Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

BREAKING - L'État islamique confirme la prise de la cité antique de Palmyre et annonce sa destruction dès demain !

Publié par wikistrike.com sur 20 Mai 2015, 14:30pm

Catégories : #Religion - pensées, #archéologie - Histoire - Préhistoire - Patrimoine

BREAKING - L'État islamique confirme la prise de la cité antique de Palmyre et annonce sa destruction dès demain !
BREAKING - L'État islamique confirme la prise de la cité antique de Palmyre et annonce sa destruction dès demain !
Quelques syriens héroïques morts pour avoir tenté de sauver les ruines de Palmyre. Merci.

Quelques syriens héroïques morts pour avoir tenté de sauver les ruines de Palmyre. Merci.

Ce matin règne de la tristesse et de la colère. Avec cette prise dont l'Occident devra assumer les c onséquences pour son manque de réaction, l'EI détient 50% du territoire syrien. La route sur Damas est désormais directe, et la jonction avec l'Irak et les combattants de Daesh ouvre aussi  aux terroristes sanguinaires une porte vers Bagdad. 

22h04: L'EI confirme la prise de la cité antique et assure que sa destruction se fera dès demain matin.

IS 'in control' of Syria's Palmyra."Demolition will start in the morning -

 

21h29: Selon la tv syrienne, l'EI serait entré dans les sites archéologiques de Palmyre. Daesh est entré par la porte monumentale de l'antique cité. Les forces gouvernementales syriennes se retirent.

L'avancée a été fulgurante. Et les combattants des forces gouvernementales n'ont eu d'autres choix que d'abandonner les lieux, en évacuant les derniers civils. Les jihadistes du groupuscule de l'Etat islamique contrôlent désormais la totalité de la cité antique de Palmyre, rapporte la télévision officielle syrienne, citée par l'agence de presse Reuters.

 

21h15: URGENT SYRIE-EI Confirmation par témoins et ONG que les troupes de l'État islamique contrôlent la quasi-totalité de Palmyre (Reuters)

L'observatoire syrien des droits de l'homme affirme, ce mercredi soir, que le groupe Etat islamique contrôle désormais la quasi-totalité de la cité antique de Palmyre, marquant un nouveau point dans leur bataille contre le régime syrien et suscitant l'inquiétude pour ses trésors archéologiques.

 

--------------------------

 

Le groupe terroriste s'est emparé mercredi du nord de la ville située au centre de la Syrie, en proie à de violents affrontements depuis plusieurs jours. La cité antique classée au patrimoine mondial de l'Unesco est un des derniers verrous avant Damas.

 

Les combattants de l'État islamique ont pris la totalité du nord de Palmyre, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. Une avancée permise par la prise en fin de matinée de mercredi par les djihadistes du bâtiment de sécurité d'État de la ville et d'un barrage situé près d'un bâtiment administratif abritant les registres civils des habitants. Devant l'offensive, les soldats du régime syrien auraient pris la fuite, selon un militant sur place.

Mercredi après-midi, c'est donc un tiers de la ville qui serait ainsi maitrisée par les terroristes, qui samedi dernier déjà, étaient parvenus à en maîtriser une grande partie avant d'être repoussés par les forces gouvernementales moins de vingt-quatre heures plus tard.

Une ville stratégique pour Daech

L'offensive du groupe djihadiste sunnite, débutée le 13 mai dernier, revêt une importance stratégique de premier plan explique au Figaro Fabrice Balanche, maître de conférences à l'Université Lyon 2 et spécialiste du Moyen-Orient: «En tenant Palmyre, Daech étend son influence d'une part et d'autre de la frontière irako-syrienne et ouvre une nouvelle voie de communication vers Ramadi». Selon le géographe, «Palmyre est un derniers verrous avant Damas», objectif du groupe terroriste.

Mais il se trouve que la ville abrite également un joyau de l'Antiquité, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. Un trésor archéologique désormais menacé par le groupe terroriste, désireux d'éliminer des vestiges culturels «considérés comme barbares car précédant la période islamique» explique Fabrice Balanche . «Une magnifique allée de colonne et un temple de Bel seront probablement détruits» regrette le spécialiste.

Alors que les combats continuent autour de la prison de la ville, les habitants sont livrés à eux-mêmes et contraints de rejoindre les quartiers encore sous l'autorité du régime. «Certains dorment dans la rue» précise un militant, qui évoque des «pénuries d'eau et d'électricité à cause des bombardements».

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents