Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Pour un tweet, Jean Roucas lynché par les médias

Publié par wikistrike.com sur 31 Mars 2015, 08:38am

Catégories : #Culture - médias - Livres - expos - rencontres

Pour un tweet, Jean Roucas lynché par les médias

L'ancien comique du Bébête show a encore frappé. En plein second tour des départementales, Jean Roucas s'en est directement pris aux dirigeants socialistes, coupables selon lui des pressions et des intimidations vécues dernièrement par les militants du Front national. Dernière en date : l'incendie criminel qui a touché la mairie d'Hénin-Beaumont, nouvellement dirigée par le mouvement de Marine Le Pen, même si aucun lien n'a été établi entre les faits et des membres du Parti socialiste. 

"Incendies, menaces de mort, agressions... Valls et ses SA en action", postait l'artiste sur Twitter dimanche, faisant référence aux Sections d'assauts, ces bandes paramilitaires nazies qui terrorisaient les opposants à Hitler pendant les années 1930. Mais c'est surtout la dernière phrase du tweet qui a mis le feu aux poudres : "Heil Hollande !" lançait Roucas, en écho au salut hitlérien en usage chez les militants nazis. 

 

Les méthodes du PS contre les candidats FN : Incendies,menaces de mort,agressions..Valls et ses SA en action.Heil Hollande! 
— Jean Roucas (@jean_roucas) 
29 Mars 2015
"Vous n'êtes plus drôle depuis longtemps" 

Jean Roucas, qui soutient officiellement le Front national depuis plus d'un an, a immédiatement enflammé la Toile. "Vous n'êtes plus drôle depuis longtemps", pouvait-on lire en réaction sur son compte Twitter, "Complétement sénile", "Pseudo comique pervers/facho", etc. Face aux critiques, l'humoriste a tenté de s'expliquer quelques heures plus tard : "Je ne voulais pas comparer Hollande à Hitler ! Je voulais juste attirer l'attention sur le côté facho des agressions subies par le FN." 

Cette fois, c'était au tour de ses fans de monter au créneau pour le défendre : "Vous n'avez pas à vous justifier", "ne regrettez rien"... Mais sans doute lassé des injures et quolibets, l'artiste a fini par clore la polémique en annonçant qu'il s'abstiendrait désormais de donner son avis : "J'ai oublié qu'en France, seuls les humoristes de gauche ont le droit de s'exprimer. Je ne twitterai plus désormais, au revoir."

J'ai oublié qu'en France,seuls les humoristes de gauche ont le droit de s'exprimer.Je ne twitterai plus désormais. au revoir. 
— Jean Roucas (@jean_roucas) 
30 Mars 2015

Victimisation 

Ce n'est pas la première fois que Jean Roucas entame le refrain de la victimisation. Il avait déjà fait le coup quand son spectacle avait été déprogrammé dans certaines mairies, après son ralliement au parti frontiste fin 2013. "Ce qui m'a choqué, c'est qu'on m'interdise de travailler parce que j'ai affiché mes sympathies politiques", se désolait-il à l'époque dans Nice Matin. "On est en train de nous imposer un diktat : quand on est artiste, on est obligé d'être de gauche, renchérissait-il sur RMC. Eh bien je réponds, non merde, non !" 

Un an plus tard, il ouvrait un compte Twitter qu'il transformait en tribune politique, où il tourne depuis régulièrement en dérision le gouvernement socialiste ou les grands ténors de la gauche. On le voit mal aujourd'hui abandonner l'estrade médiatique, même s'il risque de se faire plus discret jusqu'au prochain rendez-vous électoral, à savoir les élections régionales de décembre prochain.

 

Source

 

En complément et pour voir la démesure que prend le tweet malheureux de Jean Roucas, voici celui de Stéphane Guillon en date du 15 janvier:

Pour un tweet, Jean Roucas lynché par les médias
Commenter cet article

Archives

Articles récents