Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Un graphique de plus pour montrer pourquoi il n'y a pas d'espoir en Grèce

Publié par wikistrike.com sur 16 Juillet 2015, 15:18pm

Catégories : #Economie

Un graphique de plus pour montrer pourquoi il n'y a pas d'espoir en Grèce

Chaque jour qui passe, la situation grecque semble de plus en plus désespérée. Dans ce contexte, The Economist a publié cette semaine un nouveau graphique dévastateur pour Athènes, basé sur les chiffres de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle et du FMI. Pour chaque pays étudié, ils ont  mesuré quel était le pourcentage des brevets déposés dans un pays étranger par des personnes qui avaient quitté leur pays d’origine.

 

Ce que ce graphique montre, c’est l’étendue et l’impact de la fuite des cerveaux dont les pays pauvres sont victimes. Par exemple, entre 2007 et 2012, 86% des Vietnamiens qui ont déposé une demande de brevet l’ont fait depuis un pays étranger. En comparaison, seulement 8% des Norvégiens qui ont voulu protéger un brevet ont fait cette demande de l'étranger.

Le graphique montre également que les petits pays sont plus susceptibles de subir une fuite des cerveaux. Chypre, l'Islande et le Luxembourg en sont de bons exemples. Cela n’est pas très surprenant : dans ces pays, les possibilités de choix pour les études et les opportunités d’affaires sont généralement plus limitées. Cependant, l’Estonie et la Slovénie semblent être l'exception qui confirme la règle.

Enfin, il y a la Grèce: 60% des Grecs qui ont déposé un brevet entre 2007 et 2012 l'ont fait depuis un pays étranger.

La Grèce antique était un aimant pour l'élite intellectuelle du monde, mais la crise grecque a provoqué un exode de talents sans précédent dans l’histoire du pays. On estime que 180.000 à 200.000 des citoyens les plus instruits de la nation seraient en train de quitter leur pays. Selon Lois Lambrinidis, professeur de géographie économique à l'Université de Macédoine, cela correspond à environ 10% des diplômés du supérieur du pays.

En comparaison, seulement 13,3% des Belges et 13,4% des Français qui déposent un brevet, le font à partir de l'étranger.

haque jour qui passe, la situation grecque semble de plus en plus désespérée. Dans ce contexte, The Economist a publié cette semaine un nouveau graphique dévastateur pour Athènes, basé sur les chiffres de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle et du FMI. Pour chaque pays étudié, ils ont  mesuré quel était le pourcentage des brevets déposés dans un pays étranger par des personnes qui avaient quitté leur pays d’origine.
Un graphique de plus pour montrer pourquoi il n'y a pas d'espoir en Grèce

Source

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents