Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Le gel des actifs russes n’existe que dans les médias

Publié par wikistrike.com sur 20 Juin 2015, 11:19am

Catégories : #Economie

Le gel des actifs russes n’existe que dans les médias

 

Quand la Propagande utilise de grands mots, ne faites pas attention aux mots eux-mêmes, mais cherchez ce qu’il y a derrière eux. Il y a toujours autre chose qui se déroule pendant que les journaux font du tintamarre. Dans le cas présent, le gel des avoirs russes, à défaut de pouvoir se concrétiser dans un avenir proche, pourrait avoir un triple objectif.

D’ores et déjà, un de ses premiers effets concrets, en Belgique et en France, est que les bureaux des organes d’info russes dans ces pays sont réduits à l’inactivité, sinon au silence. Les médias locaux, grands défenseurs de la liberté de la presse, ont opté pour le silence, silence qui leur est sans doute nécessaire pour parler plus librement de la Russie sans être contredits. Faire taire un contradicteur, ce n’est pas une atteinte aux libertés, c’est se défendre contre la « propagande ».

D’autre part, l’annonce du « gel d’avoirs russes » se voulait agressive, humiliante, de manière à présenter la Russie comme un petit pays avec lequel il était possible d’agir comme avec n’importe lequel de ces petits pays qu’on peut punir à volonté. Plus c’est brutal, plus c’est rapetissant, plus il y avait de chances que la Russie réagisse. Et si le Kremlin ne réagit pas, la population russe pourrait blâmer la docilité de ses dirigeants pour l’humiliation qu’ils pourraient ressentir.

La date de l’annonce du gel n’est pas un hasard. Le fait que ce soit à la veille du début du sommet économique de Saint-Pétersbourg est un moyen très habile de riposte contre le forum pour tenter d’en limiter les résultats. C’est aussi une manière comme une autre de rappeler aux investisseurs présents à Saint-Pétersbourg que le processus des rétorsions contre la Russie est loin d’être terminé, et qu’il est bien possible que les fonds qu’ils engageront soient un jour mis en danger, ou même gelés.

Avic – RI

***

Mettons les points sur les «i» en ce qui concerne la «saisie d’actifs russes» dans l’affaire Youkos

Disons-le tout net, il n’y a pas de « gel » ni de « saisie » en tant que tels, et il n’y en aura sans doute pas. Je peux l’expliquer sans la moindre difficulté mais, le problème, c’est que nos journalistes sont plus intéressés par les grands titres que par les faits et l’interprétation correcte de ce qui se passe.

Définissons les termes: une saisie implique une situation dans laquelle, par une décision du tribunal (ou d’une autre autorité compétente), une personne morale ou physique perd la capacité de contrôler ses actifs. Qu’est-ce que nous avons dans le cas de la Belgique ? Nous avons des lettres envoyées par des huissiers à des dizaines d’organismes dont beaucoup sont européens (par exemple Eurocontrol), pour leur demander deux choses:

  1. Gérez-vous des actifs qui appartiennent à l’Etat russe?
  1. Avez-vous des dettes envers l’Etat russe?

Si la réponse à ces questions est positive, il leur sera ensuite demandé de transférer ces actifs aux huissiers de justice et/ou de rembourser leur dette non pas au gouvernement russe, mais à Youkos.

Les organisations et les entreprises à qui sont envoyées ces lettres, sont sélectionnées d’une manière très simple ; un clerc regarde la liste des toutes les entités juridiques du pays en se posant cette question : «Cette entreprise pourrait-elle avoir un lien avec la Russie ?», et s’il pense que c’est possible, il envoie une lettre.

Cela signifie également que les enquêteurs n’ont pas été en mesure de trouver ni de saisir quoi que ce soit par eux-mêmes et qu’il est donc nécessaire de recourir à cette humiliante « quête d’information » : S’il vous plaît, aidez-nous, c’est nous les bons, aidez-nous à tout saisir!

Une simple comparaison suffit à expliquer la situation. La banque X croit qu’Ivanov lui doit de l’argent et elle transfère sa dette à des collecteurs. Les collecteurs s’aperçoivent qu’ils n’ont pas de prise sur Ivanov lui-même, alors ils demandent à des membres de sa famille et des voisins: «Avez-vous quelque chose qui appartienne à Ivanov? Ivanov vous a-t-il prêté de l’argent ? Si oui, rendez cet argent à nous ! Et si par hasard il a laissé son vieux vélo sur votre balcon, donnez-le-nous aussi!  »

Soit dit en passant, la CEDH [Cour européenne des droits de l’homme], a presque immédiatement pris ses distances avec cette opération douteuse: http://regnum.ru/news/1934559.htmlhttp://regnum.ru/news/1934559.html

Très probablement, l’affaire fera des bulles dans les médias pendant encore une paire de semaines et puis tout cela retombera quand les huissiers recevront des lettres qui diront toutes: nous n’avons aucun actif de la Fédération de Russie ni de dettes envers elle.

Compte tenu du fait que nous vivons à une époque d’une absurdité fascinante, il y a un risque (minime) que la justice bruxelloise ne s’arrête pas là et tente de saisir, par exemple, les actifs d’une paroisse de l’Église orthodoxe russe en Belgique. Selon le principe de réciprocité, la saisie et la nationalisation de quelque bien belge en Russie s’ensuivra, et on peut penser avec raison qu’il y a beaucoup plus «d’actifs belges» en Russie que de «russes» en Belgique. Pensez une minute à la réputation que se forgent ceux qui font des choses pareilles ! Il ne faut pas sous-estimer les Chinois, les Brésiliens, les Arabes ni les Indiens – ils ont tous compris que demain, ils peuvent se retrouver dans la même situation que la Russie, sous un prétexte ou un autre, par exemple, le même conflit territorial en mer de Chine du Sud dans le cas de la Chine.

Conclusion : On peut estimer que l’incident se résoudra à 99%, sans conséquences à long terme. Et tout le monde en parlera, de Yakounine et Leontiev jusqu’aux blogueurs d’UKRO et aux patriotes cinglés. Cela fait plaisir à tout le monde, sauf à moi qui suis obligé d’aborder ce sujet au lieu de quelque chose de bien plus intéressant :)

KR: On peut se demander s’il ne s’agit simplement pas d’un coup de pub de plus dans la guerre de l’information contre la Russie.

Fort Russ, 18 juin 2015

Article original: http://fortruss.blogspot.fr/2015/06/the-arrest-of-russian-assets-exists.html

Traduction : Dominique Muselet

http://arretsurinfo.ch/le-gel-des-actifs-russes-nexiste-que-dans-les-medias/

Commenter cet article

Archives

Articles récents