sexuelles avec Virginia Roberts – laquelle prétend avoir été retenue par Epstein comme «esclave sexuelle» quand elle était mineure, à 17 ans.


 Rien n’indique sur la seule présence des noms qu’ils soient tous coupables de toutes formes d’actes répréhensibles.

L’existence du document a été divulguée dans une série de dossiers marqués Epstein Vs Edwards à la Cour Fédérale de Floride du Sud.

L’affaire a été déposée la première fois en 2010 puis en Avril 2011 des documents supplémentaires ont révélé l’existence du « Journal ».

La liste des noms et adresses démontre le vaste rayon du cercle social de Epstein et donne une nouvelle lumière dans la foulée des accusations portées contre le Prince Andrew.

Il comprend une série de politiciens aux États-Unis, au Royaume-Uni, et en Israël. Il y a un numéro pour le bureau de Bill Clinton à New York, un certain nombre à Washington, et un certain nombre avec la mention « ne pas utiliser ».

Il y a aussi des numéros de téléphone de domiciles et voitures pour les membres supérieurs du personnel de Clinton, y compris Doug Band, son ancien «bras droit» à la Maison Blanche qui a été incorrectement nommé Bands sous un numéro marqué« ne pas utiliser ».

L’ancien Premier Ministre israélien Ehud Olmert a trois numéros de téléphone distincts enregistrés. Il purge actuellement une peine de prison pour corruption.

L’ex-Premier Ministre britannique Tony Blair est enregistré une fois, tandis que son ancien Ministre Lord Peter Mandelson a dix numéros enregistrés, y compris certains avec une mention «ligne directe», une mention «domicile» et une mention «maison de campagne».

George Mitchell, l’ancien Sénateur américain qui fût un personnage clé dans le processus de paix en Irlande du Nord est également répertorié.

Au total il y a 97 pages de documents, dont cinq semblent être les notes prises par des avocats ou enquêteurs avant que les documents ne soient saisis comme dossiers judiciaires.

La liste a été citée comme pièce à conviction – et entre donc parmi les dossiers judiciaires de la Cour – tandis que les avocats des femmes qui ont affirmé avoir été maltraitées par Epstein ont formulé une demande d’indemnisation contre lui.

Ils voulaient convaincre un juge de déposer plainte contre M. Clinton. Leur tentative a échoué. 

Sur ce cas, les avocats ont écrit : le répertoire téléphonique personnel de Epstein trouvé sur son ordinateur contient des adresses e-mail de Clinton ainsi que 21 numéros de téléphone, parmi lesquels ceux de son assistant (Douglas Band), de ses chargés de planning, et de ce qui semble être des numéros personnels de Clinton. Cette information peut certainement nous amener à croire que Clinton pourrait bien être une source d’informations et d’efforts pour obtenir de lui la découverte, qui a été raisonnablement calculée, pouvant conduire à une preuve pertinente. Voir pièces à conviction «B», «F», «AA», «DD».

Prince Andrew photographié avec Virginia Roberts en 2001

 

L’étendue des contacts de Epstein vers le Prince Andrew est également suggérée.

Il y a 16 numéros de téléphone distincts pour le Prince, y compris un numéro de téléphone mobile, un marqué ‘Palais ex-répertoire’, un pour ‘Balmoral’, retraite privée de la Reine en Écosse où Epstein a été invité par le Prince et un marqué Sand, qui semble être ‘Sandringham’, l’autre retraite royale où il a séjourné.

Epstein a également enregistré 18 numéros pour Sarah Ferguson, ex-épouse du Prince Andrew qui aujourd’hui l’a soutenu et a dit qu’il était « un grand homme, le meilleur du monde ».

L’ampleur de l’amitié du Prince Andrew envers Epstein a été rendue public quand il a été révélé que son ex-femme avait perçu 22,880 dollars (15,000 livres Sterling) de la part du milliardaire pédophile pour payer ses dettes.

L’accord a été conclu en décembre 2010 après des mois de négociations avec le magnat déchu qui avait insisté pour l’aider dans ses problèmes financiers.

L’accord est survenu quelques jours après que le duc d’York ait prit l’avion pour visiter Epstein à New York, alimentant la spéculation selon laquelle le duc avait facilité les choses pour que Sarah puisse obtenir l’argent, seulement 18 mois après que Epstein ait purgé sa peine de prison pour incitation de prostitution de filles mineures.

La duchesse d’York a prétendu plus tard que son jugement avait été «troublé» par son désespoir de sortir de sa dette de 5 millions de livres et a promis de rembourser l’argent.

Le prince Andrew et Jeffrey Epstein

 

 

Mais quand on lui demande aujourd’hui si elle a remboursé l’argent, son porte-parole déclare: «Aucun commentaire».

D’autres connexions royales dans la liste comprennent « Charles Althorp », ce qui signifie Charles le comte Spencer, le frère de la Princesse Diana, et Rosa Monckton, la meilleure amie de la défunte Princesse.

Les contacts du carnet de Epstein sont également évoqués dans les documents judiciaires déposés à la Cour en Floride, en septembre 2010. Il est précisé que Alfredo Rodriguez, l’un des employés de maison d’Epstein, a récupéré dans l’ordinateur de Epstein un journal qu’il a appelé le «Saint Graal» et qui révèle la plupart des noms des jeunes filles mineures dont Epstein a abusé à travers le pays et le monde, y compris leurs localités comme le Michigan, la Californie, West Palm Beach, New York, le Nouveau-Mexique, et Paris, en France.

Cela confirme que le journal identifie parmi d’autres connaissances de Epstein, des femmes qui à en croire Rodriguez étaient mineures et marquées sous la rubrique «massages».

D’autres contacts sont répertoriés, parmi lesquels Barbara Walters, Alec Baldwin, Sir Richard Branson le patron de Virgin, Liz Hurley, le designer Tom Ford, John Cleese, Minnie Driver, Dustin Hoffman, Bobby Kennedy Jr, le Sénateur Edward Kennedy, Henry Kissinger et Maria Shriver.

Rupert Murdoch et les mannequins Janice Dickinson, Marie Helvin et Angie Everhart sont également répertoriés ainsi que Courtney Love – comme le sont aussi des listings d’hôtels cinq étoiles tels que le Claridges Hotel à Londres, le Beverley Hills Hotel et le Beverly Wiltshire ainsi Le Plaza à New York et le restaurant Cipriani à Manhattan.

Rodriguez a par la suite été accusé dans une plainte pénale d’entrave à la justice dans le cadre d’une tentative d’obtenir un paiement de 50,000 dollars de la part des avocats civils qui poursuivent Epstein sur les affaires d’agression sexuelle pour leur fournir le journal.

Des documents de la Cour indiquent que Rodriguez a fait valoir qu’il avait besoin de l’argent parce que le journal était sa propre police d’assurance – car il craignait que Epstein le fasse «disparaître». En raison de l’importance que les informations contenues dans le journal ont pour les affaires en cours, Rodriguez l’a surnommé «Le Saint-Graal».

 


Rodriguez a plus tard été reconnu coupable d’entrave à la justice et a récolté 18 mois de prison.

Epstein a allégué dans des documents judiciaires que le journal contenait des noms de personnes qui n’avaient «aucun lien» à son procès, y compris Donald Trump.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Traduction : Rochelle Cohen.
 
 
Commenter cet article

Archives

Articles récents