Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Malgré les sanctions, l'économie russe repart

Publié par wikistrike.com sur 25 Mars 2015, 13:23pm

Catégories : #Economie

Malgré les sanctions, l'économie russe repart

Traduit par jj, relu par Diane pour le Saker Francophone 

Les sanctions destinées à punir la Russie pour avoir arraché la Crimée à l'Ukraine il y a un an étaient censées nuire aux affaires russes. Et c'est le cas. Les actions russes, obligations et matières premières ont connu la pire performance en 2014 de tous les marchés émergents. 

 

C'était avant. Maintenant l'image est en train de changer, avec des investisseurs recommençant à favoriser la Russie en 2015. Le rouble, qui était devenu la monnaie la plus volatile du monde l'an dernier après l'accaparement de la Crimée par le président Vladimir Poutine, se stabilise. Les fluctuations de sa valeur se sont rétrécies cette année, plus que n'importe laquelle des trente autres devises les plus échangées. 

Jusqu'à présent, les investisseurs dans les titres d'État libellés en roubles russes ont gagné l'équivalent de 7 cents sur le dollar (7%) cette année, tel que mesuré par l'indice obligataire local Souverain Bloomberg Russie. En revanche, quiconque détient une dette publique similaire sur les marchés émergents a perdu 1,1% depuis le début de l'année. 

Le tableau est encore plus rose pour les détenteurs d'obligations d'entreprises privées en Russie; ils ont eu un rendement total de 7,3% depuis le 1er janvier 2015, en tête des gains de l'indice des obligations des sociétés privées des marchés émergents tel que calculé par Bloomberg. Et tandis que les actions des marchés émergents mondiaux mesurés par l'indice MSCI Emerging Market ont gagné 1,7% cette année, les 50 actions russes de l'indice Micex sont en hausse de 11,9% - mieux que le Standard & Poors 500 ou tout autre marché nord-américain. 

La valeur relative du rouble aide à comprendre pourquoi il y a des signes de confiance en Russie. Bien que le rouble reste la plus volatile des 31 devises les plus échangées cette année, ses sautes s'amenuisent. Cela est visible dans la volatilité occasionnelle, une mesure des paris des traders sur le changement de la valeur de la monnaie au jour le jour. Après avoir bondi à la fin de 2014 au milieu de la crise en Ukraine, le rouble fluctue maintenant comme en 2009.

L'économie semble également rebondir. Environ 78% des entreprises russes dans l'indice Micex ont affiché une croissance annuelle des ventes supérieure à leurs équivalents mondiaux, même si les actions de ces sociétés russes étaient à la traîne de leurs concurrents internationaux, selon les données compilées par Bloomberg. Ceci est compatible avec une amélioration depuis de deux ans de la compétitivité des entreprises russes. 

Une raison possible de la croissance ? Les sanctions. Suite à l'indisponibilité des produits étrangers, les Russes devaient consommer des produits locaux.

Malgré toutes les perturbations causées par les sanctions, les entreprises russes représentés dans l'indice Micex sont plus rentables mesurées par les marges Ebitda (bénéfice avant impôts, dépréciation et amortissement) que le reste des sociétés incluses dans l'indice MSCI Emerging Market mondiale. 

Un certain nombre de sociétés russes surpassent leurs pairs mondiaux. Magnit PJSC, qui exploite une chaîne de supermarchés discount avec une capitalisation de $16 milliards sur le marché, vaut la peine d'être notée. La croissance des revenus du détaillant en un an était 31,66%, dépassant largement l'augmentation de 0,87% des ventes de ses concurrents mondiaux. Novatek OAO, un producteur indépendant de gaz naturel dans l'ouest de la Sibérie au chiffre d'affaire de $22,8 milliards , est un autre exemple. La société a vu ses ventes augmenter de 19,5%, comparativement à 0,76% pour la moyenne des autres entreprises de son secteur au niveau mondial. Et puis il y a Rosneft, une marque internationale pétrolière pesant $41 milliards qui produit en Sibérie occidentale, à Sakhaline, dans le Caucase du Nord et dans l'Arctique, qui fait état d'une croissance annuelle des ventes de 18,26% lorsque ses concurrents internationaux révèlent un accroissement du chiffre d'affaires de seulement 0,76%. Quelle que soit la façon de calculer, les actions de ces sociétés ne coûtent pas cher.

Les investisseurs mondiaux sont-ils optimistes quant à la résilience des entreprises en Russie ? Il semble que oui. Les actions les plus remarquables du plus grand fonds indiciel US qui suit les compagnies russes - plus de 90% de ce fonds est composé de compagnies russes - ont bondi de 5% cette année. Dans le même temps, un fonds indiciel qui représente un indice du flux des capitaux circulant avec la Russie montre une augmentation de 27%.

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents