Wikistrike

Wikistrike

Rien ni personne n'est supérieur à la vérité

1er à décorer les « héros » du Thalys, le maire d’Arras co-dirige un puissant lobby américain

Publié par wikistrike.com sur 2 Septembre 2015, 12:58pm

Catégories : #Politique intérieure, #Social - Société

1er à décorer les « héros » du Thalys, le maire d’Arras co-dirige un puissant lobby américain

rédéric Leturque, maire d'Arras qui a aussitôt décoré les «héros» du Thalys, est le co-directeur de l'Institut Aspen France, influent groupe de pression atlantiste.  

Un record dans les annales de la décoration. 
  

Moins de sept heures après les faits, ils ont reçu la médaille de la ville d'Arras.  

  
 
  

Comme en témoigne le timing de la photographie ci-dessous, capturéedans un hôtel-restaurant  par le maire d'Arras et publiée sur son compte Twitter, les deux soldats américains et l'homme d'affaires britannique ont été vite récompensés pour leur prétendu "héroïsme" à l'encontre du terroriste présumé. 

 

 

Qui est ce maire -en charge d'une petite ville d'environ 40 000 habitants - qui fut également présent lors de la décoration ultérieure à l'Élysée? 

 

Le membre de l'UDI (parti du député franco-israélien Meyer Habib) n'est pas seulement, comme l'illustrent ses derniers tweets, un va-t-en-guerre qui prône désormais -en complément des dernières annonces sécuritaires du ministre Bernard Cazeneuve - la vidéo-surveillance généralisée, y compris dans les TER 

 

flt

On vit dans une société où on a peur d’aborder certains sujets. C’est le moment. Les Français peuvent accepter des choses pour leur sécurité. 

Frédéric Leturque, Paris Match, 25.08.15 

Depuis le 16 juin 2015, Frédéric Leturque est le co-directeur  de la filiale française d'une éminente structure américaine : l'Institut Aspen. 

Ni simple think-tank ni société secrète, l'Institut Aspen constitue ce que la presse américaine qualifie naturellement de "lobby". Exemple : en 2007, The Colorado Independent  le présentait ainsi comme le second groupe de pression auprès des parlementaires locaux, juste derrière…le lobby pro-israélien. 
 

Fondé en 1949 aux Etats-Unis, il se présente généralement comme un cercle de réflexion transversal et "non-partisan"  soucieux, par exemple, de repérer les futurs leaders. Sa filiale française a été créee en 1983 sous l'égide de l'ancien Premier ministre Raymond Barre. 

En voici d'ailleurs le clip officiel à destination des francophones :  

  
 
  

Cyril Benoît, banquier d'investissement présenté dans la vidéo comme le président du conseil de surveillance de l'Institut Aspen France (jusqu'en mars dernier), fut auparavant un "très proche collaborateur de Laurent Fabius", selon L'Opinion, ainsi que le co-créateur  de la Fondation France-Israël (lobby sioniste présidé par l'arabophobe Nicole Guedj). 

  
 
  

Nulle surprise, dès lors, à ce qu'Aspen Institute puisse ainsi solliciter et obtenir la participation du gouvernement Valls (dont le ministre des Affaires étrangères est Laurent Fabius) pour une conférence à Rome sur le thème consensuel de "l'union politique des Européens". 

Pour saisir l'envergure -en termes d'influence- de la maison-mère qu'est l'Institut Aspen, il suffit de consulter son conseil d'administration et sa liste de "mandataires à vie"  :Henry Kissinger et Madeleine Albright (ex-secrétaires d'État en charge de la diplomatie américaine), Walter Isaacson (ex-PDG de CNN), Michael Eisner (ex-PDG de Disney), le prince saoudien Bandar Bin Sultan (ex-ambassadeur aux Etats-Unis), Leonard et Laura Lauder (héritiers de la compagnie Estée Lauder et affiliés à Ronald Lauder, président du Congrès juif mondial), Robert Steel (ex-Goldman Sachs), la reine Noor de Jordanie, etc.

  
 
  

Mention spéciale pour l'administrateur Paul F. Anderson, ancien représentant parisien de Booz Allen Hamilton. Souvenez-vous : il s'agit de cette société partenaire du renseignement militaire américain dans laquelle Agnès Ogier, l'actuelle patronne du Thalys, avait effectué ses premiers pas professionnels. 


 

 

En juillet, James Clapper, directeur du Renseignement national auprès de Barack Obama et ancien de Booz Allen Hamilton, était la vedette d'un forum organisé par l'Institut Aspen. 

  
 
  

La direction de la filiale française partage le même entre-soi connivent des élites  : on y trouve Gérard Mestrallet (GDF-Suez alias "Engie"), Raphaël Hadas-Lebel (Conseil d'État), Walter Isaacson (ex-CNN, PDG de l'Institut Aspen et "membre de droit" dans son antenne hexagonale), le général Stéphane Abrial (du groupe high-tech-sécuritaire Safran), Cyril Marin (banque Rotschild), Stéphane Rozes (institut de sondages CAP), Bernard Spitz (MEDEF, président de l'association française de l'assurance), Jean-Christophe Bas (Conseil de l'Europe, ex-ONU), entre autres. 

Triple mention spéciale :  

* l'une pour Jean-Pierre Jouyet, ex-président du conseil de surveillance et actuel président d'honneur  -depuis décembre 2013- de l'Institut Aspen France. Le 12 août, il fêtait en comité restreint l'anniversaire de son "ami de 40 ans" : un certain François Hollande. Rappelons ici que Jouyet est le secrétaire généra l de l'Élysée. 


jouyet

 

* Les deux autres pour Jean Lemierre et Michel Pébereau. Le premier, membre du conseil de surveillance, est le président du conseil d'administration de BNP Paribas. Le second, ex-PDG de la même banque et président d'honneur aujourd'hui, est un éminent chantre de la "gouvernance mondiale" qui a dirigé l'Institut de 2004 à 2010. Détail-clé : BNP Paribas, premiere marque française au monde, apporte également son soutien financierà l'Institut Aspen France. 
 

La prestigieuse enseigne bancaire -qui vient d'intensifier ses partenariats aux Etats-Unis- a été incidemment évoquée dans les premiers articles relatifs à l'affaire du Thalys. Il s'agit de l'institution qui emploie le mystérieux "héros" français qui aurait été le premier à tenter de maîtriser le terroriste présumé du Thalys. "Damien A", âgé de 28 ans et diplômé de l'EDHEC, travaille à Amsterdam -en tant que risk manager- pour la florissante et cossue fililale d'investissement de BNP Paribas. 

  
 
  

Le siège hollandais de la banque est actuellement dirigé par Anne Marie Verstraeten, une spécialiste belge du financement d'entreprises dans le secteur de l'énergie qui s'estformée à New York auprès des multinationales américaines. 

Panamza tentera d'en savoir plus sur "Damien" et enquêtera davantage afin de confirmer -ou d'infirmer- ce qui ressemble de plus en plus à une occulte connexionfranco-américano-sioniste, de nature politique et bancaire, dans la trouble affaire du Thalys. 

 

Source

Archives

Articles récents