Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

"Implants-Party": ces fêtes qui vous puçent comme des chiens en vous faisant croire au bonheur

Publié par wikistrike.com sur 26 Août 2015, 19:19pm

Catégories : #Science - technologie - web - recherche, #Social - Société

"Implants-Party": ces fêtes qui vous puçent comme des chiens en vous faisant croire au bonheur

Les premières personnes qui seront pucées sont les militaires et les policiers. Et comme pour l'arrivée des "Implants-party", on leur offre du plaisir avant de les puçer comme des chiens, ainsi militaires et policiers ont désormais le droit de porter la barbe et d'avoir des tatouages. Par ce système vicieux, la pilule passe beaucoup mieux. Quand il n'y aura plus d'argent liquide, vous serez tous ainsi puçés, pour cela, on vous offrira des avantages.

En Espagne, des bars et autres dance-floors obligent dejà à détenir une puce électronique pour obtenir des verres gratos ou quelque autre avantage, une sorte de carte de fidélité sous-cutanée. Encore du plaisir, toujours du plaisir...

Tout cela est un leurre qui a pour but de vous puçer à vie en vous faisant croire que c'est la teuf.

Nous souhaitons vous mettre en garde...

 

Marina pour WikiStrike

 

La RFID débarque un peu partout

 

Les puces RFID sous cutanée, on en parle depuis des lustres. Mais peu d’entre nous avaient imaginé que cela arrive par le biais de concepts relatifs à des ambiances festives : les Implant party. Le but ? Insérer une puce électronique sous la peau des volontaires et permettre de multiples interactions dans la vie quotidienne.

Le samedi 13 juin 2015, le festival du numérique Futur en Seine a organisé dans une salle pleine, pour son édition 2015, la première implant party en France, à Paris. Huit personnes ont pu se faire poser une puce électronique de la taille d’un grain de riz, sous la peau, plus précisément sur le dos de la main. L’opération a été menée par un tatoueur-perceur professionnel nommé Sébastien Itan, et ce pour la somme de 200 euros.

Le concept Implant party, déjà passé par des villes telles que Copenhague, Mexico, Miami ou Londres, nous vient à l’origine de Suède, où la toute première soirée de ce type s’était déroulée à Stockholm en mai 2015. Aujourd’hui dans le monde, le nombre de personnes ayant un implant RFID est estimé à 5000.

Ouvrir une porte, déverrouiller son smartphone, prendre les transports en commun ou encore montrer sa carte de visite d’un « revers de la main » sont quelques actions annoncées possibles avec la technologie NFC.

« Mon objectif, c’est de remplacer tout ce que vous avez dans votre poche par quelque chose que vous ne perdrez plus jamais [la puce RFID, ndlr] » déclarait alors Hannes Sjoblad pour le reportage de France Info du 15 mai 2015. Ce personnage est un expert en sécurité informatique et fondateur d’un groupe de biohackers suédois baptisé Bionyfiken.

Ces puces RFID sont les mêmes que l’on trouve dans nos passeports biométriques, sur les cartes de crédits ou déjà présentes depuis longtemps sous la peau de nos animaux de compagnie. Ainsi, l’objet ne gênerait pas son porteur et fonctionne de manière autonome en terme d’énergie (pas de batterie).

« J’aime l’idée d’être optimisé et ce type d’implants va se développer à l’avenir avec de nouveaux services qui l’accompagneront dont la limite sera notre imagination » poursuit Hannes Sjoblad en ajoutant : « Dans quelques années, prédit-il, vous pourrez payer le restaurant avec votre puce, avoir des infos sur votre état de santé, sur vos battements cardiaques et votre taux de sucre dans le sang. »

Parmi les personnes qui ont reçu un implant, certains ont été interrogés à Stockholm par France Info et d’autres ont réagi sur les réseaux sociaux, bien que l’intérêt ne concerne, pour l’instant, en aucun cas l’application des usages de la puce. voici quelques réactions :

« Appelez-moi cyborg »
« Je me sens tellement mieux, maintenant, je suis au top, je suis plongé dans le futur. »
« Je suis un alien. »
« Je suis optimisé, j’ai l’impression d’être Superman. »

Des dérives envisageables

Bien que l’utilisation de puces sous-cutanées à identification par radiofréquence (RFID) puisse offrir de nombreuses applications intéressantes dans l’avenir, elle n’est cependant pas sans susciter certaines inquiétudes, notamment en ce qui concerne la protection des données personnelles.

Pour ou contre, il semble que les Implant party continueront leur marche en avant, alors que la plupart des demandeurs ne sont pas forcément des passionnés de technologie ou des personnes attendant un genre de monde où les hommes seraient des cyborgs (humains modifiés par la technologie).

Sources : France Info — Direct Matin — Rue 89

Lu ici

Archives

Articles récents