Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

La mort de Boris Nemtsov est une provocation qui pourrait mettre le feu aux poudres

Publié par wikistrike.com sur 28 Février 2015, 13:52pm

Catégories : #Politique internationale

La mort de Boris Nemtsov est une provocation qui pourrait mettre le feu aux poudres

oris Nemtsov a été victime de quatre coups de feu alors qu’il se trouvait en plein centre de Moscou ce vendredi soir. Âgé de 55 ans, c'était un pilier de l'opposition libérale et un pourfendeur du régime de Vladimir Poutine.

 

Boris Nemtsov, l’un des piliers de l’opposition libérale en Russie, a été tué par balle tard vendredi soir en plein centre de Moscou. Il se promenait sur l’un des ponts historiques de la capitale, le Grand Pont de pierre, juste à côté du Kremlin, lorsqu’une voiture a surgi et son-ses occupants ont tiré au pistolet à six ou sept reprises. Quatre traces de balle ont été retrouvées dans le corps de Boris Nemtsov, au cou, au cœur et dans les poumons, selon les premières informations relayées par les media indépendants.

 

L’opposant est sans doute mort sur le coup. Tout indique que l’assassinat a été soigneusement préparé à l’avance. Mais aucune revendication n’a été depuis publiée. Et la police n’a pour le moment procédé à aucune arrestation. La voiture n’a pas été retrouvée. Les enquêteurs ont toutefois vite bouclé les lieux où, dès les premières heures de la nuit, plusieurs proches sont venus constater le décès et de simples citoyens se sont recueillis.

 

 

Trois heures avant le meurtre, Boris Nemtsov avait donné sa dernière interview à une radio indépendante pour lancer un appel enflammé en vue de la nouvelle marche d’opposition initialement prévue pour dimanche.

 

Pendant 45 minutes, la voix grave, le ton sérieux, l'opposant a présenté ses propositions pour "changer la Russie", n'hésitant pas à couper ses interlocuteurs, deux journalistes de la radio Ekho Moskvy qui tentent sans succès de le dérider. Sans surprise, la marche anticrise qu'organisait Boris Nemtsov dimanche dans la banlieue moscovite et qui s'est transformée depuis sa mort en un appel à manifester dans le centre de Moscou, occupe une place de choix dans l'interview, qui ressemble parfois davantage à un monologue comme lui reproche l'une des journalistes.

 

"Cette marche demande l'arrêt immédiat de la guerre avec l'Ukraine, elle exige que (le président russe Vladimir) Poutine cesse son agression", rappelle Boris Nemtsov, qui livre ensuite sa position sur la grave crise économique que traverse la Russie. "La cause de la crise, c'est l'agression (de l'Ukraine), qui a été suivie des sanctions, puis des fuites de capitaux, tout ça à cause de l'agression insensée contre l'Ukraine que mène Poutine", dénonce celui qui, comme Kiev et les Occidentaux, assure que Moscou a envoyé des troupes soutenir les séparatistes prorusses dans l'est du pays, ce que le Kremlin a toujours démenti.

Une zone couverte de caméras de contrôle

 

Quand les coups de feu ont retenti, il venait de sortir, vers 23 heures, d’un restaurant du GOUM, le célèbre centre commercial en face du Kremlin. Accompagné d’une amie, il a ensuite traversé la Place rouge puis a commencé à traverser le Grand Pont de pierre.

 

Toute cette zone, adjacente aux bureaux présidentiels du Kremlin, est entièrement couverte de caméras de contrôle et étroitement surveillée par la police. Le meurtre n’a donc pas pu échapper aux services de sécurité. L’identité de la voiture et celle de ses occupants devraient pour le moins être rapidement établies. Selon les premières informations de la presse, il s’agit d’une Ford blanche. Une chaîne russe a diffusé la vidéo d'une voiture qui aurait pu transporter l'auteur(s) de l'assassinat.

 

Mais il n’est pas clair si une ou plusieurs personnes se trouvaient à l’intérieur et si les tirs sont venus d’un seul pistolet.

 


"Minutieusement planifié"

 

Une heure après l’assassinat, Dmitri Peskov, porte-parole de Vladimir Poutine, a livré les premiers commentaires officiels. Une rapidité surprenante : le chef du Kremlin est réputé pour ne pas réagir à chaud aux évènements. « Le président a déclaré que cet assassinat brutal portait les marques d’un meurtre commandité et avait tout d’une provocation », a déclaré Dmitri Peskov, ajoutant que Vladimir Poutine avait demandé au Comité d’enquête, au ministère de l’Intérieur et au FSB d’enquêter sur cet assassinat.

 

"Il ne fait aucun doute que ce crime a été minutieusement planifié, tout comme le lieu choisi pour le meurtre (...) elon toute vraisemblance, l'arme qui a été utilisée est un pistolet Makarov ", a écrit le Comité d'enquête russe - ce samedi en fin de matinée - dans un communiqué.

 

Sur le web, partisans et opposants du Kremlin ont déjà esquissé de nombreuses versions. Les commanditaires pourraient être des proches des séparatistes pro-russes de l’Est Ukraine qui se seraient ainsi vengés : Boris Nemtsov, partisans des pro-européens du nouveau pouvoir à Kiev, avait critiqué la rébellion en Crimée puis dans le Donbass et dénoncé le soutien militaire apporté par Moscou aux séparatistes. En quelque sorte, comme le résument déjà certains, la guerre dans le Donbass s’est avec ce meurtre transférée cette nuit en plein centre de Moscou.



 



http://www.lesechos.fr/monde/europe/0204191095990-lopposant-russe-boris-nemtsov-assassine-en-plein-de-centre-de-moscou-1097542.php?TIVrfsrBOlSox0kX.99

Commenter cet article

Archives

Articles récents