Ce dimanche, le bilan de l'avalanche provoqué par le séisme au Népal sur le camp de base de l'Everest fait état de dix-huit morts, une vidéo publiée par un rescapé allemand, l'alpiniste Jost Kobusch montre la rapidité et la violence à laquelle la neige a fondu sur les membres de l'expédition sur le toit du monde. 

On peut y voir, l'alpiniste filmer au moment du tremblement de terre et voir les gens courir se réfugier tant bien que mal. Le «cadreur» lui-même se réfugie in extremis dans une tente qui lui sauve la vie. 

George Foulsham, un autre rescapé n'en revient toujours pas d'avoir survécu au gigantesque mur de neige qui a dévalé le mont Everest juste après le séisme. Pour lui, cette dernière catastrophe est un signe : le Toit du monde ne veut plus voir des alpinistes. 

La directrice du bureau de l'AFP au Népal, Ammu Kannampilly, était en train de faire un reportage au camp de base, à environ 5.500 mètres d'altitude, quand la montagne a tremblé samedi, faisant 18 morts et une soixantaine de blessés. Elle a pu parler à des survivants. 

En ce début de saison, environ 800 alpinistes se trouvaient disséminés en divers endroits de l'Everest, d'après les estimations du président de l'Association d'alpinisme du Népal, Ang Tshering Sherpa. 

Nombre d'entre eux tentaient à nouveau leur chance après avoir été privés d'ascension l'année dernière: la saison d'alpinisme avait été annulée après la disparition de 16 sherpas tués dans ce qui était jusqu'alors l'accident le plus 
meurtrier jamais survenu sur le sommet le plus haut du monde (8.848 m). 

«J'ai couru, couru, et la vague, semblable à un immeuble blanc de 50 étages, m'a aplati. J'ai essayé de me relever et elle m'a aplati à nouveau», raconte George Foulsham, un spécialiste de biologie de Singapour. 

«Je n'arrivais plus à respirer, je croyais être 
mort. Lorsque je me suis finalement relevé, je n'arrivais pas à croire que la vague était passée sur moi et que j'étais quasiment indemne», lâche l'alpiniste de 38 ans. 

Ce dernier s'était rendu au camp de base pour une seconde tentative après l'annulation de la précédente saison. «J'ai économisé pendant des années pour l'ascension de l'Everest mais on dirait que la montagne est en train de nous dire qu'elle ne veut pas être gravie pour l'instant», dit-il. «C'est plus qu'une coïncidence de voir ça deux années de suite». 

Ellen Gallant, une cardiologue américaine, raconte qu'elle a tenté de venir en aide aux blessés. Mais elle n'a pu sauver la vie d'une des victimes, un jeune sherpa. 

«Il est mort sous mes yeux» 

«J'ai couru jusqu'à la tente et je me suis jetée par terre. Lorsque les vibrations ont enfin cessé, la tente médicale m'a demandé, ainsi qu'à un alpiniste indien, un médecin militaire, de m'occuper des personnes blessées à la tête. On a travaillé toute la nuit, on faisait des rondes, on distribuait des médicaments, on installait des intraveineuses», décrit-elle. 

«Mais l'un des neuf patients est mort: un sherpa de 25 ans. Sa tension artérielle avait dégringolé. On a rien pu faire», regrette la cardiologue. 

Les conditions de traitement des blessés étaient rudimentaires, a expliqué l'Américaine. Lorsque les hélicoptères des secours ont pu commencer à atterrir dimanche, après en avoir été empêchés par les chutes de neige la veille, «on a su qu'on était sortis du bois». 

«Les huit patients ont été évacués. Lorsqu'on va à l'école de médecine, on apprend à se concentrer sur ce qu'on fait. Mais là les choses se sont calmées et le contre-coup se fait sentir. Ce jeune homme de 25 ans qui est mort devant moi, il n'aurait pas dû mourir».