Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Ondes électromagnétiques : l'industrie entre négation et collusion

Publié par wikistrike.com sur 24 Juillet 2015, 17:09pm

Catégories : #Santé - psychologie

Ondes électromagnétiques : l'industrie entre négation et collusion

L'intolérance aux ondes électromagnétiques est une question décriée dans la communauté scientifique. Au mieux, il faudrait être indifférent aux souffrances des électrosensibles. Au pire, les envoyer en psychiatrie. Les choses changent mais très lentement. La raison ? Le jeu trouble des industriels mais également celui d'organisations supposées défendre les électrosensibles. Révélations. 

Un constat accablant 

Celui-ci est posé par le 
professeur et toxicologue Paul Héroux, directeur du programme de santé au travail à la faculté de médecine de l'Université McGill (Canada). Que dit-il ? Il existe depuis 50 ans une bataille continue entre les physiologistes, qui savent de quoi ils parlent, et les industriels, qui veulent maintenir des seuils très élevés concernant les normes, simplement pour faciliter le déploiement des technologies. 

Or, en 2001, le centre international de recherche contre le cancer (CIRC), dépendant de l'Organisation mondiale de la santé, a reconnu qu'il y a une connexion entre les champs électromagnétiques de basse fréquence et la leucémie chez l'enfant, connexion confirmée depuis. En 2011, ce même CIRC démontre la connexion entre l'exposition à long terme aux ondes cellulaires et le cancer, notamment le cancer au cerveau. De fait, Paul Héroux avance que tout le spectre électromagnétique est en cause. 

Dès lors, quelles ont été les réactions des autorités politico-sanitaires ? Aucune ! Paul Héroux dit quelque chose de très juste : l'industrie préfère se réfugier dans l'ignorance et la négation. Il est ainsi plus simple (rentable...) de garder des normes anciennes et des préjugés qui collent à notre intérêt plutôt que d'essayer de comprendre ce qui peut devenir le scandale sanitaire de ce siècle. 

La guerre des lobbies 

Il est vain de raconter, une nouvelle fois, les 
manœuvres du lobby des opérateurs de téléphonie mobile pour minimiser le Grenelle des ondes en 2009 tout comme la proposition de loi de la députée EELV Laurence Abeille en 2013. L'entrisme de France Telecom dans les allées du pouvoir, à l'image de celui d'EDF concernant les questions nucléaires, est tel que tout débat ou législation pour contrecarrer un futur désastre sanitaire est voué à l'échec. 

Mélange des genres, création de pseudo comités scientifiques indépendants, regroupant généralement les mêmes personnages : le connaisseur n'a pas besoin qu'on lui rappelle les 
états de service du docteur André Aurengo, membre de l'académie de médecine et chef de service à la Pitié-Salpétriêre, tour à tour membre du conseil d'administration d'EDF, du conseil scientifique de Bouygues Telecom et de l'Association française des opérateurs mobiles. Rien de tel pour émerveiller les ministres et conseillers en charge des questions de santé publique. 

Tout ceci est connu mais il apparaît un nouveau genre de compromission : celui d'organisations censées lutter aux côtés des électrosensibles. 

Le jeu de dupes 

La 
journaliste scientifique Annie Lobé a levé plusieurs lièvres en suivant les débats de l'Assemblée nationale concernant l'adoption obligatoire du compteur Linky, les 20/21 mai. 

Pour résumer, la manière dont se déroule le vote est assez effarante, réalisée en quelques minutes alors que l'enjeu est de si grande importance. Les députés sont suivistes. Le travail de lobbying, de phagocytage des pensées a été réalisé bien en amont par les industriels. Les parlementaires votent à l'unisson, à gauche comme à droite. Où est la 
prise en compte des effets sanitaires des ondes ? 

Les amendements déposés, notamment par EELV, sont retoqués même s'ils sont très édulcorés... par les députés eux-mêmes ! En effet, Annie Lobé précise bien, en prenant l'exemple de la députée écolo Barbara Pompili, que celle-ci omet de parler des radiofréquences comme cancérogène possible (d'après le CIRC) quand elle prend la parole. Or, « c'est pourtant la donnée cruciale qui engendre un risque judiciaire pour les législateurs du Linky ! Le jour ou l'affaire de santé publique éclatera, ni Barbara Pompili et ni aucun autre député EELV ne pourra dire qu'ils "ne savaient pas", puisque c'est écrit dans l'amendement déposé en leur nom ! » 

Mais là n'est pas le pire... En effet, la députée PS et rapporteur de la loi, Sabine Buis, s'est prévalu d'une expertise réalisée par le bien connu 
CRIIREM pour le compte du SIPPEREC (Syndicat Intercommunal de la Périphérie de Paris pour l'Electricité et les Réseaux de Communication) pour demander le retrait des amendements parlant des effets sanitaires des ondes. 

Et que dit cette étude (que personne n'a pu lire, d'ailleurs) ? Qu'il n'y a ni risque sanitaire ni rien à craindre du développement du Linky ! Or, cela laisserait à penser que le CRIIREM joue double jeu. Ce Centre de Recherche et d'Information Indépendant aurait-il, lui aussi, cédé aux sirènes des lobbies ? S'institutionnaliser, recevoir des financements publics, bref, jouer la caution « morale », celui qui défend les électrosensibles mais qui, à la fin, se rallie aux industriels... Belle évolution depuis sa création. Mais est-ce si étonnant ? 

A regarder le CRIIREM de près, on y retrouve quelqu'un de bien connu des mouvements antinucléaires : Michèle Rivasi, fondatrice de la CRIIRAD, qu'elle a su installer dans le paysage et qui joue actuellement plus un rôle de faire-valoir à EDF-AREVA qu'un vrai opposant au système nucléariste, ce qu'elle était à l'origine. Quant à Madame Rivasi, elle est devenue entre-temps députée européenne sous l'étiquette EELV : une véritable sinécure... 

En clair, le vote de la loi a permis de révéler des alliances contre nature (sans parler des combinazione entre le PS et EELV), les faux nez des industriels, les intérêts cachés des uns et des autres, se rejoignant à la fin, sans honte. Quant aux électrosensibles, ils attendront !

 

Source

Commenter cet article

Archives

Articles récents