Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

France : la chasse au liquide

Publié par wikistrike.com sur 3 Juillet 2015, 12:06pm

Catégories : #Economie

France : la chasse au liquide

 

 

Décidément, le terrorisme devient le meilleur prétexte pour continuer à faire avaler de plus en plus de couleuvres à une masse indolente de Français, de souche ou pas, endormis par la propagande officielle d'un gouvernement qui n'a de cesse de s'évertuer à policer nos états d'âme. 

À tout seigneur tout honneur, la loi dite « renseignement » a frappé le coup principal et permettra, encore plus qu'auparavant et au-delà de la cible officielle du djihadiste de base, de repérer, de museler et enfin de sanctionner le Monsieur Moyen qui ne pense pas conformément à la ligne du parti. Principalement celui qui ne plébiscite pas la diversité et souhaite continuer à évoluer dans sa culture occidentale sans avoir à glorifier celle du Maghreb sur l'autel de la repentance, et sans souhaiter que cette dernière s'y substitue progressivement. Mais il ne faut pas, pour autant, négliger l'impact de certaines réformes « connexes » moins médiatiques mais tout autant liberticides. 

La dernière en date est celle qui vise à restreindre à 1.000 euros le paiement maximal pouvant être effectué en espèces. Annoncée dès le mois de février 2015 et mise en œuvre par décret du 24 juin, cette mesure fait partie du panel imaginé par les têtes pensantes de la République pour lutter contre le financement du terrorisme. 

Ah bon, c'était donc cela ? Que de clairvoyance au sein du gouvernement Valls ! Si seulement cette mesure avait été prise quelques années auparavant, par exemple sous le règne sarkozyste, nous aurions ainsi pu échapper, notamment, aux sombres desseins des loups solitaires Merah, Kouachi, Coulibaly, Sid Ahmed, voire du dernier en date, Yassin Salhi. 

Mieux vaut tard que jamais : les Français peuvent désormais dormir sur leurs deux oreilles, le gouvernement veille. Mais peut-être faut-il chercher ailleurs le but recherché par cette mesure car il est un fait incontournable que les dirigeants n'aiment pas la monnaie sonnante et trébuchante, sauf peut-être la leur. 

Il faut dire que, pour surveiller les citoyens, le chèque et, encore mieux, la carte de crédit sont autrement plus efficaces. Grâce à la traçabilité bancaire, Big Brother sait exactement ce que vous achetez, où et quand, et corrélativement ce que vous gagnez au centime près, ce qui lui assure de percevoir sa dîme et d'entreprendre de vous réorienter quand le besoin s'en fait sentir. Et ce grand frère qui vous dissèque en permanence, ce n'est pas que l'État, ce sont aussi les puissants groupes commerciaux qui peuvent, ainsi, cibler votre potentiel de chaland et vous proposer par tous les supports possibles les produits adaptés à votre consommation : la boucle est bouclée. 

De l'autre côté, les espèces sont synonymes de liberté : nul ne sait ce que vous achetez, ni quand et où vous l'achetez, et réciproquement pour le vendeur. Il devient plus difficile de vous pister, de vous analyser, de vous réorienter et de vous ponctionner afin de financer une dispendieuse politique d'austérité. Vivre avec des pièces et des billets est devenu une forme de résistance. La police et la justice ne s'y trompent pas car, en toute affaire judiciaire, la détention de monnaie est toujours suspecte. 

À bien y réfléchir, le but ultime poursuivi de concert par les banques et leurs employés (je veux parler des dirigeants politiques) est peut-être la destruction totale des espèces auxquelles se substituerait un système de paiement directement intégré au corps de l'agent économique au moyen d'une puce universelle greffée, par exemple, dans sa nuque. 

D'ailleurs, pourquoi ne pas le faire immédiatement ?
 Nous verrons bien si, simultanément, le terrorisme disparaît...

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents