Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Abattoir: Les bêtes sont encore vivantes au moment où on les tronçonne

Publié par wikistrike.com sur 8 Mars 2015, 14:20pm

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Abattoir: Les bêtes sont encore vivantes au moment où on les tronçonne

Pour beaucoup d’entre-nous, si la viande est facilement accessible dans le commerce, nous ne nous posons pas la question de savoir quelle est l’origine de cette viande, quel est son parcours, et préférons souvent fermer les yeux sur un scandale de taille: la souffrance des animaux. Bien sur, le scandale avait fait quelques vagues de petite ampleur quand à l’abatage rituel quelle que soit la religion, ais même sans religion justifiant la cruauté, les animaux peuvent être confrontés au pire. Accrochez-vous, nous allons visiter le pire de notre alimentation: la viande!

Anne De Loisy a enquêté sur la viande, et plus particulièrement sur les abattoirs, si ce qu’il se passe dans les murs de ceux-ci était connu, le nombre de consommateurs s’effondrerait, impensable dans une société basée sur le profit, le silence est donc de mise, largement aidé par l’ignorance plus ou moins volontaire…

Manger de la viande : un risque ou un plaisir ? Une enquête approfondie sur un sujet encore largement tabou…

Depuis la crise de la vache folle, notre pays se targue d’avoir l’une des meilleures viandes au monde et d’être à la pointe de la sécurité alimentaire. Le message des industriels de la viande se veut clair et rassurant : « La viande est tracée et contrôlée de la fourche à la fourchette. » Les Français peuvent savourer en paix. Cela tombe bien, nous consommons en moyenne 84 kilos de viande par personne et
par an. L’envers du décor est beaucoup moins idyllique. Depuis quelques années, plusieurs rapports des inspecteurs vétérinaires européens, du ministère de l’Agriculture ou encore de la Cour des comptes tirent la sonnette d’alarme. Abattoirs non conformes, carcasses contaminées, prédominance de l’abattage halal et casher pour des raisons économiques, diminution du nombre d’inspections vétérinaires, absence de sanctions. Conséquences ? Des tromperies à répétition, des intoxications alimentaires et des maladies qui peuvent affecter gravement jeunes enfants et personnes âgées.
Bon appétit ! dresse un bilan sans concession et vous donne les clés pour mieux
choisir votre alimentation.

 

Source*

 

 

En vidéo

 

Anne De Loisy fut il y a peu l’invité du journal de TV Liberté:

Et c’est durant une interview disponible sur le journal Libération version abonnés qu’elle explique en détails l’horreur à laquelle elle a dû faire face, cette horreur dont les mangeurs de viandes (dont je faisait partie jusqu’à présent) sont complices:

Je ne me rendais pas compte à quel point l’industrialisation de la viande était en marche. A tous les niveaux. Les élevages de 40 000 volailles, de milliers de cochons, de centaines de bovins… On est loin des images de vaches dans les prés qu’on vend au consommateur. Mais le plus impressionnant, c’est l’industrialisation de l’abattage. Faire passer un animal de vie à trépas, c’est forcément un peu gore. Mais l’industrialisation de cette étape-là est extrêmement violente : les bêtes sont abattues à une telle cadence qu’elles sont encore vivantes au moment où on les tronçonne. En plus, ce sont des conditions extrêmement compliquées pour les ouvriers des abattoirs, qui travaillent dans le froid, le sang, les odeurs…

Source: Liberation.fr

Commenter cet article

Archives

Articles récents