Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le Sahara fertilise la forêt amazonienne

Publié par wikistrike.com sur 28 Février 2015, 10:43am

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Le Sahara fertilise la forêt amazonienne


En utilisant des données satellitaires, des scientifiques de la NASA ont créé le premier modèle 3D présentant la quantité de poussière voyageant du désert du Sahara à la forêt amazonienne. Aussi incroyable que cela puisse paraitre, cette poussière ensemence la forêt tropicale avec un nutriment essentiel, une indication sur la façon dont sont interconnectées ces régions si disparates. 


Chaque année, le vent soulève en moyenne 182 millions de tonnes de poussière soit l'équivalent de 689 290 camions remplis de poussière. Une fois en suspension dans l'air, ces particules fines parcourent 2575 km à travers l'océan Atlantique. Certaines retournent à la surface, mais alors que ces panaches s'approchent de la côte orientale de l'Amérique du Sud, 132 millions de tonnes restent dans l'air. De ce montant, 27,7 millions de tonnes retombent à la surface du bassin de l'Amazone. 43 autres millions de tonnes s'aventurent plus au nord vers la mer des Caraïbes. 
 

© NASA Goddard
Rideaux de poussières : une coupe transversale présentant la configuration de la poussière. L’instrument lidar à bord du satellite CALIPSO envoie des impulsions de lumière qui rebondissent sur les particules dans l’atmosphère pour revenir vers le satellite. Il distingue la poussière d’autres particules en se basant sur leurs propriétés optiques

 

 

Le travail du scientifique atmosphérique Hongbin Yu de l'université du Maryland a montré que le désert du Sahara alimente l'Amazonie avec plus de 22 000 tonnes de phosphore par an. Le phosphore, qui est incorporé dans la poussière saharienne, est un nutriment essentiel qui agit comme un engrais. Ce désert de poussière sèche alimente littéralement la forêt tropicale. 


Il est important de noter que ces chiffres sont des moyennes. Il y a d'énormes variations en quantités de poussière chaque année. Par exemple, il y avait une différence de 86% entre la plus grande quantité de poussière transportée en 2007 et la plus basse en 2011.

 

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents