Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Deux lanceurs d'alertes gagnent un procès contre Qosmos qui vend une technologie de surveillance de masse

Publié par wikistrike.com sur 15 Mars 2015, 08:50am

Catégories : #Science - technologie - web - recherche, #Politique intérieure

Deux lanceurs d'alertes gagnent un procès contre Qosmos qui vend une technologie de surveillance de masse

Intro par les Moutons enragés

L’argent n’a pas d’odeur, le refrain est connu. Que penser de cette société française, dont les activités sont classées « confidentiel défense », qui vend sa technologie de surveillance de masse à la Syrie? Qui dépose plainte contre un lanceur d’alerte, en opposition avec cette vente? Ethique et business ne font pas bon ménage. Une plainte a été déposée contre Qosmos par la LDH et la FIDH pour « complicité d’actes de torture ». On ne s’étonnera plus de la volonté de certains, de supprimer les Prud’hommes, qui ont donné raison au lanceur d’alerte. Il est par ailleurs difficile d’imaginer que Qosmos, qui a des relations très étroites avec les services de renseignements intérieurs et extérieurs français, au point que ses activités sont « confidentiel défense », ait pu travailler sur ce projet sans que les plus hautes autorités françaises n’en aient été averties.Voir ICI. Ca fait se poser des questions sur la confidentialité de notre vie privée…

 

***

Le temps est à l’orage pour les patrons. La justice prud’homale vient de donner raison à deux lanceurs d’alertes. Le conseil de Prud’hommes de Paris a condamné UBS pour le harcèlement d’une de ses anciennes salariées, Stéphanie Gibaud, qui avait refusé de détruire des documents pouvant révéler l’existence d’un système d’évasion fiscale. Le même jour, les Prud’hommes ont condamné lourdement la société Qosmos pour le licenciement abusif de James Dune. Ce dernier avait très mal vécu l’implication de Qosmos dans les projets de vente à la Libye et à la Syrie de systèmes de surveillance globale. Il s’en était ému en interne, ce qui avait été peu apprécié par Thibaut Bechetoille, le PDG de l’entreprise et par Anh Nguyen-Phuoc, Vice-Président R&D de Qosmos. Le conflit éthique avec son employeur avait abouti à un arrêt de travail pour maladie prolongé jusqu’à son licenciement par Qosmos en 2012. Les Prud’hommes ont donné raison à James Dune en estimant que son licenciement était sans cause réelle et sérieuse.

Ce qui n’est pas anodin. Sans se prononcer sur les aspects éthiques soulevés par James Dune (ce n’est pas leur rôle), les conseillers ont envoyé une véritable claque à Thibaut Bechetoille. Pris dans la tourmente médiatique après les révélations sur l’implication de sa société dans la vente d’une solution de surveillance globale à la Syrie de Bachar el-Assad, il avait engagé le cabinet Clai. Ce dernier a organisé de nombreux rendez-vous en tête-à-tête avec le patron de Qosmos pour des journalistes. Histoire d’expliquer la réalité selon Qosmos à ces imbéciles de journalistes qui ont une fâcheuse tendance à répercuter les déclarations du lanceur d’alertes James Dune.

Esclandre au Café

Au cours de l’une de ces réunions avec des journalistes, Thibaut Bechetoille qui en a gros sur la patate, notamment en raison de la procédure qui le vise lui et son entreprise pour complicité d’actes de tortures, perd son calme et se met à crier dans le café où il reçoit les journalistes. Ce James Dune est un fou, hurle-t-il, il faut l’enfermer. La jeune représentante du cabinet Clai le prend par l’épaule et tente de le calmer afin d’arrêter l’esclandre. Visiblement, les juges prud’homaux ont estimé que James Dune n’était pas fou du tout. Le fou vit dans une autre réalité. Il ne la perçoit pas de la même manière que le reste de la population. Ce qui correspond un peu à Thibaut Bechetoille et à ses anciens amis d’Amesys, également visés par une procédure pour complicité de torture. Les dirigeants de ces entreprises semblent penser qu’ils n’ont rien à se reprocher. Ils ont agi en pensant leur impunité assurée par l’implication des différents gouvernements de droite puis de gauche à leurs côtés. Si les procédures pour complicité de torture aboutissaient à une condamnation, les répercussions pour les gouvernements en question pourraient être très importantes. De même que pour les services de renseignement, et particulièrement pour la DGSE, cliente de Qosmos avec le projet Kairos.

Thibaut Bechetoille, pour Qosmos et Philippe Vannier pour Amesys, ont cru bon de participer à des projets visant à mettre sous surveillance globale les populations syriennes et libyennes. Il était impossible qu’ils ne soient pas au courant de la nature des régimes en place. C’est donc délibérément et avec une vision très particulière de la réalité que les deux PDG se sont lancés dans ces projets. Sans arrière-pensées, probablement persuadés qu’ils étaient du côté du « bien », comme aurait dit George Bush.

A la veille d’une réunion interne de Qosmos où tous les sujets pourront être abordés « sans tabous », selon Thibaut Bechetoille, le 8 janvier 2008, James Dune expose très clairement dans un mail au PDG et à toute la société ses préoccupations éthiques :

L’utilisation de la technologie Qosmos à des fins de fichage et d’interception pose également des questions d’ordre éthique:

  1. fichage et interception d’acteurs dits « dissidents », (opposants au régimes, défenseurs des droits de l’homme, simples militants, etc)
    faussage des résultats des moteurs de recherches sur internet

Quel est l’attitude de Qosmos – et l’attitude de ses investisseurs – devant des tels scénarios ?
Si le govt d’un régime qui enfreint certains droits ou valeurs considérés comme « universels » nous propose un important contrat, à quelles valeurs et exigences se tenir ?
Quel est alors notre code de conduite « éthique » ?
Comment contrôler l’usage fait de nos technologies dans le domaine de l’interception – ou même y voir clair – quand nous sommes tenus au secret par des clients qui n’existent pas ?

Ethique en Toc ?

Que répond Thibaut Bechetoille lors de cette réunion interne ? Que l’entreprise a une attitude responsable et éthique.

Pourtant, le 18 avril 2007, il participait au lancement du projet Eagle en Libye, dont Qosmos sera par la suite écartée. Puis, en 2010, il participait au projet ASFADOR en Syrie. En février 2011, les journalistes de Reflets interrogeaient Thibaut Bechetoille sur les ventes d’armes numériques dans des pays dictatoriaux. Une sorte d’OVNI du journalisme…

Toujours très sûr de la réalité de sa réalité, Thibaut Bechetoille réagissait à un article de Mediapart de 2013 en ces termes (à propos de l’audience d’aujourd’hui) : « Nous restons confiants dans l’issue de la procédure, tant les faits qui nous sont reprochés par cet ancien salarié sont faux et calomnieux. Nous rappelons que nous avons porté plainte pour diffamation contre cet ancien salarié. »

Faux et calomnieux… Relisez trois fois et repassez en revue nos articles sur Qosmos. Quant à « confiants »… Il semble que Thibaut Bechetoille et qosmos, toujours bienvenus dans le petit monde de la sécurité informatique français, comme s’il ne s’était rien passé, il semble qu’ils aient eu un peu trop confiance dans leur perception de la réalité. Une folie passagère ?

Qosmos a récemment reçu le prix « Established Leadership » dans la catégorie « Services et technologies innovants horizontaux » aux trophées IE-Club Global 60. L’entreprise est toujours membre du consortium Hexatrust qui regroue la « fine fleur » du secteur de la sécurité informatique français.

Qosmos peut encore faire appel de la décision, mais l’argumentation juridique qui a prospéré et sur laquelle est basée la décision de ce matin a peu de chance de produire un autre effet en appel.

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents