Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Loi sur le renseignement: sommes-nous dans une situation pré-révolutionnaire ?

Publié par wikistrike.com sur 3 Avril 2015, 08:11am

Catégories : #Politique intérieure

La France, en mode cocotte-minute

La France, en mode cocotte-minute

La découverte du contenu du projet de loi pour le renseignement a stupéfait un bon nombre d'observateurs de la société française. Des défenseurs des libertés au président de la commission du contrôle des écoutes Jean-Marie Delarue, en passant par un commissaire principal honoraire de la police nationale, font connaître leur désaccord et leur inquiétude sur ce projet aux contours flous, à la possibilité de dérives importantes mais aussi par son orientation générale, qui n'est pas celle d'origine, liée aux attentats du 7 et 9 janvier 2015. 


Le terrorisme brandi en février — pour justifier cet arsenal de surveillance — n'est en réalité qu'une petite partie immergée de l'iceberg du « projet renseignement » de Bernard Cazeneuve et Manuel Valls. Les « intérêts économiques et scientifiques » de la France sont inclus dans les autorisations administratives de surveillance, mais aussi « l'exécution des engagements européens et internationaux de la France ». Comme « la prévention des violences collectives de nature à porter atteinte à la paix publique ». Ce projet de loi, sans l'autorisation d'un juge et à la seule discrétion des services gouvernementaux permet donc de mettre absolument n'importe qui pour à peu près n'importe quel motif sous écoute, géolocalisation ou interception de ses communications sans aucune garantie judiciaire. Pourquoi et comment un pouvoir politique peut-il en venir à vouloir faire passer un tel projet ? 

Quelque chose est en train de se passer... 

L'idée que les habitants de ce pays et le pouvoir en place sont en conflit larvé est une évidence. 
Les sondages (74% davis défavorables), comme les résultats des urnes démontrent que la population dans sa très grande majorité rejette, avec une très grande force, la politique du pouvoir socialiste, comme son personnel. François Hollande est très certainement le président le plus détesté de tous les temps. La grogne populaire est impressionnante pour qui fait l'effort de se promener dans l'Hexagone. Le vote Front national comme l'abstention, en sont une première expression. Expression profondément reliée à plusieurs phénomènes : les reniements politiques de Hollande et les scandales à répétition liés à la corruption. Le « tous pourris » n'est plus une expression populiste réservée à une petite frange de la population, elle est partagée par le plus grand nombre. 

 

 

Image
© Inconnu
Ces éléments sont à mettre en relation avec la circulation et l'amplification de l'information par Internet. Tout se sait, très vite, et se transmet très rapidement. Les élites politiques ne sont plus protégées comme elles pouvaient l'être à une époque où les seuls médias décidaient ou non de faire « sortir l'info », et où un scandale, s'il ne faisait pas la une du 20h plusieurs soirs de suite, était vite enterré. La France n'est pas la seule dans cette situation, et des alliés européens ou non mettent en place eux aussi de nouveaux dispositifs sécuritaires. Tous ces dispositifs touchent au contrôle des populations, à leurs communications, et au droit à la contestation. Il se passe donc quelque chose. Mais quoi ? 

La crise est mondiale, et la fin est proche ? 


L'économie mondiale est sous perfusion monétaire. Les différentes politiques d'assouplissement monétaire (quantitative easing) de milliers de milliards de dollars effectuées aux USA ont à peine maintenu le système à flots durant les 4 dernières années. l'Europe vient de débuter elle aussi une politique équivalente, de plus mille milliards et sur 18 mois. Ces politiques sont des perfusions pour empêcher une crise systémique qui ne peut qu'amener à un écroulement massif de l'ensemble, et de nombreux économistes redoutent ce phénomène. Même s'il sera lent (peut-être une quinzaine d'années pour un écroulement complet), le piège à liquidités, doublé du ralentissement général des croissances de PIB des pays européens, mais aussi ailleurs, sur la planète devrait mener à une défaillance générale de l'économie capitaliste mondialisée. 

Ces constats sont effectués au plus haut niveau politique, et des modèles d'anticipation existent, concernant entre autres les possibilités de révoltes populaires dans les pays les plus développés. 
La DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) travaille sur ces sujets, gageons que les puissances européennes ne sont pas démunies face aux possibles scénarios de mise en cause des politiques par des populations socialement et économiquement « essorées » et n'ayant plus grand chose à perdre. C'est dans ce contexte que les lois pour la sécurité, le renseignement surviennent massivement : en Espagne (ici article en espagnol sur la loi baillon), au Royaume-Uni, aux USA et bientôt, en France. A chaque fois, si le terrorisme est prétexté, ces lois activent des nouvelles possibilités d'immixtion dans la vie privée des citoyens, de surveillance globale, d'écartement du système judiciaire dans ces procédures. 

 

 

Image
© Inconnu
Internet est toujours au centre des lois, laissant aux services de renseignement, comme de police, toute latitude pour faire du réseau leur terrain de destruction du droit à la vie privée. La police, politique ou économique, veut à tout prix se doter de moyens techniques et légaux pour « assujettir » le réseau afin de prévenir les tentatives de contestation du système en place. Quel que soit le système, et quelles que soient les tentatives de contestation. Cette situation n'est pas du tout normale. A de nombreux niveaux, dont le politique, au premier chef. 

Pré-révolutionnaire ? 

La terminologie de révolution est certainement un peu galvaudée, le XXIème siècle ne fonctionne pas de la même manière que le précédent. Ce qui est par contre à peu près évident, c'est que la contestation massive du système est possible. Par qui, par quoi passera-t-elle, avec quels moyens, quand ? Tous ces éléments sont difficiles à déterminer, mais constituent par essence le fait « révolutionnaire », qui n'est jamais, au départ, organisé de façon verticale et structuré. Politiquement, il est intéressant d'observer les jonctions qui s'opèrent entre des partis aux idéologies normalement opposées, comme le Front national et le Front de gauche, ou le NPA. 
Avec des transferts qui s'opèrent, de celui qui ne réussit pas à performer dans les urnes vers celui qui monte. Sorti des problématique sur l'immigration, les frontières et le nationalisme, le part d'extrême droite effectue exactement les mêmes constats que ces partis à la gauche de la gauche : sur les effets de la mondialisation, de l'hypercapitalisme, de l'oligarchie en place, de la politique de Bruxelles, etc... 

Ces rapprochements et ces constats ne signifient pas que le Front de gauche ou le NPA sont l'équivalent du Front national ou inversement, mais que face à la dérive technocratique et oligarchique en cours — réelle et constatée par la plupart des analystes de la chose politique — tous les courants politiques non gouvernementaux, contestataires, peuvent émettre des idées contestataires similaires, et rallier les mêmes types de soutiens. Soutiens de plus en plus nombreux et... de plus en plus remontés contre les élites. 

 

 

Image
© Inconnu
Cet espace politisé n'est pas le seul à pouvoir monter au créneau, puisque les « quartiers défavorisés » comptant une population assez jeune, laissée pour compte (et fortement stigmatisée par les représentants de l'Eat) — pourraient chercher une issue revendicative si la situation globale continuait d'empirer. La « mode du djihad » n'est pas déconnectée de la situation politique, sociale et économique de la France. Ce phénomène a été très bien étudié... 

Une partie de l'Europe est donc en mode cocotte minute, et les Etats-Unis, toujours en avance, ont montré la voie : renseignement administratif global ultra performant, surveillance massive, Etat policier, répression militaire des mouvements revendicatifs, système judiciaire hyper-punitif, analyse et influence des réseaux sociaux et confinement des classes défavorisées. 

Bernard Cazeneuve et Manuel Valls savent certainement ce qu'ils font avec leur projet de loi sur le renseignement. Au final, ne serait-ce pas leur propre survie et celle du système [qui les nourrit et est de plus en plus injuste pour la population] qui seraient en jeu, plus qu'un désir de protéger qui que ce soit ?

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents