Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Provence: Les abeilles continuent de mourir en masse. 78% de perte

Publié par wikistrike.com sur 31 Mai 2015, 16:25pm

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

Provence: Les abeilles continuent de mourir en masse. 78% de perte

 

La profession tire la sonnette d’alarme. A l’appel du syndicat des apiculteurs de Provence et de la Confédération paysanne, un rassemblement a été organisé sur le Vieux-Port vendredi à partir de 10 heures. 

A la sortie de l’hiver, les ruchers installés dans la Crau sèche, entre Salon et Saint-Martin de Crau, ont subi une mortalité de 78 %, contre une perte normale de 10 à 15 % dans la région. Cette perte représente 1.000 ruches détruites, soit l’équivalent de quatre exploitations et touche une dizaine d’apiculteurs.

« Cette perte n’est donc pas rien : les ruches sont nos outils de travail ».

« Une exploitation peut compter 200 ou 250 ruches, gagner sa vie avec une exploitation, nourrir sa famille avec une exploitation, c’est possible, explique Christophe Benvenuto, apiculteur et représentant de la Confédération paysanne. Cette perte n’est donc pas rien : les ruches sont nos outils de travail ».

Les apiculteurs installent leurs ruches dans la plaine de la Crau car c’est un terrain favorable pour la reconstitution du peuplement des colonies. La zone est irriguée par de nombreuses exploitations agricoles ou par les élevages alentour. « Les apiculteurs touchés par les pertes possèdent des ruchers sur d’autres secteurs que dans la Crau qui ne sont pas touchés, indique Cyril Vidau, écotoxicologue à l’institut technique et scientifique de l’apiculture et de la pollinisation (ITSAP) d’Avignon. On peut donc déduire que les pertes de la Crau ne sont pas dues à leurs pratiques mais bien à des causes environnementales ».

Deux analyses ont été menées par l’association pour le développement de l’apiculture provençale (ADAPI) sur le pain d’abeilles, soit le pollen : deux sortes d’insecticides et une substance connue pour amplifier la toxicité ont été trouvées.

« J’ignore si c’est cela qui a tué les abeilles, leurs sensibilités sont fonction de beaucoup de paramètres, comme le climat », souligne Cyril Vidau. 

Les pouvoirs publics ont mené d’autres analyses dont les résultats devraient être connus très prochainement. D’ores et déjà, le syndicat des apiculteurs de Provence et de la Confédération paysanne demandent l’organisation d’une table ronde avec le service régional de l’alimentation (Sral), chargé notamment de l’homologation des pesticides.

http://naturealerte.blogspot.fr

Commenter cet article

Archives

Articles récents