Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

Les liens entre Goldman Sachs et l'Otan

Publié par wikistrike.com sur 19 Août 2015, 10:06am

Catégories : #Economie, #Politique internationale

Les liens entre Goldman Sachs et l'Otan

Traduction : Marie-Ange Patrizio 

 

Après avoir été de 2009 à 2014 secrétaire général de l'Otan (sous commandement USA), Anders Fogh Rasmussen a été embauché comme consultant international par Goldman Sachs, la plus puissante banque d'affaires étasunienne. 

Le curriculum de Rasmussen est prestigieux. En tant que Premier ministre danois (2001-2009), il s'est employé à « l'élargissement de l'Ue et de l'Otan en contribuant à la paix et à la prospérité en Europe ». En tant que secrétaire général, il a représenté l'Otan dans son « pic opératif avec six opérations dans trois continents », parmi lesquelles les guerres en Afghanistan et Libye et, « en riposte à l'agression russe contre l'Ukraine, il a renforcé la défense collective à un niveau sans précédents depuis la fin de la guerre froide ». 

Il a en outre soutenu le « Partenariat transatlantique de commerce et d'investissements (Ttip) » (ou Tafta, ndt) entre Etats-Unis et Ue, base économique d' « une communauté transatlantique intégrée ». 

Compétences précieuses pour Goldman Sachs, dont la stratégie est simultanément financière, politique et militaire. Ses dirigeants et consultants, après des années de travail dans la grande banque, ont été placés dans des postes clé dans le gouvernement étasunien et dans d'autres : parmi ceux-là Mario Draghi (gouverneur de la Banque d'Italie, puis président de la BCE) et Mario Monti (nommé chef du gouvernement par le président Napolitano en 2011). 

On ne s'étonne donc pas que Goldman Sachs mette la main à la pâte dans les guerres conduites par l'Otan. Par exemple, dans celle contre la Libye : elle s'est d'abord appropriée (en causant des pertes de 98%) de fonds d'État pour 1,3 milliard de dollars, que Tripoli lui avait confiés en 2008 ; elle a ainsi participé en 2011 à la grande rapine des fonds souverains libyens (estimés à environ 150 milliards de dollars) que les USA et l'Ue ont « congelés » au moment de la guerre. Et, pour gérer à travers le contrôle de la « Central Bank of Libye » les nouveaux fonds retirés de l'export pétrolier, Goldman Sachs s'apprête à débarquer en Libye avec l'opération projetée par USA/Otan sous bannière Ue et « conduite italienne ». 

 

Sur la base d'une lucide « théorie du chaos », on exploite la situation chaotique provoquée par les guerres contre la Libye et la Syrie, en instrumentant et en canalisant vers l'Italie et la Grèce (pays parmi les plus faibles de l'Ue) le tragique exode des migrants conséquent à ces guerres. Cet exode sert d'arme de guerre psychologique et de pression économique pour démontrer la nécessité d'une « opération humanitaire de paix », visant en réalité l'occupation militaire des zones stratégiquement et économiquement les plus importantes de la Libye. Tout comme l'Otan, Goldman Sachs est fonctionnelle à la stratégie de Washington qui veut une Europe assujettie aux États-Unis. 

Après avoir contribué avec l'escroquerie des prêts subprimes à provoquer la crise financière, qui depuis les États-Unis a investi l'Europe, Goldman Sachs a spéculé sur la crise européenne, en conseillant « aux investisseurs de tirer avantage de la crise financière en Europe » (cf. rapport réservé rendu public par le Wall Street Journal en 2011). Et, selon des enquêtes documentées effectuées en 2010-2012 par Der Spiegel, New York Times, BBC, Bloomberg News, Goldman Sachs a camouflé, par des opérations financières complexes (« prêts cachés » à des conditions assassines et vente de « titres toxiques » étasuniens), le vrai montant de la dette grecque. Dans cette affaire, Goldman Sachs a manœuvré plus habilement que l'Allemagne, la BCE et le FMI, dont le joug mis au cou de la Grèce est évident. 

En recrutant Rasmussen, avec le réseau international de rapports politiques et militaires qu'il a tissé dans ses cinq années à l'Otan, Goldman Sachs renforce sa capacité d'influence et de pénétration.

 

Source

Archives

Articles récents