Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

89 personnalités européennes interdites de voyager en Russie, dont BHL

Publié par wikistrike.com sur 31 Mai 2015, 11:15am

Catégories : #Politique internationale

BHL entartré à Namur et interdit de voyage en Russie en un seul jour

BHL entartré à Namur et interdit de voyage en Russie en un seul jour

L’Europe estime avoir le droit de faire ce que bon lui semble, mais n’accepte pas que quelqu’un d’autre en fasse de même. Il n’y a pas si longtemps, elle était la seule à sanctionner, à établir des listes de qui peut ou non se déplacer, ou encore de qui était passible de la CPI. Elle s’était arrogée le droit de punir et, quand elle le faisait, il y avait toujours une réelle volonté d’humilier le puni. C’est la raison pour laquelle elle se sent aujourd’hui particulièrement humiliée. Sanctionnée comme les états qu’elle qualifiait de voyous, ses personnalités blacklistées, et interdits de voyager, un jeu qu’elle se délectait à appliquer à d’autres. Le monde unipolaire est bel et bien terminé. Il est fini le temps où l’Europe se sentait partout chez elle.

Il est cocasse que parmi les interdits de séjour en Russie, se trouve celui que des slogans, tels que « il est interdit d’interdire », ont rendu célèbre : Daniel Cohn Bendit. Poutine se sera-t-il inspiré de de Gaulle qui, en son temps, avait fait de même avec cet agent du chaos ? Un autre banni, qui n’a aucune fonction officielle mais qui est tout aussi nocif pour tout pays qui a le malheur de l’accueillir sur son sol, c’est le grand philosophe Botul, BHL pour les intimes. Ira-t-il, comme à son habitude, jouer la carte de l’antisémitisme, avec les autorités de Moscou ?

PicMonkey-Collage

***

Les autorités russes auraient remis à l’UE une liste de 89 responsables européens interdits d’entrée en Russie, rapportent samedi les médias occidentaux.

 Certains médias occidentaux font état d’une liste de 89 responsables politiques, diplomates et experts militaires interdits de séjour en Russie en réponse aux sanctions décrétées par l’Occident contre des hommes d’affaires et des personnalités politiques russes.

Le quotidien allemand Die Welt rapporte, citant les autorités belges et néerlandaises, que cette liste aurait été remise jeudi à plusieurs ambassades européennes.

La liste, dont l’authenticité n’a pas été confirmée, comprendrait huit Allemands, dont le député du Bundestag Karl-Georg Wellmann qui a déclaré le 24 mai avoir été refoulé à la frontière russe, la secrétaire d’Etat à la Défense Katrin Suder, le membre de l’Union chrétienne-sociale (CSU) Bernd Posselt et l’inspecteur des forces aériennes allemandes, le général Karl Müllner.

D’après Frankfurter Allgemeine Zeitung, on y trouve également le vice-président du groupe CDU/CSU au Bundestag Michael Fuchs, les députés des Verts au Parlement européen Rebecca Harms et Daniel Cohn-Bendit, ainsi que le secrétaire général du Conseil de l’Union Européenne Uwe Corsepius.

La « liste noire russe » fait aussi l’objet de vives discussions au Danemark dont quatre citoyens sont concernés. Selon le quotidien Ekstra Bladet, il s’agit notamment de deux anciens ministres des Affaires étrangères, Per Stig Møller et Lene Espersen, et du chef du renseignement militaire Thomas Ahrenkiel.

Le journal néerlandais Algemeen Dagblad a pour sa part annoncé que l’ambassade des Pays-Bas à Moscou avait reçu une liste de quatre personnes visées par l’interdiction d’entrée en Russie.

Les autorités russes n’ont pour le moment fourni aucun commentaire. Le vice-ministre des Affaires étrangères Alexeï Mechkov avait auparavant reconnu l’existence des « listes noires », soulignant que Moscou refusait sciemment d’en divulguer le contenu. Selon le diplomate, les personnes intéressées « peuvent s’adresser à tout consulat russe à l’étranger pour savoir si elles y figurent ou non ».

Commenter cet article

Archives

Articles récents