Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Une nouvelle couche de roches inconnue découverte dans le manteau terrestre

Publié par wikistrike.com sur 27 Mars 2015, 09:52am

Catégories : #Terre et climat

Une nouvelle couche de roches inconnue découverte dans le manteau terrestre

Une nouvelle couche de roches inconnue jusqu'ici vient d'être découverte dans le manteau terrestre. Elle a la particularité d'être incroyablement rigide. D'après les chercheurs, cette caractéristique pourrait expliquer des phénomènes géologiques encore mystérieux.


"Nous en savons beaucoup plus sur la surface de Mars que sur l'intérieur de la Terre," explique Lowell Miyagi de l'université de l'Utah. Lui et son équipe viennent en effet de découvrir ce qu'ils pensent être une couche de roches encore inconnue à l'intérieur de notre planète.

Située à quelque 1.500 kilomètres sous la surface de la Terre, il s'agirait d'une strate de ce que l'on nomme le manteau. Mais à la différence d'autres couches, celle-ci ne se caractérise pas par sa teneur en certains minéraux. Plutôt par son incroyable rigidité puisqu'elle présente une viscosité dynamique de 1.000 milliards de pascals-secondes !

À titre de comparaison, l'eau se situe à 0,001 et le beurre de cacahuète à 200, ont expliqué les chercheurs dans un communiqué. La présence d'une couche aussi rigide à cette profondeur pourrait faire la lumière sur certains phénomènes géologiques encore mystérieux.

Une rigidité qui bloque la plongée des plaques

Rappelons tout d'abord que notre planète est composée de 3 couches principales, de l'extérieur vers l'intérieur : la croûte terrestre, le manteau et le noyau, qui contiendrait lui-même une "graine" découverte récemment. La croûte est divisée en plaques tectoniques qui "flottent" sur le manteau. Là où elles se rencontrent, la plus dense des deux passe sous l'autre : c'est le phénomène de subduction.

Les scientifiques ont observé depuis longtemps que lorsque les plaques tectoniques plongent dans le manteau, elles semblent toutes bloquer leur descente à une même profondeur : 1.500 kilomètres. Or, il s'agirait justement de la limite supérieure de la nouvelle couche découverte par Lowell Miyagi et son équipe. D'après eux, elle pourrait ainsi être la cause de cette observation qui laisse encore les géologues perplexes.

"Cette augmentation de la viscosité est susceptible de causer le blocage des plaques subsidentes - au moins temporairement - à environ 1.500 kilomètres de profondeur," a expliqué Lowell Miyagi.

Une couche profonde pour expliquer des observations en surface

Les chercheurs rappellent que le mouvement des plaques est justement entraîné par la subduction : la partie plongeante tire le reste de la plaque. "Tout ce qui affecte la façon dont une plaque subducte va, à tous les échelons, affecter les tremblements de terre et le volcanisme", a donc affirmé Lowell Miyagi.

Les scientifiques s'interrogent par exemple sur la source des tremblements de terre profonds. La plupart ont lieu dans la croûte ou très proche de la surface. Mais certains sont situés plus bas dans le manteau. Ceci pourrait être, encore une fois, dû à la présence de cette nouvelle couche super-rigide. En bloquant la plongée des plaques, elle pourrait entraîner leur rupture et donc ces mystérieux tremblements de terre profonds.

Les différences de composition des magmas sont elles aussi, encore peu comprises. On distingue deux types de volcans océaniques à partir de cette composition : ceux des dorsales et ceux des points chauds comme l'île d'Hawaï. Les premiers expulsent un magma composé de roches jeunes et bien mélangées alors que pour les secondes, il s'agit de roches anciennes et peu mélangées. La nouvelle couche du manteau pourrait donc être à l'origine de ces différences.

Comprendre l'intérieur de la Terre en laboratoire

Lowell Miyagi l'a rappelé, on ne sait au final que peu de choses sur l'intérieur de notre planète. Il faut bien comprendre que les conditions y sont extrêmes : à 1.500 kilomètres de profondeur, la température moyenne est de 2.150°C et la pression équivalente à 640.000 fois celle de l'atmosphère en surface ! Impossible donc d'envisager d'aller y faire des mesures directes.

Au lieu de ça, les chercheurs simulent ces conditions en laboratoire pour voir comment elles influencent les roches et les minéraux. L'équipe a travaillé ainsi : en pressant fortement un échantillon de cristal du manteau du diamètre d'un cheveu entre deux diamants. Jusqu'à atteindre les conditions présentes à 1.500 km de profondeur.

En observant le changement de viscosité des cristaux, ils en ont déduit que le manteau devait être plus rigide à cette profondeur. Mais notre planète n'a sans doute pas encore livré tous ses secrets. Les scientifiques de l'université de l'Utah pensent que l'on sous-estime encore la chaleur dégagée par le noyau terrestre. Une partie du manteau s'avérant être très rigide, il est possible que les roches s'y mélangent mal. La chaleur réelle dégagée par le noyau ne s'échapperait donc pas totalement jusqu'en surface.

http://www.maxisciences.com/terre/l-039-interieur-de-la-terre-devoile-un-nouveau-secret-aux-scientifiques_art34518.html

Commenter cet article

Archives

Articles récents