Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

50 raisons de ne pas vacciner vos enfants

Publié par wikistrike.com sur 8 Février 2015, 16:23pm

Catégories : #Santé - psychologie

50 raisons de ne pas vacciner vos enfants

1. Il n’existe aucune étude scientifique qui puisse affirmer que les vaccins ont vraiment empêché les maladies. Les graphiques montrent plutôt que les vaccins ont été introduits dans les phases finales des épidémies quand la maladie en était à ses derniers soubresauts. Dans le cas de la variole, le vaccin a provoqué une énorme poussée de la maladie avant que les protestations du public ne conduisent à son retrait pur et simple.

 

2. Il n’existe aucune étude long terme sur la sécurité des vaccins. Ce sont des tests à court terme qui sont réalisés au cours desquels les sujets vaccinés sont comparés à d’autres groupes qui ont reçu un autre vaccin. Sur un plan scientifique et technique ces tests devraient être réalisés par rapport à un groupe de personnes non vaccinées. Personne ne sait exactement quels protocoles sont suivis dans ces industries basées sur des essais sponsorisés par l’industrie elle-même.

3. Il n’y a jamais eu de tentative officielle de comparer une population vaccinée à une population non vaccinée pour pouvoir prendre conscience des conséquences des vaccins sur les enfants et sur la société en général. Cependant des études indépendantes et privées (Néerlandaise et Allemande, ainsi que l’étude de KIGGS d’Août 2011 qui a été réalisée sur 7724 enfants partout dans le monde) ont révélé que les enfants vaccinés avaient bien plus de problèmes de santé que les enfants non vaccinés.

4. Les enfants ne reçoivent pas qu’un seul, mais plusieurs vaccins. Il n’y a pratiquement aucune étude qui puisse déterminer les effets de ces vaccins multiples.

5. Il n’existe aucune base scientifique pour vacciner les bébés. Selon les vieux médecins indiens cités dans le « Times of India »,  « les maladies dont souffrent les enfants et pour lesquelles on vaccine n’atteignent même pas les 2%, alors que 98% des vaccins visent précisément ces enfants. ». Les pionniers qui ont recommandé la plus extrême prudence avant de procéder à la vaccination de populations entières ne se sont jamais prononcés pour conseiller des vaccinations régulières de masse sans qu’il n’y ait de réelle menace en vue.

6. Les enfants sont en fait vaccinés parce que les parents craignent qu’ils soient vaccinés de force. La vaccination des enfants est le business le plus profitable tant pour les fabricants de vaccins que pour les médecins. Le lobby vaccinal s’arrange pour que tous les vaccins soient repris dans les programmes de vaccinations. Les écoles sont également incitées à vacciner leur personnel à recevoir tous les vaccins. Tout récemment dans l’avant-projet de la Politique Vaccinale, le gouvernement indien est tombé dans le piège et a donc légitimé tous les vaccins disponibles sur le marché, mettant de côté les recommandations des anciens médecins et de scientifiques médicaux qui avaient qualifié cette politique « d’irrationnelle » .

7. Les bébés pour lesquels on recommande UNIQUEMENT du lait maternel jusqu’à l’âge de 6 mois parce que leur santé est très fragile et ne supporte pratiquement rien d’autre devront recevoir 36 vaccins extrêmement toxiques, y compris des rappels. Ce sont là des actes qui défient tant la logique que la science.

8. Le gouvernement indien a publié un avis dans le journal « The Hindu » pour demander aux parents de ne pas faire vacciner leurs enfants avec davantage de vaccins que ceux qui sont approuvés par le gouvernement.

9. Le chapitre intitulé « Orissa » de l’Association Indienne des Pédiatres a reconnu dans une lettre au CM Orissa que les cliniques privées et les hôpitaux étaient mal équipés pour stocker des vaccins. Cette Association demande aux parents de ne pas faire vacciner leurs enfants sur les conseils de médecins privés ou de personnel hospitalier. Dans une enquête récente réalisée en Inde 94% des médecins interrogés ont fait part de leurs inquiétudes par rapport au maintien de la chaîne du froid, 54% des médecins ont déclaré avoir peur de vacciner leurs propres enfants et 88% craignent que les vaccins ne soient pas sûrs.

10. DE PAR LEUR NATURE MEME, LES INGREDIENTS DES VACCINS SONT EXTREMEMENT TOXIQUES.

11. Les vaccins contiennent des métaux extrêmement toxiques, des substances cancérogènes, des produits chimiques toxiques, des virus vivants ou génétiquement modifiés, des bactéries, du sérum contaminé par des virus animaux et du matériel génétique étranger, des adjuvants et des contaminants extrêmement toxiques, des antibiotiques non testés. Aucun de ces produits ne peut être injecté sans provoquer des dégâts.

12. Le mercure, l’aluminium et les virus vivants qui se trouvent dans les vaccins pourraient bien expliquer l’énorme épidémie d’autisme (1 sur 110 aux Etats-Unis, 1 sur 38 en Corée du Sud, 1 sur 37 selon une étude médicale privée à New Delhi.) Le fait que les vaccins peuvent provoquer l’autisme a été reconnu par des tribunaux aux Etats-Unis. Environ 83 cas d’autisme suspectés avoir été produits par les vaccins ont déjà été dédommagés.

13. Aux Etats-Unis le CDC qui surveille le problème des vaccins, a publiquement admis que son étude de 2003 (très largement répandue) n’était pas parfaite, alors qu’elle niait toute relation possible entre vaccins et autisme. Le directeur du CDC, le Dr Julie Gerberding (actuellement chef de la Division Vaccins chez Merck) a avoué aux médias (CNN) que les vaccins pouvaient provoquer des « symptômes ressemblant à l’autisme ». On retrouve l’épidémie d’autisme dans tous les pays qui ont eu recours aux vaccinations de masse.

14. En 1999, le gouvernement Américain a demandé aux fabricants de vaccins aux USA de retirer «immédiatement le mercure des vaccins. Mais on est obligé de constater que le mercure se retrouve encore en partie dans de nombreux vaccins. Les vaccins contenant du mercure n’ont jamais été retirés du commerce et ont été administrés aux enfants jusqu’en 2006.
Les vaccins dits « sans mercure » contiennent 0,05 mcg à 0,1mcg de mercure ; ce qui continue à présenter un danger pour les bébés du fait que le mercure tend à s’accumuler dans le corps et que les sources de mercure sont nombreuses. Selon une étude de l’Académie de Pédiatrie Américaine : «  le mercure est toxique sous toutes ses formes pour le fœtus et les bébés. Il s’agit de réduire autant que possible l’exposition au mercure pour les femmes enceintes et les enfants de même que pour la population en général.

15. EN INDE AUCUNE TENTATIVE N’A ETE ENTREPRISE POUR S’ASSURER QUE LE MERCURE ET AUTRES METAUX ONT ETE RETIRES DES VACCINS, TOUT SIMPLEMENT PAR CE QUE CE FAIT AURAIT EU UNE INCIDENCE SUR LE PRIX DES VACCINS

16. Au cours d’une réponse faite au Président Sri Abdul Kalam, le Ministre de la Santé a précisé «  le mercure est nécessaire pour faire en sorte que les vaccins soient sans danger ».A l’intervention de l’auteur qui demandait « comment peut-on justifier la présence de mercure, deuxième neurotoxine la plus dangereuse au monde, afin de précisément les rendre sans danger ? » il n’y eut aucune réponse.

17. La toxicité du mercure utilisé dans les vaccins vient en deuxième place après l’uranium radioactif. Le mercure est 1000 fois plus toxique que le plomb. Il s’agit d’une neurotoxine qui peut endommager l’entièreté du système nerveux de l’enfant. Selon l’étude réalisée par le Dr Teresa Binstock et al, plus de 200 symptômes d’autisme correspondent exactement aux symptômes d’empoisonnement au mercure. Cette étude a provoqué la fureur dans le monde politique des Etats-Unis et des parlementaires on demandé le bannissement du mercure des vaccins. Le gouvernement américain a répondu en recommandant que le mercure ne soit plus utilisé dans les vaccins. L’industrie a de fait réduit la quantité de mercure dans certaines fioles de vaccins, mais d’autres vaccins commercialisés aux Etats-Unis présentent toujours d’importantes quantités de mercure dans leurs ingrédients…

18. Le mercure s’accumule dans les graisses. Comme le cerveau est en grande partie fait de cellules graisseuses, la plupart du mercure s’y accumule et pourrait contribuer à l’apparition des symptômes particuliers de l’autisme chez les enfants. Il est intéressant de noter que l’éthyl mercure qui est utilisé dans les vaccins est susceptible de traverser la barrière hémato encéphalique et possède une grande tendance à s’accumuler dans le cerveau où il peut se maintenir pendant de longues périodes, parfois s’y maintenir définitivement. Cette présence du mercure est dévastatrice tant pour les neurones que pour les cellules du cerveau.

19. Le mercure utilisé dans les vaccins est l’éthyl mercure. Selon les médecins indiens, il s’agirait ici d’une toxine industrielle qui serait 1000 fois plus toxique que le méthyl mercure habituel. L’éthyl mercure est beaucoup plus rapidement absorbé par le corps que le méthyl mercure. Il se transforme ensuite en mercure inorganique qui tend à se maintenir définitivement dans le cerveau.

20. L’aluminium présent dans les vaccins fait que le mercure, sous quelle que forme que ce soit, devienne 100 fois plus toxique du fait de l’action synergique des produits. L’aluminium est utilisé en doses importantes dans les vaccins dans le but de provoquer une réaction immunitaire. Selon une étude très récente, il contraint les cellules à abandonner,(à cracher) leur ADN ».

21. Selon une étude indépendante, l’aluminium et le formaldéhyde présents dans les vaccins sont susceptibles d’augmenter de 1000 fois la toxicité du mercure sous quelle forme que ce soit.Selon un article de Tehelka sur l’autisme, si l’on considère les limites recommandées par l’OMS par rapport à la teneur de mercure de l’eau, les vaccinés recevraient des doses 50.000 fois plus élevées. Entre parenthèses ces limites ont été conçues pour des adultes et non pour des bébés.

22. En Inde l’autisme est apparu comme l’épidémie qui s’est développée le plus rapidement chez les enfants, plus rapidement que le diabète infantile, le sida et le cancer réunis. Selon une étude indépendante réalisée par des médecins de New Delhi, l’autisme chez les enfants est passée de1 cas sur 500 à 1 cas sur 37 aujourd’hui. Les médecins indiens reconnaissent qu’ils peuvent aujourd’hui passer dans n’importe quelle classe de n’importe quelle école et y trouver au moins un enfant autiste. Sonia Gandhi, Présidente de la Société qui s’occupe des cas d’autisme en Inde a, le 25 juillet 2011, déclaré au cours d’une conférence internationale sur l’Autisme à Dhaka, Bangladesh que 8 millions d’enfants en Inde souffraient de ce trouble débilitant. Elle a ajouté que l’expansion de cette maladie avait déconcerté les scientifiques et les médecins.

23. L’autisme est une infirmité permanente qui affecte l’enfant physiquement, mentalement et émotionnellement. Il fait perdre tout contact social à l’enfant. La maladie entrave le développement physique et mental de l’enfant. Elle détruit peu à peu le cerveau provoquant de graves problèmes de mémoire et d’attention. Elle détruit également le système immunitaire et provoque de graves dommages aux intestins. La majorité des symptômes que manifestent les enfants autistes correspondent aux symptômes provoqués par les dommages causés par les souches de virus vaccinaux, comme par les empoisonnements aux métaux lourds.

24. Selon Harris Coulter, historien de la médecine et chercheur en matière vaccinale, les vaccins peuvent entraîner les enfants à devenir pervers et même criminels à la suite des encéphalopathies provoquées par les toxines des vaccins. La majorité des fusillades qui se sont produites dans les écoles des Etats-Unis ont été l’œuvre d’enfants autistes. Les vaccins peuvent causer bien plus de mal que la communauté médicale ne peut reconnaître même dans ses contacts privés.

25. Les enfants autistes souffrent également de graves troubles intestinaux. Comme l’a fait entendre le Dr Andrew Wakefield, gastroentérologue réputé de Grande Bretagne. Le fait serait dû à la souche du virus vivant de la rougeole dans le vaccin ROR (MMR), comme l’ont confirmé les parents et les médecins qui traitaient les enfants. Le Dr Wakefield a retrouvé la souche du virus de la rougeole dans le sang, les intestins, le tissu et liquide cérébro spinal (CSF) des enfants autistes. Ces découvertes ont été confirmées par beaucoup d’autres études publiées depuis (Le Dr Timothy Buie, le Dr V.K. Singh, Kawashima et al, le Dr James Walker Smith et al). Pour des raisons politiques, le Dr Wakefield fut épinglé pour ses découvertes et disgracié par le gouvernement britannique qui avait introduit le vaccin ROR (MMR). Sa licence de pratiquer la médecine en Grande-Bretagne fut annulée et son étude fut retirée du Lancet. Il pratique maintenant au Thoughtful House aux Etats-Unis où il traite les enfants autistes. Selon une étude récente, le vaccin ROR (MMR) aurait des effets pervers sur le système immunitaire muqueux. Cette étude remet en cause le fait même de vouloir prévenir  la rougeole et les oreillons des enfants.

26. Le vaccin DPT provoque également des régressions chez les enfants faisant craindre que les nombreux vaccins contenant des bactéries, des produits toxiques, des virus vivants puissent constituer une importante cause d’autisme. Si trois virus vivants peuvent provoquer pareils dégâts, il nous est facile d’imaginer ce que l’actuel Pentavalent, septavalent et les vaccins comprenant 10 valences sont capables de faire à nos enfants.

27. Avant que n’apparaisse l’épidémie d’autisme, il était déjà bien connu que les vaccins avaient provoqué une épidémie de cancers dans la société moderne. Tant la variole que le vaccin polio oral sont fabriqués à partir de sérum de singe. C’est ce sérum qui a permis à de nombreux virus simiens de pénétrer dans le flux sanguin humain. Parmi tous ces virus, un seul a fait l’objet de recherches : le SV40. Il a été découvert qu’il était cancérogène. Selon certaines révélations récentes ces virus se retrouveraient toujours dans les vaccins .La présence du SV40 dans plusieurs cancers humains a bel et bien été démontrée. Aujourd’hui on sait que ce virus passe aux générations suivantes car sa présence dans le lait maternel et dans le sperme humain a été établie.

28. On sait aussi que c’est l’utilisation du sérum de singe vert dans les vaccins qui a mené au transfert du SIV (Simian Immune Deficiency Virus) des singes aux humains. Selon Robert Gallo qui a découvert le virus du sida, le SIV et le HIV qui provoque le sida sont impossibles à distinguer.

29. Pas seulement le sida (AIDS), mais le cancer du sang chez les enfants ( Leucémie lymphoblastique aiguë) qui en affecte des milliers peut aussi être dû en premier lieu à la nature extrêmement toxique des ingrédients de vaccins injectés directement dans le flux sanguin. C’est un célèbre cancérologue de Bombay qui traite ces maladies des enfants qui m’a fait part de ses réelles inquiétudes à ce sujet.

30. La jaunisse infantile de même que le diabète infantile ont été scientifiquement reliés aux vaccins toxiques.

31. Les virus vivants utilisés pour le vaccin oral contre la poliomyélite ont provoqué des polios paralytiques attribuées au vaccin (de 500 à 600 cas par an en Inde, selon les médecins qui se sont penchés sur la question) et des paralysies flasques aiguës

32. (symptômes que l’on ne peut distinguer de ceux de la polio) chez plus de 125.000 enfants (jusqu’à l’année 2006) selon les médecins de l’Association Médicale Indienne et le Jana Swasthya Abhiyan. Le vaccin oral a été supprimé aux Etats-Unis et dans les pays Européens. Un vaccin monovalent OPV a été administré expérimentalement aux d’enfants indiens en violation flagrante des protocoles d’essais cliniques. Ceci a provoqué le double des cas d’AFP (paralysies flasques aiguës) dans les régions où ce vaccin avait été administré.

33. Les vaccins contiennent non seulement du sérum de chimpanzés et de singes mais aussi du sérum de bovidés, de porcs, de poulets, de chevaux et même de tissus humains provenant de fœtus avortés.

34. Le fait que les vaccins provoquent des handicaps permanents et des décès n’est pas rare du tout. Le fait est bien connu de la communauté médicale. Le gouvernement leur fait comprendre qu’ils doivent garder le silence et ne pas établir de lien entre ces cas et les vaccinations comme l’auraient signalé les médecins de l’IMA, alors que se déroulait le scandale du vaccin polio oral (OPV). Le public est seulement mis au courant quand certains cas sont repris dans les médias.

35. De nombreux médecins soutiennent que les maladies d’enfance permettent au corps de développer son système immunitaire. La suppression de ces maladies ne permettrait pas au système immunitaire de se développer normalement, permettant de ce fait l’apparition de différentes maladies auto immunes chez l’adulte comme le diabète et l’arthrite qui ont aujourd’hui atteint des proportions épidémiques.

36. Les vaccins affaiblissent ou suppriment l’immunité naturelle ne permettant plus au corps de produire ses propres anticorps naturels. De ce fait, le lait des mères ne contient plus les anticorps naturels. Les mères ne peuvent plus protéger leurs enfants contre les maladies.

37. En stimulant exclusivement l’immunité humorale (en relation avec le sang), les vaccins ont provoqué un déséquilibre dans tout le système immunitaire (déséquilibre entre les TH1-TH2 avec glissement vers le TH2) conduisant à une augmentation alarmante des maladies auto immunes. Les spécialistes en immunologie eux-mêmes reconnaissent le fait.

38. Aux Etats-Unis les effets secondaires des vaccins sont enregistrés et le gouvernement propose des dédommagements aux victimes qui atteignent parfois les millions de dollars. (Au cours d’un des plus récents procès, la victime a pu recevoir jusqu’à 200 millions de dollars de dédommagement). Jusqu’à aujourd’hui les tribunaux Américains ont fait verser une somme d’environ 2 milliards de dollars aux victimes. Le gouvernement indien refuse de reconnaître que les vaccins peuvent provoquer des décès et des invalidités permanentes ; il est aussi hors de question d’indemniser, traiter et réhabiliter les malheureuses victimes.

39. Il a été scientifiquement prouvé que les vaccins ne pouvaient prévenir les maladies. Avec les vaccins on tente de créer une immunité humorale (en relation avec le sang). On sait cependant que l’immunité se développe à différents niveaux, humoral, cellulaire et au niveau d’organes spécifiques. Comme les connaissances au sujet du système immunitaire humain sont encore très parcellaires, il conviendrait que nous n’interférerions pas avec ses mécanismes. Selon le mot de certains spécialistes en immunologie, si l’on se permet d’interférer malencontreusement, « un système immunitaire en parfait état  peut se transformer en une puissante force négative susceptible de faire honte au diable lui-même. »

40. Aux Etats-Unis, comme les parents sont informés que les vaccins peuvent avoir des effets secondaires, il est prévu que les parents donnent leur consentement avant la vaccination de leurs enfants. Aux Etats-Unis, les parents peuvent avoir recours à diverses formes d’exemptions. En Inde, le gouvernement tranquillise la population au moyen de vastes campagnes de propagande pour assurer le peuple que les vaccins sont complètement sans dangers. Les parents qui refusent de vacciner sont menacés par l’administration.

41. IL N’EXISTE PAS DE TRAITEMENT OFFICIEL POUR VENIR EN AIDE A UN ENFANT DONT LA SANTE A ETE ENDOMMAGEE PAR LES VACCINATIONS. Les parents courent alors d’un hôpital à l’autre tandis que le Gouvernement ferme les yeux et refuse même de reconnaître la relation avec le vaccin. Les tentatives entreprises par certains médecins hautement qualifiés de par le monde pour traiter les enfants autistes au moyen de diverses interventions biomédicales comme des régimes alimentaires particuliers, des compléments alimentaires, la thérapie hyperbare, l’élimination des métaux lourds et des toxines du corps etc. ont été désapprouvées et découragées. Des médecins ont même été persécutés pour avoir traité des enfants autistes parce que ces médecins finissaient par découvrir la cause des dommages et n’hésitaient pas à élever la voix par rapport aux vaccinations.

42. En Inde des médecins et des scientifiques de haut niveau ont été jusqu’à contester les vaccins recommandés par le gouvernement indien. Selon le Dr P.M. Bhargava, le vaccin BCG contre la tuberculose a été longuement testé en Inde depuis 1961. les résultats ont montré qu’il était totalement inefficace (en fait, il y avait plus de tuberculeux dans le groupe vacciné que dans le groupe de contrôle (non vacciné) ! Le vaccin oral contre la poliomyélite (OPV) a provoqué la polio chez des dizaines de milliers d’enfants indiens. Le vaccin contre l’hépatite B récemment introduit dans l’UPI n’est pas du tout destiné aux enfants ; il s’agit d’un vaccin contre les maladies sexuellement transmissibles qui devrait être exclusivement destiné aux adultes menant une vie « légère ». le vaccin antitétanique contient de l’aluminium et du mercure en plus de la toxine tétanique. Selon une enquête menée au sein du personnel de santé américain, les médecins eux-mêmes évitent de donner le vaccin DPT à leurs enfants et parents. Le vaccin contre la rougeole provoque régulièrement de graves effets secondaires et le personnel de santé que j’ai pu interviewer n’en veut plus. Récemment le Dr T. Jacob John a demandé que pour l’administration du vaccin contre la rougeole, un médecin soit présent et que les enfants soient préalablement testés par rapport aux maladies qu’ils pourraient présenter. Les activistes du RTI ont découvert des données montrant que les décès dus à des vaccins sont les plus élevés après le vaccin contre la rougeole. Le Dr Ajay Gamghir, l’un des plus anciens membres de l’IAP, demande également un examen minutieux des enfants préalablement à n’importe quelle vaccination. Selon lui, les enfants souffrant de quelque maladie que ce soit et dont des membres de la famille ont eu des maladies auto immunes ou réactions anciennes à des vaccins ne devraient pas être vaccinés. Selon lui, les parents doivent être avertis qu’ils ont le choix de vacciner ou non.

43. Les pédiatres introduisent en Inde des vaccins douteux auxquels s’opposent des médecins, des politiciens, ainsi que le public en Amérique et en Europe : le Rotavirus, le Hib, le vaccin HPV (qui fait l’objet d’une arnaque en Inde), le vaccin Pentavalent, ainsi que divers autres vaccins à virus qui ont été introduits sans aucun évaluation sérieuse et complète et alors qu’ils s’avéraient non nécessaires. Tout cela parce que les fabricants de vaccins et les médecins qui les administrent veulent s’assurer d’excellents revenus. Ils ne semblent avoir cure ni de l’éthique médicale, ni du sort des enfants auxquels ils administrent ces vaccins. C’est dans le monde entier que des médecins indépendants s’opposent à des vaccins contenant des nano particules et des virus ou des vaccins à base de plantes génétiquement modifiées.

44. Plusieurs études indépendantes, notamment une étude néerlandaise et plus récemment une étude allemande ( ainsi que l’étude récente de KIGGS portant sur 7.724 enfants) a comparé des enfants vaccinés avec des enfants non vaccinés et a montré que les enfants vaccinés étaient davantage susceptibles de faire de l’asthme, des dermatites, des allergies, des retards de développement, du déficit de l’attention, de l’hyperactivité etc. Selon l’étude allemande, le taux de décès parmi les enfants vaccinés est beaucoup plus important que chez les non vaccinés.

45. La vaccination, en tant que programme médical de masse acceptée sans questionnement par les populations, devient finalement un tremplin idéal pour du bioterrorisme. Les pays les plus puissants pourraient répandre des épidémies mortelles en polluant des vaccins avec des agents de guerre bactériologique. Les Etats-Unis ont confié la recherche vaccinale à une unité de recherche en bioterrorisme appelée BARDA qui fonctionne sous l’autorité du Pentagone. Un avertissement à ce sujet a été lancé par le Vice Président de l’IAP dans une lettre au Directeur Général de la Santé en Inde.

46. Après avoir fait des recherches pour envisager de faire la même chose avec le virus de la variole, il a été rapporté qu’un vaccin « de qualité » militaire » contre la grippe aviaire avait déjà été imaginé par le Pentagone pour être utilisé comme agent de guerre biologique.

47. On a également utilisé les vaccins à des fins de contrôle des populations. Un certain lot de vaccin antitétanique a été utilisé dans de nombreux pays asiatiques pour rendre la population féminine stérile. La chose a été réalisée par l’intermédiaire d’une hormone qui, par la production d’ anticorps, ferait avorter le fœtus déjà formé. En Inde Saheli, une organisation non gouvernementale se battant pour défendre les droits des femmes, a déposé plainte quand elle a été informée de la chose.

48. Il est connu que le mercure qui fait partie de nombreux vaccins interfère avec le système endocrinien pour rendre les hommes et les femmes stériles. Peuvent également provoquer la stérilité : le Polysorbate 80, autre ingrédient des vaccins, de même que le scalène.

49. Une nouvelle proposition de loi en matière de santé préparée par le gouvernement a comme objectif d’introduire les vaccinations forcées et de menacer les activistes antivaccinalistes de fortes amendes et de peines d’emprisonnement. Cette politique est manifestement inspirée par les géants des vaccins étrangers (lisez américains) qui se déplacent vers l’Inde vu qu’ils commencent à vaciller face à l’énorme opposition aux vaccinations qui s’organise contre les vaccins aux Etats-Unis et dans les pays Européens […]

50. Selon l’Institut de Médecine Américain, il ne conviendrait nullement de mener une recherche sur les liens possibles entre les vaccins et l’autisme. L’Institut de Médecine dans son dernier rapport sur les vaccins et l’autisme en 2004 a déclaré que des recherches supplémentaires sur cette question vaccinale serait contreproductive : le fait de trouver une prédisposition à ce risque chez certains enfants risquerait de remettre en question la stratégie de vaccination universelle qui est la base même des programmes de vaccinations et risquerait de conduire à un vaste rejet des vaccins. L’Institut de médecine (IOM) a conclu que les efforts pour trouver un lien entre les vaccins et l’autisme devaient être équilibrés par rapport à un bénéfice plus important qu’apporte l’actuel programme de vaccination des enfants.

Sources:
Rense.com
Editionsmarcopietteur.com

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents