Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Espagne: 800 euros pour avoir publié une photo de policiers garés sur une place handicapé

Publié par wikistrike.com sur 19 Août 2015, 21:33pm

Catégories : #Social - Société

C'est cette photo que la condamnée aurait diffusée sur Facebook.  DR   Read more at http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/espagne-800-euros-pour-avoir-publie-une-photo-de-policiers-gares-sur-une-place-handicape_1707987.html#dr6h757jwlBISwuZ.99

C'est cette photo que la condamnée aurait diffusée sur Facebook. DR Read more at http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/espagne-800-euros-pour-avoir-publie-une-photo-de-policiers-gares-sur-une-place-handicape_1707987.html#dr6h757jwlBISwuZ.99

Une Espagnole s'est vue infliger une amende de 800 euros, en application d'une nouvelle loi controversée surnommée "loi bâillon", pour avoir diffusé sur Internet la photo d'une voiture de police garée sur une place réservée aux handicapés.

La "loi bâillon" a frappé. Une habitante de Petrel, une ville de 35 000 habitants située à une quarantaine de kilomètres d'Alicante, dans le sud-est de l'Espagne, avait diffusé la photo d'un véhicule de la police municipale sur Facebook. Le cliché était accompagné d'un commentaire tranchant: "gare toi où tu veux et tu n'auras même pas d'amende". En application de la très controversée loi de "sécurité citoyenne", surnommée "Ley Modaza" ("loi bâillon", NDLR) par ses détracteurs, la responsable de la moquerie a dû payer une amende de 800 euros.  effacée dès le lendemain de sa publication, mais cela avait été suffisant pour qu'elle soit dénoncée comme une 'faute grave' sous le coup de l'article 36.23 de la nouvelle loi, qui prévoit une sanction pour tout "usage non autorisé d'images, de faits personnels ou professionnels concernant des autorités ou des membres des forces de sécurité, pouvant mettre en danger la sécurité personnelle ou familiale des agents, des installations protégées ou pouvant faire peser un risque sur une opération, tout cela dans le respect fondamental du droit à l'information". 

Un responsable de la police municipale de Petrel, Fermin Bonet, a expliqué que les deux agents s'étaient garés là parce qu'ils devaient "intervenir en urgence" dans un parc municipal où la baignade est interdite, alors que "des jeunes étaient en train d'y détruire un bassin". 

"Les agents concernés sont ceux qui ont porté plainte, parce qu'ils ont considéré que l'image de la police était atteinte", a-t-il ajouté. "Ce n'est pas parce que le numéro d'immatriculation apparaissait sur la photo, ce n'est pas à cause du langage (vulgaire, NDLR) employé par cette dame, c'est parce que sur le fond, il est dit que les agents se sont garés là sans motif alors qu'en fait, ils devaient intervenir rapidement. C'est banal quand il s'agit d'une opération urgente que les policiers se garent où ils le peuvent. Ils ont donc décidé de se défendre de cette manière. Nous -c'est-à-dire moi et l'équipe municipale- leur avons conseillé d'autres solutions, mais ils étaient dans leur bon droit et pouvaient légitimement avoir recours à la nouvelle loi". 

Une loi liberticide et sécuritaire

La loi de "sécurité citoyenne", entrée en vigueur le 1er juillet, a fait l'objet de nombreuses protestations de la part d'ONG comme Amnesty International ainsi que d'associations d'avocats ou de journalistes. Entrée en vigueur le 1er juillet 2015, elle offre aux autorités un nouvel arsenal d'amendes visant à restaurer l'autorité de la police et à restreindre les actions des collectifs qui s'opposent aux mesures d'austérité, rappelle le blog Bigbrowser du Monde.fr.  

Protester face au Sénat ou face à tout Parlement régional, tout comme refuser de décliner son identité à un agent de police est désormais puni de 30 000 euros d'amende. Organiser une activité festive dans un endroit interdit par les autorités peut coûter jusqu'à 600 000 euros. 

Source

Archives

Articles récents