Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Joyeuses Pâques: 82 églises brûlées en 2 jours en Egypte !

Publié par wikistrike.com sur 6 Avril 2015, 16:35pm

Catégories : #Religion - pensées

Joyeuses Pâques: 82 églises brûlées en 2 jours en Egypte !


Un délégué de l’Union égyptienne des Droits de l’Homme, rapporte officiellement, que  82 églises chrétiennes brûlées en 2 jours par les Frères musulmans !

Les militaires ont promis de reconstruire les églises détruites et endommagées.

D’autres rapports d’églises chrétiennes et de propriétés qui ont été attaquées à travers le pays ont émergés suite à la dispersion du sit-in près de la Mosquée de Rabaa Al-Adaweya et à Al-Nahda Square.

Les exactions antichrétiennes continuent, alors que se réactivent les injonctions coraniques hostiles aux « infidèles » qui méritent selon les islamistes extrémistes le châtiment de la part d’Allah.

Selon des sources diplomatiques. qui ont publié une liste de 35 cas d’attaques contre des chrétiens coptes à travers le pays qui a été compilé mercredi par l’hebdomadaire El-Watani. Il contient une liste des églises, des entreprises et des maisons privées de chrétiens coptes. Celles-ci ont été soit incendiées, attaquées ou soit pillées.

« Amira Mikhail le chercheur Egyptien pour le Centre Rafik Hariri au Moyen-Orient a également compilé une liste plus longue à l’aide de Mai El-Sadany et Amir Beshay. La liste comprend 45 églises et 11 institutions chrétiennes.
le ministre de la Culture précise qu’il n’était pas escorté par la sécurité ». raporte le
 Daily News Egypt (Anglais). 

« Perdue au bout d’une ruelle poussiéreuse de Gizeh, l’église copte du quartier de Kordossa semble étrangement calme, dimanche 18 août, à quelques heures de la messe dominicale. Il suffit de pousser le lourd portail en fer sous une peinture représentant l’archange Saint-Michel pour saisir toute l’inquiétude qui tourmente la minorité chrétienne d’Égypte depuis l’écrasement des manifestations favorables au président islamiste déchu Mohamed Morsi.

« On a d’abord entendu les cris à l’extérieur… Les cris d’une foule en colère chantant ‘islamiya, islamiya !’ et scandant des slogans hostiles à notre pope [le patriarche copte Tawadros II] et au général Al-Sissi. Il y avait environ un millier de personnes, essentiellement des jeunes de 20 – 25 ans mais aussi quelques personnes plus âgées. Plusieurs d’entre eux étaient armés de bâtons et de couteaux, ils sont venus ici directement après avoir mis à sac le commissariat local », se souvient Reda Abdallah.

Face à cette foule hystérique, le gardien n’a pas eu d’autre choix que de s’enfuir par la porte de derrière. Les serrures du portail extérieur n’ont pas tenu bien longtemps face aux assaillants. Entre 16h30 et 18 heures, ces derniers ont méthodiquement vandalisé l’ensemble du site, mettant le feu à l’église et à la salle des fêtes attenante, tout en inscrivant des slogans islamistes sur les murs extérieurs. Trois personnes ont été blessées dans l’attaque.

Pas un policier n’est venu enquêter sur place

Le jeune copte Korollos Khalil a assisté à la scène depuis le toit de sa maison, qui jouxte l’un des bâtiments incendiés. Il revoit encore la façon dont son père s’activait frénétiquement pour arroser le mur intérieur de son habitation afin d’éviter qu’elle ne prenne feu à son tour. « Je ne pouvais même pas toucher le mur avec ma main tellement c’était brûlant ! » s’exclame l’enfant de huit ans, encore choqué par la violence de l’attaque.

Ses parents ont tenté d’alerter les autorités. En vain.

« Mon mari et moi avons appelé la police une centaine de fois. Parfois les policiers disaient qu’ils allaient venir… mais ils ne sont jamais venus », rapporte la mère de Korollos Khalil. Le gardien de l’église confirme qu’aucun policier ne s’est rendu sur place pour enquêter entre la date de l’attaque, le 14 août, et la venue de l’équipe de FRANCE 24, le 18 août.

Abandonnés à leur sort, les coptes de Kordossa n’ont pu compter que sur la solidarité du voisinage immédiat – essentiellement musulman. Elsam Ahmed, qui habite à 20 mètres de l’église, affirme avoir recueilli deux coptes blessés chez lui. L’homme d’une cinquantaine d’années décrit les assaillants comme « des drogués, des petites frappes, des voleurs qui ont emporté des frigos et tout ce qu’ils pouvaient trouver ».

Malgré le soutien oral du patriarche Tawadros II au général Al-Sissi, les coptes de Kerdassa craignent d’être lâchés par la police en cas de nouvelle attaque des pro-Morsi. « On a peur pour nos enfants, notre destin est dans les mains de Dieu », commente Reda Abdallah d’un air résigné », relève Mehdi Chebil sur France 24

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents