Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Les terroristes de Charlie Hebdo ont changé de véhicule devant un local utilisé par l’armée israélienne !

Publié par wikistrike.com sur 1 Février 2015, 13:47pm

Catégories : #Politique internationale

 i24 (chaine d'infos en continu israélienne) sort sa campagne d'affichage en France le 7/01 au matin, pub placardée sur les murs parisiens et de banlieue. C'est aussi i24 qui annonce dès 14h que les auteurs sont franco-alégriens et qu'ils se nomment Kouachi

i24 (chaine d'infos en continu israélienne) sort sa campagne d'affichage en France le 7/01 au matin, pub placardée sur les murs parisiens et de banlieue. C'est aussi i24 qui annonce dès 14h que les auteurs sont franco-alégriens et qu'ils se nomment Kouachi

Lors de leur fuite, les auteurs de l'attentat du 7 janvier auraient volé une voiture devant un commerce lié au ministère israélien de la Défense. Révélations.

 

C'est l'une des séquences les plus mystérieuses de la journée du 7 janvier : que s'est-il exactement passé, autour de midi, dans la rue de Meaux? 

Voici ce qu'en disait -le jour même- François Molins, procureur de la République de Paris et conférencier de la mouvance sioniste hexagonale : 

Les mis en cause -au nombre de trois, selon le témoignage d'une personne avec laquelle ils allaient avoir un accident- poursuivaient leur route vers le nord de Paris et percutaient violemment un véhicule Volkswagen Touran, place du colonel Fabien, dans le XIXème arrondissement, blessant la conductrice. 

Ils tentaient alors de poursuivre leur route mais devaient finalement abandonner précipitamment leur voiture au niveau de la rue de Meaux et braquer alors le conducteur d'un véhicule de marque Clio. Ils s'emparaient du véhicule et… prenaient la fuite avec celui-ci.

 

De nombreuses images de la voiture retrouvée et du quartier bouclé par la police ont été diffusées par la presse nationale.

 

 

Dans la photographie ci-dessus, on peut discerner, face à la voiture, une boutique comportant une terrasse et un rideau métallique partiellement descendu. Il s'agit d'un restaurant-pâtisserie cacher dénommé Patistory et situéau 45, rue de Meaux.

La particularité du lieu? Patistory est l'un des sept "points de vente" -dans toute la France- à destination d'un gala annuel dédié à l'armée israélienne et organisé par l'association française Migdal

En 2008, des membres du groupe France-Palestine Solidarité avaient d'ailleurs hué le service d'ordre du gala : la Ligue de défense juive.

 

 

Déclarée -le 16 janvier 2001- à la préfecture, Migdal aurait été fondée en 1984selon son président David Bittan.

bittan

La double singularité de cette association extrémiste mais reconnue par l'État français : son ultra-sionisme accompagné de son corrolaire -un racisme antiarabe comme l'illustre leur dernier clip, mis en ligne l'été dernier.

 

 

Nulle surprise à ce que les responsables de Patistory puissent participer -avec Migdal- à l'organisation d'un gala de soutien à une armée d'occupation coupable de crimes de guerre. En août, le couple à la tête du restaurant -Martine Bismuth Bellaïche et Patrick Bellaïche- avaient été fortuitement sollicité par une journaliste américaine. Le thème de son papier publié par The Christian Science Monitor : l'attitude de la communauté juive française face aux derniers bombardements israéliens de Gaza.

Après avoir revendiqué leur participation aux manifestations pro-israéliennes, les Bellaïche ont ainsi confessé leur "espoir" de partir bientôt vivre "en Israël".

Sept ans plus tôt, la caméra de la chaine NRJ12 avait capturé -par hasard- le couple en son lieu de travail : l'animateur Arthur était venu leur offrir des billets pour son spectacle.

 

 

Résumons : des djihadistes-terroristes-antisémites présumés (dont l'un des"trois" s'est évaporé durant la fuite) se dirigent vers un quartier où vit la plus importante communauté juive de France et décident alors d'y changer devéhicule "volé" devant un commerce cacher tenu par un couple ultra-sioniste collaborant avec le ministère israélien de la Défense.

À cette situation incongrue s'ajoute l'opacité du récit politico-médiatique relatif au déroulement des faits, rue de Meaux.

Outre la version expéditive du procureur de la République (citée plus haut), nous disposons de six témoignages -plutôt confus ou approximatifs- pour tenter de recouper ce qui s'est passé.

1* Le premier est le seul à être nommément identifié. Le site de 20 Minutes a recueilli les propos de Cédric Le Bléchec, agent immobilier censé être "sorti de rendez-vous au 45 rue de Meaux". Heureuse coïncidence : l'adresse désigne un immeuble de six étages jouxtant le Patistory et dont la porte d'entrée se trouve face au point de chute des terroristes. Que nous raconte Cédric? 

«Une voiture noire était arrêtée au milieu de la rue. Deux grands blacks habillés de façon militaire étaient sortis, dont un avec un lance-roquettes. Ils ont sorti un homme de la voiture qui était derrière. Et ils sont montés en disant "vous direz aux médias que c’est Al-Qaïda au Yémen"

Des "blacks"? Ce témoin, que Panamza a tenté de joindre -en vain-, est le seul à évoquer cet élément d'information. Précision: il ne peut pas avoir confondu la couleur de peau avec celle des combinaisons puisque d'autres témoins rapporteront que les fuyards ne portaient pas de cagoule.

2* L'Agence France-Presse a diffusé le témoignage d'un habitant anonyme sortant du café-bar Le Dauphin, situé à une dizaine de mètres. "Ce qui m'a marqué, c'est les chaussures d'armée. Les mecs ont sorti un vieux de sa voiture et sont repartis vers Porte de Pantin".

 

 

3*4* Un caméraman du site du Parisien a obtenu le récit de deux jeunes hommes floutés : "Alors, le véhicule a descendu la rue Sadi-Lecointe. Ils ont sorti avec des kalachnikoks et ont crié 'Allah est avec nous'. Ils ont pris l'autre véhicule et sont repartis vers Porte de Pantin, apparemment". Second témoin :"Ils ont sorti la personne qui était derrière la voiture, ils ont dit 'Pars de la voiture et dis aux journalistes qu'ils disent "Al-Qaïda in'Allah'".

 

 

5* Un "habitant" non identifié et interrogé par TF1 a relaté ce que son frère -qui aurait préféré ne pas témoigner "à visage découvert par crainte des représailles"- déclare avoir vu. Extraits : "Il a vu simplement deux personnes qui ont braqué un vieux qui était juste derrière… Ils avaient plus de cagoule à ce moment-là".

6* Le dernier témoin est le plus important : il s'agit de l'homme dont la voiture aurait été volée par les terroristes. Son interview exclusive a été obtenue et diffusée par Europe 1 deux jours plus tard. "Le conducteur descend, armé d'un pistolet mitrailleur. lls n'étaient plus masqués… Ils ressemblent aux personnes que vous avez vues (aux photos diffusées, ndlr). Sauf qu'à ce moment-là, ils étaient en tenue paramilitaire avec leurs armes à la main. "En partant, ils m'ont dit : 'Si jamais, tu t'adresses…enfin, si les médias t'interrogent, tu diras : 'C'est Al-Qaïda au Yémen'." 

 

 

La  radio fondée par le Franco-Israélien Jean Frydman omet de rapporter un détail intriguant. L'homme qui s'est retrouvé accidentellement derrière les terroristes voyait chaque matin deux de leurs victimes : les caricaturistes Cabu et Wolinksi auprès desquels il exerçait sa profession de vendeur des journaux. Mieux encore : il était leur "ami" si l'on en croit son entretien -également diffusé deux jours après l'attentat- avec l'hebdomadaire Paris-Match.

Autre élément curieux : ce sexagénaire y laisse entendre que son altercation se serait déroulée "à l’angle de la rue Simon Bolivar et de l’avenue Mathurin Moreau".  Confusion géographique du témoin ou mauvaise audition du journaliste? Le lieu indiqué ne correspond pas à la zone du 45, rue de Meaux où fut retrouvée la voiture des terroristes. 

itine

Seule la consultation de la video-surveillance capturée depuis une caméra précisément située à cet angle permettrait de dissiper le quiproquo.

Une chose est cependant certaine : emprunter l'avenue Mathurin Moreau (en venant de la place du colonel Fabien) puis l'avenue Simon Bolivar pour s'engouffrer dans la rue Sadi-Lecointe permet de déboucher directement au 45, rue de Meaux où se trouve, juste à droite le Patistory, juste à gauche le -discret- passage de la Brie.

lecointebolivar

Angle de la rue Sadi-Lecointe et de l'avenue Simon Bolivar

lecmea

Le 45, rue de Meaux, faisant face à la rue Sadi-Lecointe

Avantage rare de ce secteur parisien : l'absence totale -en dépit d'une forte densité de population- de toute caméra de vidéo-surveillance.

Pour conclure cet article, tentons de résumer ce singulier imbroglio : des djihadistes-terroristes-antisémites présumés prennent la fuite en direction du quartier où vit la plus importante communauté juive de France, abandonnent leur véhicule devant un commerce cacher tenu par un couple ultra-sioniste collaborant avec le ministère israélien de la Défense et volent à visage découvert -selon des témoins anonymes- la voiture d'un marchand de journaux non identifié et lié à deux de leurs victimes.

Signalons enfin un point subsidiaire mais qui laisse songeur : AUCUN média traditionnel n'a rapporté le témoignage des gérants de Patistory. Une telle lacune médiatique est proprement stupéfiante : voici un restaurant -nécessairement fréquenté par des clients en cette heure du déjeuner- qui fut aux premières loges d'une séquence historique (la seconde fuite des terroristes deCharlie Hebdo) mais dont l'expérience originale est totalement passée sous silence par les journalistes audiovisuels. Contrairement à la pratique récurrente dans des cas similaires, ces derniers n'ont pas jugé utile d'aller, caméra à l'épaule, recueillir le point de vue des restaurateurs et de leurs clients, pourtant témoins-clés de la scène.

Cerise sur le gâteau : cet étrange profil bas est également adopté par les premiers concernés. Sur la page Facebook de Patistory, nulle mention de l'incident survenu le 7 janvier. Seule une publication de soutien à Charlie a été mise en ligne.

La sombre affaire Charlie Hebdo n'a vraisemblablement pas dit son dernier mot.

À vous, lecteur et citoyen, de briser la double omerta française des affairesFredou et Patistory.

Plus que jamais, ne vous laissez pas intimider par la nouvelle pensée uniquequi se manifeste dans les procès délirants -intentés par des apprentis censeurs et leurs idiots utiles- en sorcellerie "complotiste".

Faites passer l'info.

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents