Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Pesticides: Même en étant prudentes, les femmes sont contaminées

Publié par wikistrike.com sur 12 Mars 2015, 05:48am

Catégories : #Santé - psychologie

Pesticides: Même en étant prudentes, les femmes sont contaminées

Une étude de l’association Génération Futures publiée ce jeudi montre que des jeunes femmes qui sont très prudentes sur leurs habitudes de consommation sont tout de même contaminées par des pesticides. France Info s’est procuré les résultats.

Faire attention ne suffit apparemment pas. L'association Generations Futures publie une étude ce jeudi. France Info a pu la consulter. L’enquête montre que les jeunes femmes, même si elles sont averties des dangers des pesticides et qu’elles font attention, sont tout de même contaminées. 
 
Il y a un an, la même association avait montré que l'on retrouvait jusqu'à 600 substances différentes dans les cheveux d'enfants vivant en zone rurale. Cette fois, une trentaine de jeunes femmes de 25 à 40 ans qui vivent en ville en Ile-de-France se sont soumises au test.

Effets sur le système hormonal

Un laboratoire indépendant a recherché dans une mèche de leurs cheveux 64 substances différentes : des pesticides mais aussi des PCB, des retardateurs de flammes, des produits chimiques réputés pour leur effet sur le système hormonal.
 
"Honnêtement j’ai été surprise par les résultats alors que depuis plus de 10 ans je n’ai mangé que bio, je fais très attention aux produits chimiques. Il n’y a pas de ça chez moi", explique l’une des cobayes, Nadine 38 ans. Ses analyses ont montré la présence de plus d’une vingtaine de produits perturbateurs endocriniens. Un choc pour cette maman d’une petite fille.

La grossesse, un moment clé de la contamination

Parmi les substances retrouvées, il y a même du lindane utilisé autrefois dans des anti-poux mais qui est aujourd'hui interdit en France, comme dans une cinquantaine de pays. Si Générations futures s'est penchée sur des femmes urbaines en âge d'avoir des enfants, c'est parce que la grossesse est un moment clé de contamination par les produits chimiques.
 
"Il faut que la France tape du poing sur la table pour faire avancer la législation européenne", estime François Veillerette, le président de Générations Futures. Depuis plus de cinq ans, une règlementation interdit les perturbateurs endocriniens sauf que l’Europe n’a toujours donné la définition de ces substances. Difficile donc de les interdire alors qu’elles ne sont pas définies ? L’association reconnait que la stratégie de la France avance mais elle n’est pas suffisante. Interdire le bisphénol A, c'est bien mais quid des autres substances. Les scientifiques de l’Anses doivent en évaluer une quinzaine d'ici trois ans alors que chaque année plusieurs centaines de nouvelles molécules chimiques sont mises sur le marché.

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents